Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Antibiorésistance : la relève des huiles essentielles

Article paru dans le journal nº 29 Acheter ce numéro
  • La relève des huiles essentiellesLa relève des huiles essentielles

Certaines huiles essentielles sont capables de rivaliser avec les antibiotiques, et même de les surpasser, souvent. Elles accomplissent une tâche vitale, celle de procéder à l’élimination de nos ennemis au coeur même de notre organisme. L’huile essentielle agit par le totum (ou totalité) de la plante, ce qui fait que chaque molécule interagit avec les autres, dans une synergie dont la complexité du mécanisme reste encore obscure pour la science.

Les huiles essentielles,
ce n'est pas nouveau

Leur utilisation remonte à l’aube de l’humanité : elles furent utilisées d’une façon traditionnelle dans les domaines ritueliques et médicaux en plus de la parfumerie, des massages aux onguents et de l’art de l’embaumement.

Depuis 7 000 ans, à notre connaissance, les Sumériens, les Chinois, les Chaldéens, les Ayur Védas, les Assyriens, les peuples précolombiens d’Amérique, les Perses, les Grecs, les Romains, les Arabes et surtout les Égyptiens ont maîtrisé l’art d’utiliser les huiles aromatiques en tant qu’antiseptiques et en tant que régulateur neuropsychique.

Depuis un siècle, la recherche scientifique a encore affiné leurs domaines d’utilisation.

En 1881, Koch étudia l’action de la térébenthine sur le bacille anthracis et en 1887, Chamberland étudie celle des huiles essentielles d’origan, de cannelle et de clous de girofle qui restent actuellement des essences majeures dans les infections.

Hélas, l’enthousiasme scientifique, voire le fanatisme, pour les molécules de synthèse ont occulté pour un temps ce que la nature avait patiemment élaboré au travers des millénaires, reniant globalement la science des anciennes civilisations de l’Antiquité. Je dis bien pour un temps, car ce que la nature n’a pas sélectionné présente toujours des inconvénients à long terme  - nous sommes en train d’en faire la preuve avec les antibiotiques et les molécules de synthèse.

Ces huiles essentielles contiennent des molécules suffisamment agressives, comme les phénols, pour détruire des populations entières de bactéries, de parasites ou de champignons vivant à nos dépens, qui se seraient installés de façon intrusive ou abusive dans notre organisme, déséquilibrant ainsi notre flore, notre muqueuse, et jusqu’à notre système immunitaire. Mieux encore, si elles sont agressives envers les microbes, bien utilisées, elles sont inoffensives pour le reste de l’organisme.

Une aubaine dans un contexte médical où les acteurs se questionnent au quotidien sur la possibilité de faire face aux attaques de pathogènes de plus en plus difficiles à combattre : l’apparition de souches résistantes aux antibiotiques, dont les maladies nosocomiales ne sont que le sommet de l’iceberg, et la ...

Image description

Il vous reste encore 70% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 29, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous