Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Les insectes, bons pour le corps et la planète

Article paru dans le journal nº 68 Acheter ce numéro
  • Plusieurs produits à base de farines d’insectes (pâtes alimentaires et barres chocolatées, entre autres) ont commencé à voir le jour.Plusieurs produits à base de farines d’insectes (pâtes alimentaires et barres chocolatées, entre autres) ont commencé à voir le jour.

On estime que d’ici à 2050, nous aurons besoin de 50 % de nourriture en plus pour assurer la survie de l’espèce humaine. Un défi de taille, puisque notre modèle actuel, basé sur l’élevage intensif, est accusé d’avoir un impact dévastateur sur le climat et sur nos écosystèmes. Et si le salut venait des insectes ?

Bien qu’elle soit à peu près inexistante dans les pays riches, l’utilisation d’insectes à des fins alimentaires (l’entomophagie) est une pratique très courante à l’échelle mondiale. On estime en effet à quelque deux milliards les êtres humains qui en consomment régulièrement.

Ces habitudes alimentaires ne sont pas tellement étonnantes si l’on considère que les insectes font, et depuis très longtemps, partie de l’alimentation des mammifères. Une analyse récente a même indiqué que les premiers euthériens (les mammifères à placenta), qui sont apparus après l’extinction des dinosaures à la fin du Crétacé, possédaient déjà des gènes codant pour des enzymes (chitinases) spécialisées dans la digestion du squelette des insectes, riche en chitine.

Plus près de nous, les grands singes, avec qui nous partageons 98 % de nos gènes, consomment une grande variété d’insectes (termites, fourmis, abeilles), de larves et de vers, même s’ils sont surtout végétariens.

Particulièrement riches en vitamine B12

Une des particularités intéressantes des insectes est qu’ils contiennent beaucoup de vitamine B12, une vitamine essentielle à notre développement que l’on trouve exclusivement dans les produits d’origine animale. Imaginez maintenant que le contenu en B12 de certains de ces insectes est jusqu’à dix fois plus élevé que celui du bœuf : on peut donc légitimement penser que leur consommation a contribué à assurer un apport adéquat en vitamine B12 à l’espèce humaine au cours des premières étapes de son évolution, avant que la viande ne fasse partie de son alimentation.

Aujourd’hui, il pourrait s’agir d’une source intéressante de vitamine ...

Image description

Il vous reste encore 70% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 68, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique Alimentation alimentation vitamines insectes
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous