Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Les jus de légumes : élixirs de santé

Article paru dans le journal nº 20 Acheter ce numéro
  • Jus de légumesJus de légumes

On entend de plus en plus parler des avantages de la consommation des jus de légumes frais, qu'on appelle désormais le "juicing".  Mais pourquoi ne pas plutôt manger des légumes entiers? Le fait est que dans les légumes, les nutriments sont emprisonnés dans des cellules fibreuses. Et iI est très rare qu’on mâche suffisamment nos légumes pour libérer de la fibre l'ensemble des nutriments qu’ils renferment. Mais les fibres ont également leur intérêt, qu'il s'agisse de gestion de la glycémie ou d'entretien du microbiote. Alors, bon ou pas les jus de légumes ? Et si oui, dans quelles situations ou pour quels profils ?

Article mis à jour le 07/07/2021

 

Les jus de légumes pour qui ?

Très schématiquement, les jus de légumes sont intéressants pour un vaste spectre de personnes dévitalisées, fatiguées, avec un régime déséquilibré ou rencontrant des problèmes digestifs et intestinaux (syndrome du colon irritable, maladies inflammatoires de l'intestin, etc.). Les jus de légumes arrivent tout droit dans notre système digestif prêts à être assimilés, non emprisonnés dans la cellulose. En effet, les aliments entiers exigent plusieurs heures de digestion avant que les nutriments qu’ils contiennent soient assimilés au niveau cellulaire.

Ainsi, les jus extraits de légumes frais et crus offrent un moyen par excellence de fournir à nos cellules et à nos tissus un apport susbtantiel et rapide en nutriments et enzymes dont nous avons besoin. Donc, il est d’une importance vitale d’avoir recours aux «aliments vivants» pour donner à nos cellules ce qu’il leur faut pour se réparer au fur et à mesure qu’elles se reproduisent, et l’apport de jus frais à notre régime alimentaire assure l’assimilation rapide et facile des éléments nutritifs. Hors cas d'intolérance intestinale avérée aux fibres alimentaires, restreindre ses apports en légumes uniquement à des jus semblent en revanche une mauvaise idée, tant les fibres végétales ont démontré leur intérêt pour tout un ensemble de paramètres de santé (transit, protection contre syndrome métabolique et diabète, soutien d'un microbiote équilibré via les prébiotiques et même les problématiques de rhumatismes et arthrite).

Ceci étant posé, voici un panorama rapide des jus qui présentent le plus d'intérêt pour votre santé. Nous avons privilégié, ci-dessous, les légumes les plus courants et ceux qui avaient le plus de propriétés santé et nous vous proposons en fin d'article, un jus supplémentaire : le jus d'herbe de blé, celui que l'on pourrait appeler "le jus des jus".

Les acheter tout faits, est-ce la solution ?

Il est important de savoir qu’aucun jus embouteillé acheté au magasin, qu’il s’agisse d’un supermarché ou d’un magasin d’aliments naturels, ne contient tous les éléments vitaux que le jus frais fait renferme. Tout d’abord, les enzymes commencent à disparaître d’un liquide après environ une demi-heure. De plus, pour en assurer la conservation, les jus embouteillés doivent être portés au point d’ébullition, ce qui en fait des substances «mortes», car toutes les enzymes sont tuées par la chaleur.

La seule solution reste donc de faire vos propres jus, il faut pour cela utiliser un extracteur qui «mastique» les légumes, c’est-à-dire qui broie la paroi cellulaire de la fibre. Les extracteurs à jus meilleur marché, de type centrifuge, «grattent» les légumes plutôt que de les broyer, et bien des nutriments restent dans la fibre.

Pour en savoir plus lisez l'ouvrage de Norman Walker "Votre santé par les jus frais de légumes et de fruits "

Le jus de carotte

En fonction de l’état de santé de chacun, le jus de carotte cru peut être consommé tout le temps en quantités raisonnables, soit de 300 à 500ml par jour. Il a pour effet d’aider à la normalisation du système tout entier. Il représente la plus riche source de vitamine A que le corps humain puisse assimiler rapidement, et assure une importante provision de vitamines B, C, D, E, G, et K. Il ouvre l’appétit et facilite la digestion.

A condition qu’il soit extrait correctement de carottes crues fraîches, propres et de bonne qualité, le jus de carottes est particulièrement riche en éléments alcalins organiques vitaux tels que le potassium. Il présente aussi une bonne teneur en calcium, magnésium et fer, tandis que le phosphore, soufre, silicium équilibrent parfaitement les précédents. Il est souvent recommandé pour la consolidation et l’entretien de la structure osseuse des dents (calcium, vitamine K) ainsi que la santé oculaire (pro-vitamine A, antioxydants).

Le jus de carottes cru est un agent de soutien à l’immunité (vitamine A, C et B6) et au système nerveux système nerveux, stimulant de la vigueur et de la vitalité.

Les faiblesses hépatiques et intestinales sont parfois dues à des carences en éléments dont le jus de carotte est riche. Une étude de 2019 montre par exemple que la consommation de caroténoïdes a un effet protecteur contre la maladie du foie gras (stéatose hépatique non alcoolique).

Le jus de carotte est également un allié dans la p rotection de la peau, riche en antioxydants (lutéine, B-carotène, zéaxanthine) et nutriments précurseurs de la mélanine, qui protège la peau des ultraviolets solaires et lui donne son hâle. En outre , les problèmes de peau sèche, dermatite, et autres taches cutanées sont souvent dues à des carences en éléments nutritifs que contient le jus de carotte.

Les glandes endocrines, gonades et glandes surrénales principalement, ont besoin des nutriments présents dans le jus de carotte cru.

Le jus de carotte présente une combinaison d’éléments nutritifs pour la totalité de l’organisme. Moins sucré que le jus d'orange, le jus de carotte reste néanmoins le plus sucré des jus de légumes, aussi on le consommera avec discernement en cas de profil diabétique ou prédiabétique (l'absence de fibres augmentant sa charge glycémique).

Lire aussi Santé et confinement : augmentez votre vitalité grâce aux graines germées

Le jus de betterave

Par suite de la publication en 1970 d’un ouvrage par les auteurs scientifiques Ferenczi, Seeger et Trub sur l’efficacité thérapeutique des betteraves rouges, plusieurs médecins en Europe ont commencé à faire l'expérimentation de ce «légume santé» dans le courant de leur pratique. Depuis, un nombre important de recherches ont mis en évidence ses propriétés pour la santé.

La betterave est riche en bétalaïnes (bêtacyanines, bétaxanthines), flavonoïdes, polyphénols, saponines et les nitrates inorganiques. C'est aussi une riche source de divers minéraux tels que le potassium, le sodium, le phosphore, le calcium, le magnésium, le cuivre, le fer, le zinc et le manganèse.

Les nitrates du jus de betterave, transformés en nitrites au contact de la salive, ont un impact sur l'apport d'oxygène aux muscles, l'efficacité musculaire, la tolérance et l'endurance et peut ainsi avoir un impact positif sur les performances sportives.

Un nombre grandissant d'études (25 études humaines à ce jour) montrent l'impact de ces nitrates sur la pression artérielle et la fonction vasculaire, une majorité montrant un effet positif.

L'effet hypotenseur du jus de betterave dépend beaucoup de la tension initiale de la personne le consommant, étant beaucoup plus notable chez les hypertendus que les normotendus. D'après une étude sur des personnes âgées en surpoids, cet effet hypotenseur est maximum après 3 semaines de consommation. Le bémol, toutefois : l'effet ne persisterait pas après la cure de jus de betterave au-delà d'une semaine. Autrement dit, pour maintenir ces bénéfices cardiovasculaires il faudrait en consommer en continu. Il semble que cet effet hypotenseur soit amoindri en cas de prise d'IPP.

Lire aussi 9 choses que vous ne savez sûrement pas sur la tension artérielle

D'autres études suggèrent que le jus de betterave possède des propriétés protectrices rénales. Pris en parallèle des traitements on constate une amélioration des paramètres fonctionnels rénaux chez les patients atteints de troubles rénaux.

Au niveau glycémique, les études montrent que la consommation régulière de jus de betterave retarde efficacement la réponse glycémique après les repas et diminue le pic glycémique.

Les bétalaînes s'avèrent également prometteurs contre l'inflammation. Un nombre encore limité d'études montrent que, pris sous forme de complément alimentaire, les extraits de betterave peuvent s'averer anti-inflammatoires, notamment chez des patients d'arthrite.

Enfin, un nombre croissant d'études montrent la richesse antioxydante du jus de betterave (flavonoïdes, triterpènes, caroténoïdes, bétalaïnes) ainsi que son potentiel anticarcinogène et anti-mutagène, mais les études cliniques manquent pour pouvoir en tirer des recommandations claires à ce stade.

L'excrétion d'urine rouge ou rose ou la coloration des selles juste après l'ingestion de betteraves rouges se produit fréquemment (du fait de bétalaïne non métabolisée) mais est, sauf signe d'une autre pathologie, bénin.

Du côté des précautions d'emploi, prendre du jus de betterave en excès peut générer des crampes stomacales ou peut écœurer du fait du processus de détoxification hépatique et de sa richesse en minéraux. De ce point de vue, les personnes souffrant de pathologies d'accumulation minérale (hématochromatose, maladie de Wilson, etc.) devraient sans doute l'user avec parcimonie ; symétriquement il s'avèrera utile pour les personnes anémiées et pour la production d'hémoglobine. Riche en acide oxalique, on l'évitera ou le limitera en cas de calculs rénaux.

Le jus de concombre

Populaire dans la médecine traditionnelle indienne, le concombre est très riche en eau et très faible en calories. Il possède également une action nettoyante sur le corps en aidant à éliminer les déchets métaboliques et les toxines chimiques. Ainsi le jus de concombre est probablement un des meilleurs diurétiques naturels que l’on connaisse.

Mais le concombre possède plus d’une propriété dans son sac, en particulier celle de favoriser la pousse des cheveux grâce à son taux élevé de silicium et de soufre, surtout associé au jus de carotte-laitue-épinards. Il permet également une réhydratation de la peau de l'intérieur et de conserver une belle peau après une exposition au soleil. Le jus de concombre est aussi constitué de 10% de sodium, 7,5% de calcium 20% de phosphore et plus de 40% de potassium. Une composition qui en fait un allié dans la régulation de la tension artérielle. D’autre part, les spécialistes des jus conseillent fréquemment la synergie du jus de concombre et du jus de carotte aux personnes sujettes aux rhumatismes, qui résultent d’une rétention excessive d’acide urique. L’ajout de jus de betterave à cette combinaison hâte, dit-on, le soulagement.

Le jus d'épinards

Légume riche en chlorophylle, en vitamines A, C et K, il apporte aussi son lot d’antioxydants intéressants comme la lutéine, la quercétine ou le kampférol. L’épinard étant, à l’instar de la betterave, riche en nitrates inorganiques, son jus s’avère intéressant pour la pression artérielle et la santé cardiovasculaire. Des recherches suggèrent en outre qu’il pourrait avoir un effet antiacide important pour les personnes souffrant de reflux acide.

Consommé sous forme de jus à raison d’environ 50 cl par jour, il résout bien souvent les cas de constipation en l’espace de quelques jours. L’efficacité de l’épinard en tant que « laxatif » tient à son contenu élevé en acide oxalique qui encourage le péristaltisme intestinal. Associé au jus de pommes (riche en pectine et sorbitol), il en sera d’autant plus efficace. Sa richesse en acide oxalique a toutefois un revers : les personnes sujettes aux coliques néphrétiques, calculs rénaux ou crises de goutte devraient en éviter la consommation longue ou excessive, car il encourage la formation de calculs (oxalates).

La richesse en vitamine A et caroténoïdes du jus d’épinard en fait un partenaire de la santé oculaire et la prévention de la DMLA. Pour cet objectif, on l’associera par exemple au jus de fruits rouges riches en antioxydants de type anthocyanes (myrtilles, bleuets, mûres, cassis, etc.).

Le "jus ultime" : le jus d'herbe de blé

Nous ne pouvions pas achever ce panorama sans évoquer un des jus les plus complets disponibles dans la nature : le jus d’herbe de blé. Sa préparation est un peu plus compliquée (nous la détaillons un peu plus loin). Mais c’est, si l’on peut dire, le jus des jus, dont l'usage a été popularisé par Ann Wigmore, fondatrice de l'institut Hippocrate, dés les années 1940.

Le jus d’herbe de blé contient en effet un concentré exceptionnel de substances nutritives : flavonoïdes, vitamines A, B, C et E, 92 des 118 minéraux, 17 acides aminés (dont les 8 essentiels), enzymes en quantité…

En quelques jours, il est possible de préparer à la maison un jus capable de récupérer votre énergie vitale et d’améliorer la plupart des problèmes de santé globale (voir ci-dessous). Le jus d’herbe de blé contient également une très forte concentration de chlorophylle qui va permettre une régénération du sang. La chlorophylle permet en effet de « fabriquer du sang neuf » en augmentant la production d’hémoglobine et de globules rouges chez les personnes anémiées. L’ajout de fer augmente cet effet antianémique. Une étude chinoise montre également un impact positif sur la production de globules blancs chez des personnes leucopéniques. Un article de synthèse faisant le bilan des quelques études cliniques disponibles sur les bénéfices santé du jus d’herbe liste des problématiques aussi différentes que la polyarthrite rhumatoïde, le diabète, l’obésité, la rectocolite hémorragique ou le stress oxydatif.

Combien consommer de jus d'herbe ? Il est d’usage, durant une cure de jus d’herbe, d’en consommer au moins 20 à 30 ml par jour, et de monter temporairement à 60 ml en cas de dévitalisation plus avancée.

Pour faire vous-même votre jus d’herbe il va falloir vous procurer au départ :

● une douzaine de plateaux de cafétéria en plastique (ou plus en fonction de l’importance de la famille) ou, mieux, des plateaux dédiés se vendant dans certains magasins bio (troués pour permettre une bonne irrigation de l’eau et avec des sous-plateaux plats assortis pour recueillir l’eau excédentaire).

● Deux ou trois grands bocaux de verre,

● De la gaze pour obturer les bocaux,

● Des grands élastiques pour fixer la gaze,

● Du terreau de qualité bio (pas de terreau de fumier qui risquerait de véhiculer des bactéries).

● Un extracteur de jus (manuel ou électrique),

● Et le principal : des graines de blé bio destinées à germination (en boutique diététique).

 

Le cultiver

● Couvrir la surface du plateau avec le terreau sur un ou deux centimètres de hauteur.

● Pour ensemencer un plateau, il faut compter une tasse de graines de blé (environ 200 g) que l’on rince préalablement pour enlever les salissures.

● Les mettre dans des bocaux que l’on remplit d’eau filtrée, de préférence tiède. Couvrir de gaze que l’on fixe avec un élastique et laisser tremper une nuit ou 12 heures environ.

● Puis, bien rincer le blé pour éliminer les toxines de germination et placer les graines dans un germoir (par exemple le bocal tête en bas à 45°, toujours avec la gaze) pendant 48 heures supplémentaires jusqu’à l’apparition de la petite racine blanche.

● Répartir les grains germés sur la terre du plateau que l’on aura préalablement humidifiée. Ne pas hésiter à couvrir entièrement la terre. Faire une petite tranchée avec le doigt le long des bords pour récupérer éventuellement les excès d’eau (si ce n’est pas un plateau troué). Vaporiser de l’eau sur les grains et recouvrir d’un second plateau placé à l’envers, ce qui reproduit un écosystème chaud et humide. Laisser en place 2 à 3 jours. La terre doit être irriguée, mais pas trempée.

● Ouvrir alors, arroser à nouveau et placer le plateau à la lumière indirecte. L’herbe doit avoir 2 à 3 cm de hauteur. Sa couleur est blanche ou crème. La lumière directe du soleil retarderait la croissance à ce stade et dessècherait la terre. Au cas où des moisissures apparaîtraient, cela signifierait que vous avez mal drainé l’eau ou que la température est trop élevée (20 à 25 °C sont convenables). Il faudrait alors recommencer.

● À partir de ce moment, il faudra arroser tous les jours matin et soir et aérer régulièrement. On peut ajouter à l’eau de la poudre d’algue comme fertilisant naturel, mais c’est facultatif.

On peut récolter l’herbe en la coupant aux ciseaux lorsqu’elle fait environ 10 à 12 cm de haut. Cela prend entre 6 et 9 jours selon la température ambiante. Une fois récoltée, vous pourrez passer ces jeunes pousses à l’extracteur pour obtenir votre jus quotidien.

Si tout ce protocole vous épuise d’avance, sachez qu’il existe également des formules prêtes à l’emploi sous forme de poudre de jeunes pousses d’herbe de blé ou d’orge de qualité biologique. Si toutes ses vertus ne sont pas équivalentes, cela reste un très bon geste santé.

Pour plus d'infos sur les jus de manière générale, consultez les articles de notre partenaire Plantes & Santé :

Êtes-vous fait pour boire des jus ?



Lire également :
Recette du jus vitaminé à l'herbe d'orge bio
Recette du smoothie vert au moringa bio

 

Sources scientifiques :

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous