Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Quels impacts délétères sur notre santé ?

Article paru dans le journal nº 96 Acheter ce numéro
  • Les métaux lourds attaquent particulièrement le système nerveuxLes métaux lourds attaquent particulièrement le système nerveux

Plomb, mercure, aluminium… On voit mal ce que ces substances viendraient faire dans notre corps. Pourtant, via notre alimentation, nos médicaments, l’air ou l’eau, les métaux dits « lourds » parviennent à pénétrer nos organismes pour s’y accumuler et causer des dégâts. Quel impact peuvent-ils avoir exactement sur notre santé ?

Soupçonnés de favoriser de nombreuses pathologies contemporaines allant de la fatigue chronique au cancer, les métaux toxiques nous sont néfastes par les déséquilibres qu’ils créent dans notre corps. Ils agissent principalement de trois façons. En « prenant la place » d’autres éléments essentiels, par exemple lorsque le plomb vient remplacer ou contrer les effets du calcium ou du fer dans le corps. Ensuite, en se liant avec certaines molécules du corps (comme l’oxygène) qui perdent alors leur utilité, meurent ou voient leur action détournée. Enfin, en irritant les tissus du corps et en abîmant l’enveloppe de nos cellules qui adoptent alors un comportement anormal dans ce qu’elles absorbent ou rejettent. En outre, les métaux toxiques semblent accélérer le vieillissement de nos cellules et nombre d’entre eux – comme l’arsenic, le cadmium, le chrome et le ­nickel – sont des cancérogènes avérés.

Maladies neurodégénératives et cancers : les liens se précisent

Longtemps vu comme la dernière piste lorsqu’on ne parvient pas à diagnostiquer la cause d’une maladie, les métaux toxiques font l’objet ces dernières années de nombreuses études qui trouvent des liens récurrents avec certaines pathologies. Concernant les maladies neurodégénératives comme Alzheimer, le débat n’est pas tranché mais nous savons que l’aluminium, le mercure, le manganèse et le cadmium favorisent des phénomènes, comme la formation de plaques bêta-­amyloïde, ­centraux dans ce type de maladies. De plus en plus de preuves scientifiques laissent également penser qu’un déséquilibre entre métaux non-toxiques (cuivre, zinc, fer) est un facteur important. Or des quantités excessives de métaux toxiques, comme l’aluminium, peuvent précisément interférer avec ces métaux essentiels. Enfin, certaines études retrouvent des taux élevés de métaux comme l’aluminium chez des patients atteints d’Alzheimer et, chez l’animal, une petite dose peut suffire à générer des symptômes similaires.

De plus en plus d’études affirment également que les sels d’aluminium des déodorants antitranspirants favorisent le cancer du sein, notamment en interférant avec les œstrogènes. Des scientifiques de Suisse et de l’université d’Oxford viennent d’ailleurs d’appeler à leur interdiction après avoir découvert que, même à faible dose, l’aluminium génère dans de nombreux cas des dégâts sur notre ADN, ce qui favorise la survenue de cancers.


Un nouvel éclairage sur la fibromyalgie et la polyarthrite ?

Fibromyalgies, syndromes de fatigue chronique ou polyarthrites rhumatoïdes pourraient s’expliquer par une hypersensibilité, voire une allergie, aux métaux toxiques qui entretiendraient une inflammation chronique. En 2013, une étude menée sur des patients atteints de fibromyalgie a fait totalement disparaître la maladie chez 50 % des volontaires en limitant leur exposition aux métaux toxiques.


Fatigue, dépression, allergies…

De nombreux chercheurs et médecins s’intéressent à l’impact des métaux toxiques sur d’autres pathologies de plus en plus répandues comme les allergies, intolérances alimentaires ou la fatigue chronique (lire ci-dessus). Une étude japonaise de 2016 a par exemple établi un lien entre asthme, rhinite et taux de métaux lourds dans l’air. D’autres travaux montrent comment l’exposition aux métaux lourds avant et après la naissance augmente les allergies, problèmes respiratoires et maladies de peau chez les enfants.

Effet cocktail et hypersensibilité ?

De manière générale, ces pathologies semblent liées à une sensibilité aux métaux plus élevée que la moyenne. Pour exemple, une étude italienne de 2013 a trouvé un taux élevé d’allergies aux métaux chez les patients souffrant d’hypersensibilité chimique multiple (intolérance aux parfums, plastiques ou peintures qui génère vertiges, nausées ou fatigue chronique). Enfin, on soupçonne également que les métaux toxiques fonctionnent par effet cocktail, ce qui signifie que, même à faibles doses, ils décupleraient leurs effets en se trouvant en présence les uns des autres. Cela pourrait expliquer pourquoi nous avons du mal à mettre le doigt sur leur rôle dans certaines pathologies.


Et si ça venait de votre implant médical ?

Avec le temps, certains implants médicaux libèrent des particules métalliques qui peuvent vous intoxiquer. Pour les prothèses articulaires (hanche, genou, etc.) les symptômes les plus fréquents sont des troubles cardiaques, auditifs, thyroïdiens ou visuels, des tremblements et un déclin cognitif laissant croire à une maladie neurodégénérative. Pour les implants de contraceptions définitives féminines de type Essure, il s’agit plutôt de fatigue, douleurs articulaires ou musculaires, allergies, dépression, pertes de mémoire, troubles ORL ou digestifs.


Lire aussi Problème de prothèse ou problème d’allergie ?


Sources :

"The Role of Trace Metals in Alzheimer’s Disease", Alzheimer’s Disease, décembre 2019.

"Role of metals in Alzheimer’s disease", Metabolic Brain Disease, juillet 2021.

"Use of Underarm Cosmetic Products in Relation to Risk of Breast Cancer: A Case-Control Study", EBioMedicine, juin 2017.

"Aluminium chloride promotes tumorigenesis and metastasis in normal murine mammary gland epithelial cells", Molecular Cancer Biology, août 2016.

"Aluminum Enters Mammalian Cells and Destabilizes Chromosome Structure and Number", International journal of Molecular Science, septembre 2021.

"A Longitudinal Study of Association between Heavy Metals and Itchy Eyes, Coughing in Chronic Cough Patients: Related with Non-Immunoglobulin E Mediated MechanismInternational journal of environmental research and public health, janvier 2016.

"The Effects of Environmental Toxins on Allergic Inflammation", Allergy, Asthma and Immunology Research, novembre 2014.

"Allergological and Toxicological Aspects in a Multiple Chemical Sensitivity Cohort", Oxidative Medicine and Cellular Longevity, volume 2013.

"Les prothèses de hanche au cobalt sont-elles dangereuses ?", Médecine/Sciences Paris, 2016.

"Implant de stérilisation Essure : des symptômes à repérer", Ameli.fr, avril 2021.

"Oxidative stress and antioxidative parameters and metal ion content in patients with fibromyalgia syndrome: implications in the pathogenesis of the disease", Clinical and Experimental Rheumatology, 2013.

"Delayed-type hypersensitivity to metals in connective tissue diseases and fibromyalgia", Environmental Research, février 2018.

"Metal-induced inflammation triggers fibromyalgia in metal-allergic patients", Neuroendocrinology Letters, novembre 2013.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous