Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Les causes physiologiques et symboliques du psoriasis

Article paru dans le journal nº 9 Acheter ce numéro

En médecine conventionnelle, il n’existe pas de traitement qui soit capable de venir à bout, définitivement, du psoriasis. Cette maladie reste mystérieuse car ses causes peuvent être psychologiques, génétiques, articulaires…
De nombreux traitements naturels permettent toutefois de réduire durablement le psoriasis au silence.

Le psoriasis est une maladie non contagieuse, mais fréquente puis­qu’elle touche de 2 à 3 millions de Français, soit 3 à 4 % de la population. Cette maladie de peau est caractérisée par sa chronicité ainsi que la gêne morale et physique qu’elle entraîne. Elle se complique parfois de rhumatisme. Il y aurait environ 60 000 nouveaux cas chaque année.

Dans un tiers des cas, le psoriasis débute avant l’âge de 20 ans. Ce sont les formes les plus sérieuses. Cependant, le psoriasis se manifeste habituellement chez l’adulte jeune. Dans plus de deux tiers des cas, il est peu étendu, atteignant entre 3 et 10 % de la surface du corps. L’évolution est des plus capricieuses, allant de la régression plus ou moins complète, entrecoupée par de nouvelles poussées de fréquences variables, à des extensions importantes voire généralisées ou au contraire à des rémissions spontanées.

L’origine du caractère « capricieux » du psoriasis est mal déterminée. Il peut sans doute s’agir de problèmes psychologiques, d’écarts alimentaires, de prises médicamenteuses, de troubles digestifs

Les causes du psoriasis

Une prédisposition génétique. Dans 30 % des cas, il est retrouvé une ou plusieurs personnes atteintes dans la famille des malades. L’absence des gènes LCE3B et LEC3C serait fortement corrélée à la survenue d’un psoriasis. De plus certains HLA sont plus fréquents chez les psoriasiques comme les HLA B13 et HLA B17.

Un dérèglement du système immunitaire. Ce dérèglement démontre qu’il s’agit bien d’une maladie auto-immune : une activation anormalement importante des lymphocytes T est à l’origine des plaques de psoriasis. Il va y avoir libération de cytokines au niveau de la peau induisant l’inflammation et la rougeur caractéristiques.

Des auteurs ont mis en évidence que les globules rouges des sujets psoriasiques ont des membranes pauvres en phospholipides. Or ces phospholipides spéciaux servent à régénérer les médiateurs nerveux. L’un de ces phospholipides se transforme en acétylcholine. Si le corps en manque – en particulier dans les périodes de stress car cette acétylcholine apaise le système nerveux – il est obligé de piocher dans ses cellules ce qui provoque une inflammation et la perte d’adhésion des cellules. Au niveau de la peau, cela donne les plaques de psoriasis, parfois accompagnées d’un rhumatisme psoriasique très douloureux.

Le psoriasis peut apparaître à la suite :

  • d’une infection, notamment une infection (virale ou bactérienne) rhino-pharyngée chez l’enfant, ou d’une infection respiratoire chez l’adulte. Le papillomavirus HPV est plus fréquent sur la peau des personnes atteintes de psoriasis.
  • d’une vaccination.
  • de la prise de médicaments : bêtabloquants, lithium…
  • de la couche des bébés. C’est le psoriasis napkin qui atteint la zone des couches.
  • d'un stress. Des chocs psychologiques sont capables de déclencher la maladie ou de nouvelles poussées.
  • d'une atteinte de la flore (dysbiose) et une hyperperméabilité intestinale.
  • d'une subluxation articulaire, comme le suggère la méthode Gesret.

Les localisations plus rares

Le psoriasis se localise généralement sur les sommets (coudes, genoux, région sacrée, occiput…).

Mais il peut aussi se situer quelquefois dans des endroits plus gênants :

  • Le cuir chevelu. La maladie provoque alors des plaques, avec, quelquefois une chute de cheveux à ces niveaux, mais surtout de nombreuses squames épaisses produisant des pellicules disgracieuses qui se déposent sur les vêtements.
  • Le visage. Le psoriasis du visage (au niveau des ailes du nez ou entre les sourcils) est plus rare et peut être confondu avec une simple dermite séborrhéique.
  • Les ongles dont les aspects peuvent être trompeurs : épaississement, irrégularités, stries, décollement de l’ongle. Le psoriasis des ongles peut être particulièrement handicapant. Il existe certaines formes qui ne se localisent qu’à un ongle rendant le diagnostic délicat.
  • Les paumes des mains et les plantes de pieds dont les lésions peuvent s’accompagner de fissures douloureuses et inesthétiques.
  • Les organes génitaux.

Les complications possibles du psoriasis

  • Une extension généralisée sur tout le corps (y compris la tête et le visage) du psoriasis. C’est le psoriasis érythrodermique.
  • Des fissures ou des crevasses douloureuses.
  • Des surinfections des lésions (psoriasis pustuleux).
  • Le rhumatisme psoriasique, qui est un rhumatisme chronique déformant et très invalidant, touche environ 5 % des psoriasis. On en décrit deux formes : la forme périphérique, très proche de la polyarthrite rhumatoïde, qui atteint préférentiellement les articulations distales des doigts, et la forme axiale, atteignant la colonne vertébrale et qui est très proche de la pelvispondylite. Les personnes touchées sont souvent porteuses du HLA B27.

À signaler que le psoriasis induit également un risque accru de maladies cardiovasculaires (infarctus, artérite, accident vasculaire cérébral), de syndrome métabolique et de stéatose hépatique.

Un cercle vicieux

L'apparition des premières lésions ne fait en outre qu'accroître la situation de stress qui le provoque. En effet, la souffrance psychologique est toujours intense chez les personnes atteintes de psoriasis, à cause principalement de la peur du regard des autres, de leurs proches, de leur conjoint(e)… qui craignent la contagion, ou qui jugent la maladie comme étant due à un manque d’hygiène ou de soins… Cela induit chez la personne atteinte des troubles relationnels (y compris sexuels), des perturbations sociales importantes et surtout une perte de confiance en soi, conduisant à la dépression.

Environ 11 % des personnes atteintes de psoriasis sont dépressives… alors qu’il n’y en a « que » 2,5 % dans la population générale.

La symbolique du pso

Il faut se souvenir que, dans la symbolique, le psoriasis survient à la suite de deux conflits de séparation successifs comme une rupture, un divorce, un deuil, un déménagement, une séparation, une perte d’emploi… Seule la résolution de ces conflits permettra de sortir de la maladie…

 

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique psoriasis peau maladies de peau

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous