Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Lyme : traitements actuels et à venir

Article paru dans le journal nº 64 Acheter ce numéro
  • Lyme : traitements actuels et à venir

Face à la maladie de Lyme, les antibiotiques sont les plus efficaces, à condition de réaliser des cures discontinues et de les associer avec la phytothérapie et la micronutrition – au risque, sinon, de faire empirer les choses. Le rétablissement du terrain reste tout aussi indispensable pour empêcher les bactéries de proliférer. Enfin, la recherche s’intéresse aux bactériophages de Borrelia, une voie thérapeutique prometteuse.

L’antibiothérapie, généralement adaptée au traitement précoce, devient beaucoup plus délicate à manipuler sur le long cours. Tout usage irraisonné risque de fragiliser davantage le microbiote et de compliquer la maladie. Pour autant, les traitements antibiotiques par rotation et les cures discontinues restent à ce jour les plus efficaces. En les associant intelligemment à la phytothérapie et la micronutrition, leurs résultats sont encore plus probants.

Toutefois, rien ne fera l’économie d’un rétablissement du terrain, un travail de longue haleine. Les constantes nutritionnelles sont connues et devraient être systématiquement exploitées. Des examens spécifiques et approfondis existent : métabolites bactériens, statut vitaminique et minéral, profil d’acides gras, méthylation, intolérances alimentaires, bilans hormonal et thyroïdien complets... Onéreux et non remboursés, ils constituent pourtant une mine d’informations sur la façon dont notre corps réagit.

Réduire les opportunités des bactéries

La stratégie la plus souvent payante est la thérapie séquentielle : avancer avec prudence par étapes logiques, en alternant différents angles d’attaque. L’objectif est de laisser aux bactéries le moins d’opportunités de s’adapter, tout en permettant à l’organisme de récupérer progressivement ses capacités. On ne cherche pas à abattre un ennemi, mais à créer un climat biologique qui cesse de lui être favorable.

Le microbe n’est rien, le terrain est tout, disait Claude Bernard. La plupart du temps, il faudra relancer l’immunité, détoxifier l’organisme, assainir l’intestin et adopter une alimentation hypotoxique. Ce n’est que par la suite que l’on commencera à travailler les dispositions individuelles. Attention, cependant, à ne pas sortir tout de suite la grosse artillerie…

La réaction d’Herxheimer

Lorsque on les attaque de manière trop frontale (antibiotiques ou huiles essentielles en première intention), les bactéries vont relarguer des toxines dans des proportions risquant de dépasser les capacités d’évacuation de l’organisme, surtout s’il n’y a pas été préparé. Cela peut provoquer une exacerbation temporaire, mais parfois insupportable, des symptômes, appelée réaction d’Herxheimer. Elle peut laisser croire au malade qu’il est allergique au traitement et le conduire à abandonner. Ou induire en erreur le médecin et remettre en question le traitement, voire le diagnostic. Plus l’infection est ancienne, plus le risque est grand, d’où l’importance d’un traitement progressif et individualisé.

La phagothérapie à la rescousse

L’espoir est tourné vers le virobiote, qui agirait principalement comme régulateur des écosystèmes. Chaque bactérie a son virus prédateur – appelé bactériophage –, sans quoi elle se surdéveloppe et nous croulerions sous les bactéries. Au sein même du microbiote, les bactéries se font la guerre entre elles à coup de virus, chacune recrutant ses mercenaires, ce qui permet à chaque espèce de rester à ...

Image description

Il vous reste encore 57% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 64, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique Parasites Lyme
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous