Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Protégez votre peau de l’intérieur

Article paru dans le journal nº 92 Acheter ce numéro
  • L'urucum, riche en caroténoïdes protecteursL'urucum, riche en caroténoïdes protecteurs

Si la peau recouvre notre organisme, elle n'est pas seulement une enveloppe. Organe à part entière, sa surface (2m2 environ) le sacre plus grand organe du corps. À ce titre, la peau remplit de nombreuses fonctions, dont la synthèse de vitamine D par l'action du soleil, ce Dr Jekyll et MrHyde, dont il est essentiel de connaître les dangers pour apporter à notre organisme ce qu'il offre de meilleur. Partie IV.

Depuis quelques années, on voit apparaître de plus en plus de produits administrables par voie orale dont les formulations sont susceptibles d’inhiber les effets nocifs des ultraviolets. Si les baignades, la transpiration, et le frottement de tissus peuvent réduire voire abolir l’efficacité promue des crèmes solaires, une photoprotection en interne (dite systémique) ne connaît pas cet inconvénient, ni d’effets secondaires néfastes tels qu’on les observe avec les perturbateurs endocriniens. Les données cliniques au regard de ce mode de protection restent toutefois insuffisantes pour lui permettre l’exclusivité. On combinera donc un maximum d’outils et de bon sens.

Tout d’abord, les caroténoïdes sont les plus significatifs dans la prévention de l’apparition de coups de soleil, avec une diminution, selon certaines études, de l’intensité de la lésion (40 %) ou une augmentation de la dose minimale nécessaire pour l’induire. Il convient d’avoir des apports quotidiens suffisants sur plusieurs semaines avant l’exposition, soit par le biais de l’alimentation, soit en complément alimentaire. Ce sont surtout le bêtacarotène (seul précurseur de la vitamine A), et le lycopène, mais la lutéine et les xanthines sont aussi intéressantes dans les protections oculaires. On les trouve surtout dans les aliments aux couleurs rouge-orange, mais aussi dans certaines feuilles vert foncé, ou dans les avocats et leur huile, les tomates y compris sous forme de purée (surtout pour le lycopène dont la teneur augmente avec la cuisson).

On peut obtenir des doses conséquentes de bêta-carotène dans l’huile de Dunaliella (Dunaliella salina), une microalgue unicellulaire présente dans les eaux des marais salants et des lacs salés. On trouve également beaucoup de caroténoïdes dans dans l’urucum, aussi appelé roucou (Bixa orellana), un arbuste des régions d’Amérique tropicale. Sa poudre provient de la cire qui entoure les graines et produit un pigment rouge caractéristique. Il a valu leur surnom aux « peaux rouges » qui l’employaient comme peinture corporelle notamment pour ses vertus protectrices des effets du soleil. On l’intègre dans les soins solaires maison (avant ou après soleil), ou dans l’alimentation (voie interne). Elle prépare la peau, est très riche en provitamine A (100 fois plus que les carottes), en vitamine E et en minéraux tels que le zinc, le magnésium, le sélénium et le cuivre, ce qui aide l’organisme à lutter contre le stress oxydatif et lui confère un pouvoir antimutagène et antigénotoxique. En outre, elle colore le soin et donne une apparence hâlée. Attention toutefois, ces suppléments doivent être pris avec précaution pendant la grossesse à cause de leur effet potentiellement tératogène.

Ensuite, il a été montré que les polyphénols ont eux aussi un effet protecteur. Par exemple les catéchines contenues dans le thé vert ou encore les flavonoïdes du cacao (flavanols, l’épicatéchine, procyanidines) peuvent diminuer les rougeurs de l’érythème (25 % ou doubler la dose d’UV nécessaires à leur apparition.

Lire aussi Coups de soleil, allergies solaires et tâches cutanées : les réponses naturelles

Pour le reste, des mélanges de vitamines et minéraux ont été étudiés dans leur qualité de photoprotection, tels que les vitamines E et C d’une part, et ces deux dernières avec la vitamine A et du sélénium ayant montré une nette diminution de la peroxydation des lipides (50 %) et des réductions érythémateuses et augmentation du seuil de tolérance de la peau à l’exposition aux UV. Ces résultats ne sont guère surprenants compte tenu du rôle majeur qu’ils tiennent dans les fonctions antiradicalaires présentées précédemment. Des complexes proposant entre autres le manganèse, le cuivre et le zinc seront les bienvenus pour compléter cette démarche.

Un extrait aqueux de Polypodium leucotomos, une fougère tropicale de certaines régions d’Amérique du Sud et Centrale, contient des acides quinique, shikimique, glucuronique et malique, ainsi que de nombreux composés phénoliques de la famille des benzoates et cinnamates, à l’origine d'effets bénéfiques pour la peau. On a observé des caractéristiques étonnantes quant à son efficacité photoprotectrice sur l’homme (réduction du nombre de kératinocytes en apoptose et des cellules épidermiques en prolifération, et de l’infiltration mastocytaire) qui témoignent de la réduction du score de l’érythème… Autrement dit cette fougère diminue les « coups de soleil », raison pour laquelle on la retrouve dans certains compléments alimentaires de préparation au soleil.

Enfin, un complément d’ubiquinone (co-Q10), qui diminue avec l’âge, constitue un soutien majeur pour le corps.

Ne pas oublier de boire !

Les structures du corps qui fabriquent une trame de collagène nécessitent un apport hydrique ainsi que de la vitamine C pour s’entretenir et se renouveler.

Par ailleurs, certaines réactions enzymatiques antiradicalaires réclament de l’eau pour s’opérer. De plus, par temps chaud, la sudation pour la régulation thermique de l’organisme est plus importante et nécessite une hydratation constante.

Notre peau grille et vieillit

La glycation est une réaction chimique résultant de la fixation des sucres sur les protéines (par exemple, la réaction de Maillard que l’on l’observe lors de la cuisson des aliments), générant ainsi des protéines glyquées qui ne peuvent être ni détruites ni libérées de la cellule dans laquelle elles s’accumulent. La glycation se produit dans l’organisme en vieillissant et se caractérise dans le derme par une atteinte aux structures sur base d’élastine et de collagène qui se rigidifient progressivement.

Relâchement de la peau, rides, troubles de la cicatrisation, apparaissent… et les manœuvres de réparation et de protection perdent en performance. Ce phénomène est aggravé par l’alimentation moderne et l’inflammation de bas grade qu’il faut prendre en charge.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous