Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Le fer "animal" favorise les maladies coronariennes

Article paru dans le journal nº 13 Acheter ce numéro

Voilà des années que l’on nous répète que le fer d’origine animale (le fer héminique) serait le seul que l’organisme peut assimiler, contrairement au fer issu des végétaux. Mais une étude récente parue en ligne dans Journal of Nutrition, vient apporter un nouvel éclairage. Des chercheurs de l’Indiana University School of Public Health-Bloomington ont en effet compilé les données existantes sur l’association entre le fer et le risque de maladie coronarienne. Ils ont sélectionné 21 études impliquant 300 000 participants suivis en moyenne pendant 10 ans et ils ont découvert que le fer «animal», le fer héminique favorisait les maladies coronariennes (+ 57%). D’après les auteurs, l’association entre le fer héminique et le risque de maladie coronarienne pourrait s’expliquer, justement, par sa meilleure biodisponibilité : le fer héminique est absorbé à un taux bien plus élevé que le fer non-héminique (37 % contre 5 % en moyenne). Conclusion : si vous êtes en manque de fer, retenez que le fer issu des végétaux est peut-être moins disponible, mais, au moins, il ne tue pas.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Sur le même sujet
Tags sur la même thématique Manger sain fer maladies coronariennes
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous