Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Plantes et compléments chélateurs et détoxicants

Article paru dans le journal nº 96 Acheter ce numéro
  • Aliments et compléments pour une détox des métaux lourdsAliments et compléments pour une détox des métaux lourds

Plomb, mercure, aluminium… On voit mal ce que ces substances viendraient faire dans notre corps. Pourtant, via notre alimentation, nos médicaments, l’air ou l’eau, les métaux dits « lourds » parviennent à pénétrer nos organismes pour s’y accumuler et causer des dégâts. Comment agissent-ils ? Peut-on s’en protéger ou s’en détoxiquer ? Voici quelques plantes et compléments chélateurs et détoxicants des métaux lourds.

De nombreuses plantes, algues, champignons, compléments divers sont nos alliés pour éliminer les métaux toxiques. Mais avec la médiatisation de cette problématique, certains surfent sur la vague alors que d'autres, moins connus, sont plus utiles.

Algues : brunes plutôt que bleues

De nombreux spécialistes, comme le Dr Fiamma Ferraro, ne considèrent pas que les célèbres algues chlorelle et spiruline, souvent évoquées pour aider à éliminer les métaux toxiques, soient parmi les chélateurs naturels les plus puissants. D'ailleurs, une récente publication compilant vingt ans d’études sur l’efficacité des algues contre les métaux toxiques conclut que ce sont plutôt les algues brunes (et non les bleues comme la chlorelle et la spiruline) qui sont les plus efficaces en la matière, et particulièrement sous leur forme « non-­vivante » : séchées, en poudre ou complément.

Des algues brunes comme Laminaria japonica sont d’ailleurs les plus prisées des spécialistes. Des études lui prêtent un potentiel chélateur du plomb, du cadmium et du fer « comparable » à certains produits chélateurs synthétiques actuellement commercialisés. Quant aux argiles (illite et pascalite), de nombreux thérapeutes constatent des résultats intéressants mais leurs propriétés chélatrices font l’objet de peu d’études.

MSM, IP6, vitamine C et sélénium

Vitamine C et sélénium sont recommandés pour accompagner et favoriser la détoxication des métaux toxiques. La vitamine C est utile dans de nombreux mécanismes corporels et permettrait d’augmenter l’élimination des métaux toxiques par les intestins. Le sélénium aiderait à éliminer spécifiquement le mercure, mais il faut le prendre sous sa forme biodisponible et organique nommée « sélénométhionine » ou « sélénocystéine ». Le Dr Fiamma Ferraro précise que son dosage doit être précis, « ni trop fort, ni trop faible », mieux vaut donc se faire accompagner d’un spécialiste.

Autre allié, le MSM (méthyl-­sulfonyl-méthane) est un soufre organique issu de la consommation de fruits, légumes, viandes et poissons. Mieux vaut le prendre sous forme de complément car sa forme naturelle est souvent altérée. Enfin, l’inositol (IP6) contenu dans le son de riz est recommandé pour chélater le fer. Souvent utilisé au Japon, où il est rendu assimilable en combinaison avec un extrait de champignon shiitake, l'IP6 a montré des résultats pour éliminer les surplus de fer en cas de cancer ou de diabète. Il pourrait aider à éliminer d’autres métaux toxiques mais pour l’affirmer, il faudrait plus de recherches.


Compléments au zinc, cuivre, fer… Prudence !

Métaux toxiques et métaux essentiels non toxiques (comme le fer ou le zinc) fonctionnent comme des vases communicants. C’est pourquoi certains spécialistes comme le Dr Ferraro conseillent d’éviter les compléments multivitaminés contenant fer, cuivre, zinc ou manganèse sans avis médical, et de toujours s’assurer d’avoir une carence avant une supplémentation car même les déséquilibres entre métaux non toxiques sont importants. Les dernières données scientifiques montrent que des déséquilibres cuivre/zinc peuvent jouer un rôle plus important qu’on ne le pense dans la survenue ou l’aggravation des pathologies neurodégénératives. Une récente étude montre, par exemple, que diminuer les taux de cuivre chez des « rats Alzheimer » permettait de stopper leurs pertes de mémoire et améliorait significativement leurs troubles cognitifs.


 

Chardon-Marie, bardane et fumeterre

Pour soutenir le pouvoir d’élimination des métaux toxiques de votre foie, de vos reins et de tous vos émonctoires, misez sur la bardane, le chardon-Marie et la fumeterre. La bardane, au pouvoir dépuratif, aidera vos reins et votre foie, sous forme de racines fraîches (plus actives qu’après séchage) que vous pouvez infuser en tisane (100 g de racines pour un demi-litre d’eau). Le chardon-Marie, protecteur du foie, est utilisé dans le traitement d’hépatites et cirrhoses. Vous pouvez en consommer frais dans vos plats ou en tisane, associé au pissenlit ou à la feuille d’artichaut. La fumeterre draine les sécrétions de la vésicule biliaire et purifie le sang. Elle est souvent associée au romarin et au radis noir.


Eaux riches en silice pour limiter l’aluminium

L’aluminium est suspecté d’être en partie responsable de troubles neurodégénératifs (Alzheimer, sclérose en plaques). Or des études sur l’homme montrent que la silice (ou silicium organique) permet de diminuer les taux d’aluminium dans le corps en buvant chaque jour un litre d’eau minérale riche en silice (au moins 35 mg par litre) comme la Spritzer, Rozana, Fiji ou Chateldon. Augmentez également vos apports via des compléments alimentaires et des aliments riches en silice.


Lire aussi Se débarrasser naturellement des métaux lourds


Sources :

"Application of algae for heavy metal adsorption: A 20-year meta-analysis", Ecotoxicology and Environmental Safety, mars 2020.

"Silicon-Rich Mineral Water as a Non-Invasive Test of the ‘Aluminum Hypothesis’ in Alzheimer's Disease", Journal of Alzheimer's Disease, août 2012.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous