Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

La menace Lyme

Article paru dans le journal nº 45 Acheter ce numéro
  • Les tiques, vecteurs principaux de la maladie de LymeLes tiques, vecteurs principaux de la maladie de Lyme

Difficile à diagnostiquer du fait de ses symptômes nombreux et parfois discrets, la maladie de Lyme donne toujours du fil à retordre aux médecins. Les traitements conventionnels à base d’antibiotiques ne suffisent pas toujours à éradiquer la bactérie, sans compter leurs effets indésirables parfois sévères. Ce dossier fait le point sur les bons réflexes à adopter pour éviter les tiques et sur les remèdes préventifs en phyto et homéopathie.

Scandale mondial selon le Pr Christian Perronne – éminent spécialiste français en infectiologie et parasitologie –, l’absence de prise en charge correcte de la maladie de Lyme a quelque chose de paradoxal en ce début de millénaire marqué par la domination de la science officielle.

Lyme : un pathologie longtemps en déshérence

Dès le début du XXe siècle, plusieurs médecins européens ont rattaché certains tableaux cliniques à un antécédent de morsure de tique : ainsi furent décrits l’érythème chronique migrant par le Suédois Afzelius et l’Allemand Lipschutz puis la méningo-radiculite faisant suite à l’ECM par les Français Garin et Bujadoux.En 1975, la survenue dans l’agglomération de Lyme (aux États-Unis, dans le Connecticut) de plusieurs cas d’une forme d’arthrite rhumatoïde juvénile a attiré l’attention du corps médical. Comme plus d’un enfant sur quatre se rappelait avoir été préalablement mordu par une tique, l’hypothèse infectieuse a alors été avancée puis confirmée. Ce n’est qu’à partir de 1983 que plusieurs bactéries Borrelia burgdorferi sl ont été identifiées comme des agents responsables de ces manifestations et d’autres encore comme l’acrodermatite atrophiante, certaines formes d’arthrite des grosses articulations, de bradycardie...

 

Le territoire des tiques s’étend

Plusieurs facteurs rendent l’approche difficile et la prise en charge rarement efficace.

  • Depuis quelques décennies, la population des tiques augmente et leur territoire s’étend sans qu’on sache pourquoi. Aussi, la maladie se répand-elle un peu plus chaque année.

données géographiques des morsures de tique

 

  • Outre la tique, l’aoûtat et certains insectes seraient également vecteurs de la maladie.
  • Le risque infectieux n’est pas réduit au seul trajet à pied en zone d’endémie. D’autres comportements à risque sont peu à peu identifiés, comme la possession d’un écureuil de Corée.
  • Excepté l’érythème migrant (EM), qui est très évocateur, les manifestations cliniques sont non seulement extrêmement variables d’un patient à l’autre, mais aussi sans aucune spécificité. Elles peuvent simuler de nombreux tableaux au point de tromper le corps médical des décennies durant.
  • Conséquence de cela, nombreux sont les médecins qui répugnent à envisager l’éventualité d’une maladie de Lyme, même ...
Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 45, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique Lyme diagnostic maladie de lyme Lyme
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous