Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Comment lutter contre les punaises de lit. Traitements naturels.

Article paru dans le journal nº 50 Acheter ce numéro
  • punaise-de-lit-alternativesante.frpunaise-de-lit-alternativesante.fr

Nos grand-mères nous disaient de nous en méfier, mais elles semblaient un risque du passé. Pourtant les punaises de lit font un énorme retour depuis 2014 dans toutes les grandes villes du monde entier. En France, la Chambre syndicale désinfection, désinsectisation, dératisation (CS3D) recense pas moins de 200 000 sites d'infestation, tandis que nombre d'hôtels, de bailleurs immobiliers et de copropriétés n'arrivent plus à faire face. Si vous avez eu affaire à elles, vous savez que les punaises rendent la vie quotidienne insupportable et que s'en débarrasser est un cauchemar. Voici quelques conseils pour faire place nette chez vous.

En août 2017, la ville de Marseille décidait d'équiper de matériel de protection ses agents en charge de la collecte des encombrants, tant le nombre de matelas infestés de punaises déposés dans la rue se multipliait. En septembre dernier, les urgences du CHU de Nantes ont fait face à une infestation telle pendant une semaine, que des patients ont dû dormir sous des tentes devant l'établissement. Le 19 septembre 2017, ce sont deux batiments d'une résidence étudiante de Nice qui ont dû être évacuées pour la même raison. La RIVP, le deuxième plus gros bailleur immobilier de Paris, estime que 20% de son millier d'immeubles sont touchés. Les exemples de ce type se multiplient. Si le phénomène est en pleine expansion, notre cohabitation avec ces petites bêtes ne date pas d'hier.

Aristote en parlait déjà il y a plus de 2000 ans

Les scientifiques estiment que la punaise de lit côtoie l’homme depuis probablement plus de 35 000 ans. A l’origine, la punaise vivait dans les cavernes avec les chauves-souris dont elle suçait le sang pour se nourrir. Quand les hommes, à l’ère glaciaire, sont venus s’installer et vivre dans les grottes avec elles, les punaises ont trouvé une nouvelle source de nourriture. Lorsque les hommes quittèrent les cavernes, les punaises les suivirent et se répandirent avec eux sur la surface de la terre. Les grecs la nommèrent Coris (qui signifie piquer), Aristote y consacra quelques écrits, et les légions romaines qui combattirent et se chargèrent de l’essaimer dans toute l’Europe, l’appelèrent Cimex Lectularius (punaise de lit).

De proche en proche jusque chez vous

Dans les années 40, un insecticide synthétique, le DDT, a presque réussi à éradiquer la punaise de lit en occident. Mais le DDT était aussi un poison pour l'homme et son interdiction, combinée à la grande mobilité internationale de ces 30 dernières années, ont permis un retour en force des punaises de lit. « Aujourd'hui, le fléau est mondial », souligne Pascal Delaunay, entomologiste au service de parasitologie du CHU de Nice.

Les punaises se propagent discrètement des vêtements d'un enfant à un autre à la garderie, dans les casiers scolaires, sur les sièges d'autobus, dans le métro, dans les taxis, elles assiègent parfois même des civières ou des ambulances ! On en trouve dans des immeubles entiers aujourd’hui. Elles hantent certains hôtels, motels et lieux de travail. Et bien sûr, elles voyagent avec vous dans votre valise, dans votre sac ou dans la doublure de votre manteau.

La punaise de lit : un ennemi presque invisible s'installe chez vous

Vous trouverez partout des descriptions des punaises de lit, photos, morsures, tout est accessible. Mais gardez bien à l’esprit que ce petit animal pas plus gros qu’une tête d’épingle, se glisse partout, s’installe derrière les plinthes, dans les meubles, dans les tuyauteries, les gaines électriques, dans le linge et, surtout, le moins loin possible de son garde-manger : VOUS !

La punaise de lit se reproduit à la vitesse de l’éclair et si vous rapportez une seule femelle chez vous, sachez qu’elle peut pondre jusqu’à 5 œufs par jour. A partir de là, c’est une colonie que vous aurez sous peu dans votre maison.

Personne n’ose en parler, et surtout pas les hôteliers

C’est vrai qu’on n’ose pas avouer à ses voisins qu’on est infesté de punaises de lit. C’est un peu comme les poux. C’est la honte d’en avoir ! Bien souvent, les gens associent ces parasites avec des problèmes d’hygiène. Si on a des punaises chez soi c’est qu’on est sale. Mais il n’en est rien !

Il y a des punaises de lit partout, même dans les hôtels 4 étoiles. À l’Hôtel Marriott de Singapour, le personnel a été formé à la détection de ces parasites. Les hôteliers connaissent bien le problème, et, ils traitent leur établissement avec des produits chimiques sans en dire un mot à la clientèle pour éviter l’infamie. Quant aux hôtels de Marne-la-Vallée près d'Eurodisney, qui accueillent des milliers de touristes américains par mois, ils sont engagés dans une désinfestation permanente après le passage de leurs hôtes : la lecture des commentaires sur certains sites de réservation font froid dans le dos.

Vous ne croiserez peut-être pas de punaises de lit pendant votre séjour à l’hôtel ou en chambre d’hôte, en camping ou en auberge de jeunesse, mais ne vous étonnez pas parfois de souffrir d’irritation des yeux, d’allergies incompréhensibles ou de réactions dermatologiques dans certains lieux d’hébergement. Vous comprenez pourquoi maintenant?

Les insecticides chimiques, un poison... pour vous

Les traitements peuvent éradiquer temporairement les punaises, mais leurs conséquences sur notre environnement et nos organismes ne sont pas à prendre à la légère. Avant d’entamer un traitement à base d’insecticide chimique, gardez à l’esprit que leur efficacité est variable. Leurs effets sur l’environnement sont désastreux et leur odeur est telle qu’il vous faudra, outre quitter votre logement pendant la durée du traitement, aérer votre habitation pendant plusieurs jours, voire semaines. Ces produits ont des effets nocifs sur la santé et notamment sur les voies respiratoires, ils peuvent provoquer des allergies et sont cancérigènes. Enfin, et pour couronner le tout, ces insecticides sont efficaces sur les colonies, mais pas sur les œufs. Autant dire que cela ne sert à rien.

Le B-A BA du chasseur de punaises

Quand vous voyagez, inspectez votre lit, les coutures du matelas et vos draps avant de vous installer. Les punaises de lit laissent des traces de déjection et des traces de sang facilement repérables. Lavez vos vêtements, votre sac à dos ou votre valise si vous avez un doute.

Les punaises n’aiment ni les hautes températures, ni les basses. Congelez des vêtements ou des draps qui vous semblent suspects ou lavez-les à plus de 60° et utilisez un nettoyeur vapeur sur les gros objets (fauteuils, matelas).

La punaise de lit ne peut pas grimper facilement sur le métal ou les surfaces polies, encore moins voler ou sauter, de sorte que le traitement des pieds de lit permettra de la tenir à distance. Enrobez les pieds du lit avec du papier adhésif double face pour tapis ou de la Vaseline. Vous pouvez également placer les pieds du lit dans des pots de verre ou des boîtes de métal.

Si vous êtes dans un endroit infesté, prévenez le propriétaire et les voisins. Les punaises de lit peuvent traverser des murs un peu anciens sans trop de mal. En peu de temps, c’est tout un immeuble ou tout un hôtel qui peut être envahi.

Attention à tous les meubles de récupération. Ils peuvent transporter des parasites avec eux. Inspectez-les consciencieusement avant de les emporter chez vous.

Les huiles essentielles pour protéger le corps

Les insectes sont très sensibles aux odeurs, les huiles essentielles seront donc très performantes pour repousser les punaises de lit. Certaines agissent sur le système nerveux et peuvent tuer les insectes.

Les huiles essentielles seront employées en 3 différentes utilisations :

  • En spray répulsif pour les vêtements, les draps et la literie.
  • En application pour le corps pour calmer les piqûres et repousser les attaques des punaises.
  • En diffusion dans l’atmosphère pour affaiblir leur système neurologique.
  1. Spray répulsif
    En voyage, on peut se fabriquer un mélange d’huiles essentielles, additionnées d’eau de source ou d’eau distillée. Ce mélange sera pulvérisé autour du lit où vous devez dormir et, avant votre départ, dans vos sacs et valises.
    Je vous propose la recette du mélange utilisé par Helen Whitehurst, spécialiste des traitements alternatifs aux Etats Unis, lorsqu’elle voyage.
    - 10 gouttes de lavande (Lavandula latifolia)
    - 6 gouttes de citronnelle (Cymbopogon winterianus)
    - 6 gouttes d’arbre à thé (Melaleuca alternifolia)
    - 10 gouttes de thym (Thymus Vulgaris)
  2. Pour le corps
    Pour une application sur le corps qui permet de se protéger des piqûres, la même recette peut être utilisée, additionnée cette fois d’un demi-verre à moutarde d’huile (amande douce, jojoba, pépin de raisin).
  3. En diffuseur
    - 3 gouttes HE lavande (Lavandula latifolia)
    - 3 gouttes HE menthe (Mentha piperita)
    - 6 gouttes HE citronnelle (Cymbopogon winterianus).
    - Fermer les fenêtres et diffuser pendant 10 mn maximum. Vous pouvez procéder à 2 ou 3 diffusions quotidiennes.

L’huile de Neem pour traiter la maison

L’huile de Neem (ou de margousier /Azadirachta indica) est un autre répulsif et pesticide, produit par les graines et les feuilles de l’arbre à neem. Bien qu’elle ne soit pas toxique pour les animaux à sang chaud, elle permet de lutter contre plus de 400 espèces d’insectes ravageurs, dont certains sont même résistants aux pesticides chimiques.

Un de ses principes actifs a des propriétés ovicides et larvicides, qui lui permettent d’interférer sur la ponte des femelles, ainsi que sur la mue et la croissance des larves. Même si son action sur les punaises de lit n’est pas garantie à 100%, elle peut parfaitement entrer dans la confection d’un répulsif efficace. Attention cependant, l'huile de neem tache les tissus. On la réservera donc au traitement des planchers, murs et meubles. Pour le lit et les tissus on préfèrera la teinture-mère.

Pour les planchers et les bas des murs

  • 2 c. à soupe d'Huile de neem
  • 1 ml (ou 25 goutes) Clou de girofle (Eugenia caryophyllus)
  • ½ ml Menthe poivrée (Mentha x piperita)
  • 1 ml Citronnelle (Cymbopogon winterianus) ou Eucalyptus citronné
  • 4 tasses d'eau

Mélanger le tout dans un récipient à vaporiser et bien agiter
Vaporiser le mélange sur les planchers, les murs, les meubles et les objets (pas électroniques)

Pour le lit et les tissus

  • 2 c. à soupe Teinture mère de margousier ou alcool à friction 70 %
  • 1 ml (ou 25 goutes) Clou de girofle (Eugenia caryophyllus)
  • ½ ml Menthe poivrée (Mentha x piperita)
  • 1 ml Citronnelle (Cymbopogon winterianus) ou Eucalyptus citronné
  • 4 Tasses d’eau

Le pyrèthre : du chrysanthème pour l'enterrement des punaises

Le terme "pyrèthre" désigne la poudre extraite des fleurs séchées du chrysanthème de Dalmatie tandis que le terme "pyréthrines" désigne les six composés actifs contenus dans cette poudre. Les pyréthrines de la plante attaquent le système nerveux de tous les insectes et, chez les moustiques, elles inhibent les femelles en les empêchant de piquer. Vous en saupoudrerez le lit et tous les endroits susceptibles de servir de nid aux punaises.

Attention il ne faut pas confondre les pyréthrines avec les pyréthrinoïdes qui sont des produits de synthèse (perméthrine, phénothrine, dépalléthrine, esdépalléthrine). Les pyrèthrinoïdes sont à déconseiller, malgré leur efficacité, car ils présenteraient une certaine toxicité pour les enfants et les animaux domestiques.

Vous pouvez maintenant partir l’esprit tranquille, ayez l’œil aiguisé et emportez dans votre valise de quoi parer au pire.

Pour tout savoir sur les punaises de lit

Les punaises de lit sont des insectes hématophages (qui se nourrissent de sang) vivant aux côtés de l’homme depuis des milliers d’années comme le démontre la présence de spécimens dans certaines tombes égyptiennes datant de 3550 ans. Les hôtes originels des punaises de lit seraient les chauves-souris avec lesquelles elles vivaient dans des grottes ; lorsque les premiers hommes se sont installés à l’entrée de ces cavernes, les punaises sont passées sur les humains. Il existe toujours en Europe des populations de punaises vivant dans des grottes en compagnie de chauves-souris.

Quelques données de biologie

  • Durée d’un repas sanguin    10-20 mn
  • Temps entre 2 repas extrêment variable (jusqu’à 2 ans)    3-15 jours
  • Espérance de vie d’un adulte    6-24 mois
  • Nombre total d’œufs pondus par une femelle adulte    200-500 œufs
  • Rythme de ponte d’une femelle adulte    5-15 œufs/jour
  • Durée du cycle de vie (œuf à œuf)    40-70 jours
  • Délai de ponte après fécondation    3-10 jours
  • Phase d’éclosion des œufs    7-15 jours
  • Temps entre 2 stades larvaires (repas sanguin obligatoire)   3-15 jours

Adultes et jeunes sont surtout actifs la nuit et fuient toute lumière, qu’elle soit du jour ou artificielle ; ce qui ne facilite pas leur découverte. Leurs lieux de repos, de ponte et de copulation sont généralement difficiles d’accès : cordon de matelas, structure du lit, fente de bois, cadre de tableau, tringle à rideau… De cette difficile mise en évidence dépendra le succès de la lutte.

Cet insecte est grégaire à tous les stades de développement.
Le cycle de vie s’avère initialement assez long à se mettre en place mais après quelques semaines il engendre une importante descendance. C’est pendant cette période, le premier mois de la contamination en général, que les nuisances sont peu ou pas perçues par les habitants. Lorsque le lien est fait entre les piqûres durant le sommeil et les insectes enfin repérés, l’infes- tation peut être déjà très importante.

Pour de faibles infestations, cette distance est à peine de quelques mètres entre le dessous du matelas et le dessus du matelas, entre la structure du  lit et le dessus de lit, entre le placard à linge et le lit... Pour de fortes infestations, les murs ou voies de communication entre appartements (gaine de dilatation des radiateurs de chauffage par exemple) peuvent être envahis au bout de plusieurs semaines. Après le repas sanguin, la punaise retourne dans un lieu de repos identique ou nouveau, pour digérer le repas de sang, changer de stade ou pondre. Une nouvelle cachette devient un nouveau  lieu d’infestation (ourlet du pyjama, bagage, linge au pied du lit, cadre d’un tableau, commode…).

Ce comportement explique le second mode de propagation : le transport passif. C’est l’homme qui va transporter, de façon fortuite, l’insecte vers un nouveau lieu de vie situé à quelques kilomètres ou milliers de kilomètres, lors d’un voyage, d’un déménagement, de l’introduction dans son domicile de vieux meubles, de livres ou d’objets d’occasion... Plus le nombre de personnes hébergées est important, plus le risque d’intro- duction de punaises est grand. Hôtels, trains de nuits, maisons de retraite, auberges de jeunesse, foyers d’hébergements, prisons… sont des lieux à fort risque de contamination par les punaises de lit. Un niveau social élevé n’est pas un gage de non-contamination.

Atteinte dermatologique

La lésion cutanée la plus typique se présente sous forme de prurit érythémateux et maculo-papuleux de 5 mm à 2 cm de diamètre avec un point hémorragique central ou une vésicule similaire à toute piqûre d’arthropodes. Le prurit s’exprime généralement au matin avec une légère amélioration le soir. Certaines atteintes peuvent s’assimiler à une urticaire.

Sur les parties découvertes de la peau, les lésions se présentent parfois en ligne de 4 à 5 piqûres assez caractéristiques de cet insecte. Les piqûres de puces peuvent également présenter cet aspect en ligne, mais les lésions sont majoritairement localisées sur les jambes.

Risques infectieux

Comme toute piqûre d’arthropodes, la surinfection bactérienne, notamment par grattage ne doit pas être négligée. C'est d'ailleurs probablement ce qui est arrivé à Mary Stoner, une américaine de 96 ans décédée en février 2017 en Pensylvanie après une infestation de la maison d'accueil où elle résidait. Par sa surface extérieure, une punaise de lit peut transporter de nombreux agents microbiens dont par exemple des staphylocoques dorés [24].

Par contre, il n’a jamais été démontré que les punaises de lit étaient vectrices de bactéries, de parasites, de champignons ou de virus. Plus de 45 agents pathogènes ont été évoqués, avec dans certains cas des recherches pour tester la compétence vectorielle en laboratoire de Cimex lectularius vis-à-vis de l’agent pathogène étudié et la capacité vectorielle dans la nature. Sur le terrain, la punaise de lit n’a jamais démontré de capacité à transmettre des agents infectieux. Cependant, le risque vectoriel de la punaise de lit pour la maladie de Chagas due à Trypanosoma cruzi est à surveiller. En effet, la transmission à la souris de ce parasite a récemment été démontrée en laboratoire.

Effets psychologiques

Les personnes qui résident dans un lieu infesté de punaises associent rapidement les moments de repos (sommeil, télévision, lecture) aux piqûres. Ces personnes sont alors fatiguées, irascibles et dans un état de stress qu’il est important de prendre en compte en même temps que la lutte. Une écoute de la personne, associée à des propositions simples et concrètes, sont des éléments-clés pour la réussite de la lutte.

Les pièges

Piège attractif chauffant
La punaise de lit est attirée par la chaleur. Ce comportement naturel est utilisé comme piège attractif. Le piège dispose soit d’une chaufferette à usage unique soit d’une résistance chauffante. La punaise attirée est alors collée par de la glu ou tuée par un insecticide. Ces pièges perdent de leur efficacité lorsqu’ils sont disposés dans une chambre occupée. Le corps humain étant plus attractif (masse calorique et dégagement de CO important).
Le piège à attractif thermique est moins performant que le piège à dégagement de CO .

Piège attractif avec gaz carbonique
La punaise de lit est attirée par le gaz carbonique. Ce comportement naturel est utilisé comme piège attractif. Ces pièges perdent aussi de leur efficacité lorsqu’ils sont disposés dans une chambre occupée, le corps humain étant plus attractif.

Piège attractif à phéromones spécifiques
Ils sont certainement l’avenir de la lutte contre les punaises de lit. Cependant leur mise au point reste perfectible. Des recherches en cours sont prometteuses.

La lutte mécanique

Aspiration
Avec l’embout fin de l’aspirateur, aspirer les œufs, jeunes et adultes mis en évidence. L’aspirateur ne tue pas vraiment l’insecte qui pourrait ressortir quelques heures plus tard. Le conduit d’aspirateur devra être nettoyé et le sac obturé ou emballé dans un sac plastique et jeté dans une poubelle exté- rieure pour éviter toute contamination d’autres sites. Aspirer de l’insecticide en poudre peut être une méthode de décontamination de l’aspirateur. Aspirateur éteint et débranché, une pulvérisation d’insecticide dans le conduit peut être également pratiquée ou bien si le tuyau est démontable, l’imerger dans de l’eau chaude >60°C.

Congélation à -20°C
Elle doit durer 72 h pour être efficace [35]. Elle est très intéressante pour certains vêtements délicats ( lingeries, pulls…)

Nettoyage vapeur à 110°C, ou mieux 180°C
Il détruit tous les stades de punaises au niveau des recoins ou des tissus d’ameublement.

La congélation et le nettoyage à la vapeur sont, d'après les utilisateurs, les façons les plus efficaces de lutter contre les punaises. Toutefois, ce n'est pas toujours possible. 

Chauffage à 60°C
La punaise décède en quelques minutes à 60°C mais il est important de s’assurer que l’objet qu’on chauffe à cette température atteint bien 60°C dans tous ses recoins. Lavage à la machine à 60°C pour tout le linge qui tolère cette température.

Chauffage du mobilier
Pour tout objet pouvant résister à une température égale ou supérieure à 60°C en son cœur. Certaines entreprises ont des étuves pouvant atteindre ces températures et une taille suffisante pour recevoir tout type de mobilier. Des techniques de chauffage de tout le logement sont proposées par certaines entreprises. Ces techniques nécessitent une assez longue préparation du site pour éviter que les punaises ne s’échappent sur les logements voisins. Le coût s’en ressent.

Nettoyage à la brosse
Brosser à sec ou avec un nettoyant de surface certains recoins ou tissus est un geste très efficace pour supprimer œufs et jeunes, difficiles à mettre en évidence. Attention, le brossage ne tue pas, y associer l’aspirateur ou un grand nettoyage du sol.

Restauration des lieux
Les décollements du papier peint, de la peinture, du plâtre, des plinthes, de la moquette, les fentes dans les murs sont des sites de repos et de reproduc- tion. La restauration de l’habitat et le jointement des plinthes ou des cham- branles de portes permet de supprimer tous ces sites.

Suppression de l’ameublement
Elle est beaucoup trop souvent proposée comme une solution miracle. Elle doit être exceptionnelle, réfléchie et organisée afin de ne pas contaminer d’autres sites. Trop souvent, matelas ou meubles sont déposés dans la rue ou vendus dans des vide-greniers. Ce comportement qui déplace l’invasion de punaises sur d’autres sites est à proscrire. Il faut s’assurer que le matériel ira directement à la décharge sans risque d’être récupéré ou stocké avant destruction totale.

Nettoyage haute pression
Dans des situations d’invasion extrême, les conduits (aération ou vide ordure) peuvent être ainsi nettoyés.

La terre de Diatomée
La terre de diatomée est un produit naturel fabriqué à partir d’algues microscopiques fossilisées. Ces algues ont un squelette naturellement siliceux et la roche poreuse - est donc un silicate. Cette roche est finement broyée. Il en résulte une poudre blanche aux propriétés abrasives.


L’effet insecticide n’est pas chimique mais physique/mécanique car les particules tranchantes agissent comme des rasoirs microscopiques. Disposée sur le passage des insectes, la terre de diatomée va se fixer sur la cuticule des punaises et entraînera des lésions conduisant à la mort des punaises de lit par déshydratation. La terre de diatomée sera répandue autour du lit en très petite quantité, on peut aussi en mettre dans des couvercles de bocaux dans lesquels seront posés les pieds du lit que l’on souhaite protéger des attaques. Le ruban adhésif double face sur lequel on applique de la diatomite sera aussi une excellente barrière contre les parasites

La terre de diatomée non calcinée ne serait pas toxique par ingestion pour les êtres vivants. Cependant, la terre de diatomée contient en moyenne 1% de diatomite cristalline. Il est donc conseillé de la manier avec précautions en évitant d’inhaler sa poussière (port d’un masque). Dans le souci de limiter les risques d’inhalation, des produits commerciaux proposent de la terre de diatomée associée à une matrice qui la fixe (peintures, gels). Ce type de produit est à privilégier aux formulations en poudre dont l’absence de toxicité à long terme n’est pas vraiment connue.

Cette terre en poudre ne doit être inhalée ni par l’homme ni par l’animal de compagnie. Les performances de la terre de diatomée semblent être bonnes, tuant les juvéniles plus rapidement que les adultes. La rapidité d’action est dépendante de la dose utilisée; de fortes doses tuent en 5 jours, de faibles doses en 15 jours. Cette lenteur d’action peut être un élément favorable à l’efficacité du produit.

L'infestion, pour un voyageur à son retour

Au retour d’un séjour, le voyageur qui a été piqué par des punaises de lit doit se prémunir d’une infestation de son domicile. Pour cela, en arrivant, les bagages sont à déposer dans la salle de bain.

Le voyageur prend une douche et lave ses vêtements à 60°C ou au « pressing », lave sa valise dans la salle de bain en brossant dans la baignoire la fermeture éclair.

Pour des personnes allant souvent sur des sites infestés par des punaises (travailleurs sociaux, infirmiers, désinsectiseurs…), le fait de rester en mouvement sur le site diminue le risque d’infestation (les punaises s’activent quand la « cible » est au repos).

Ne pas déposer les vêtements ou sac sur un ameublement en tissu. Les déposer sur le carrelage de l’entrée ou à la cuisine. Si il y a nécessité d’écrire, il convient de s’installer sur une table et une chaise en dur ou à la cuisine.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Sur le même sujet
Tags sur la même thématique Parasites Punaises Punaises de lit
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous