Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Éliminer les résidus de médicaments et autres toxiques

Article paru dans le journal nº 7 Acheter ce numéro
  • Éliminer les résidus de médicaments et autres toxiques
Sommaire du dossier

Les médicaments laissent des résidus dans notre corps, certes en quantité infime mais quand on est obligé de suivre des traitements lourds, il est conseillé de chercher à les éliminer régulièrement.

De par leur composition, la plupart des médicaments sont solubles dans les graisses. Métabolisés par le foie, ils sont essentiellement éliminés par voie rénale grâce à un métabolisme particulier : une molécule d’acide glucuronique vient se « greffer » à la substance médicamenteuse, ce qui la rend plus soluble dans l’eau et donc plus facile à évacuer par les reins.

Pour se débarrasser des restes médicamenteux, on cherchera donc à soutenir ce mécanisme naturel, car le foie peut peiner à réaliser la synthèse d’acide glucuronique. Pour y remédier on prendra du glucuronolactone : 1 200 mg par jour pendant une quinzaine de jours.

Le rôle de l’homéopathie

L’approche homéopathique se révèle efficace soit à la suite d’un traitement médicamenteux, soit après une exposition aiguë à un toxique.

Le remède Nux vomica est le plus utilisé puisqu’il agit sur le foie, principale voie d’élimination des toxiques. Il faut suivre la posologie suivante : une dose en 9 CH le premier jour (le matin à jeun ou au coucher), une en 12 CH le 2e, une en 15 CH le 3e et une en 30 CH le 4e avec une « dose de rappel » en 30 CH le 18e jour.

Par ailleurs, il est indiqué d’associer ce premier protocole à un autre identique en terme de dilution (dilutions « en échelle ») mais porteur du toxique ou médicament incriminé. Par exemple, suite à une exposition à l’antibiotique érythromycine, il faudra prendre de l’érythromycine en 9, 12, 15 et 30 CH. Toutefois, la réalisation des doses homéopathiques de ce toxique demande deux à trois jours (quand les pharmacies acceptent de les faire fabriquer, on est parfois obligé de les demander à l’étranger).

ussi, en pratique, on commence le protocole Nux vomica dès que possible, puis on lui associe le second, peu importe que les dilutions prises le même jour ne soient pas de même niveau.

Ainsi, si les dilutions d’érythromycine sont prêtes le 3e jour, le calendrier se décline de la façon suivante :

  • 1er jour : Nux vomica 9 CH, une dose.
  • 2e jour : Nux Vomica 12 CH, une dose.
  • 3e jour : Nux vomica 15 CH, une dose, et Érythromycine 9 CH, une dose.
  • 4e jour : Nux vomica 30 CH, une dose, et Érythromycine 12 CH, une dose.
  • 5e jour : Érythromycine 15 CH, une dose.
  • 6e jour : Érythromycine 30 CH, une dose.
  • 18e jour : Nux vomica 30 CH, une dose.
  • 20e jour : Érythromycine 30 CH, une dose.

Un tel protocole peut également être suivi en cas d’exposition à tout toxique, par exemple au lindane, un produit de traitement du bois.

Une autre approche du drainage homéopathique implique de connaître les ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 7, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois
Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
Articles du même dossier
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes