Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Mycoplasmes : quel traitement pour cette infection sexuellement transmissible ?

Article paru dans le journal nº 64 Acheter ce numéro
  • La bactérie mycoplasmaLa bactérie mycoplasma

Parmi les infections sexuellement transmissibles, une « nouvelle arrivée » fait de plus en plus parler d’elle : Mycoplasma genitalium. Plus répandue qu’il n’y paraît, encore mal diagnostiquée et de plus en plus difficile à soigner, elle va donner du fil à retordre à la médecine. Les plantes et réponses naturelles peuvent-elles aider à s’en débarrasser ? Bilan des recherches existantes.

Le monde des micro-organismes n’a pas fini de nous inquiéter ni d’accaparer les chercheurs. Tout indique que nous n’en connaissons, au plus, que la partie émergée de l’iceberg. De nombreuses formes virales et microbiennes ont la capacité d’infecter le corps en toute discrétion (sans déclencher de fièvre), puis de persister dans l’organisme pendant des années, accompagnées de manifestations plus ou moins marquées. Avant, finalement, de déclencher d’éventuelles pathologies chroniques, dont la cause infectieuse échappe la plupart du temps au médecin.

Une bactérie inédite est en lice pour devenir la « nouvelle star » des infections sexuellement transmissibles (IST) : Mycoplasma genitalium. Pour deux raisons : premièrement, cette bactérie de la classe des Mollicutes est la plus petite actuellement connue capable de se répliquer par elle-même ; deuxièmement, il n’existe pour la contrer que quelques antibiotiques efficaces, pour lesquels les cas de résistance se multiplient.

Une infection discrète mais pas anodine

Mycoplasma genitalium (MG) commence à inquiéter les milieux médicaux. Encore peu connue, décrite pour la première fois en 1980, la médecine n'a validé son caractère sexuellement transmissible que depuis 2015. Cette bactérie de la famille des mycoplasmes se distingue de ses consœurs par son caractère plus infectieux et plus virulent, comparable à Chlamydia trachomatis ou Neisseria gonorrhoeae (gonocoque).

Pour l’heure, MG est encore peu recherchée par les médecins car souvent asymptomatique. Elle est pourtant reconnue comme responsable chez l’homme d’urétrites (inflammation de l'urètre), d’épididymite (inflammation du canal reliant les testicules à la prostate) et de prostatites. Les symptomes possibles sont :

  • Miction plus fréquente ou brûlure à la miction
  • Inflammations génitales, douleurs durant les rapports sexuels, écoulements

Chez la femme, elle est responsable d'urétrite (inflammation de l'urètre) et de cervicites (inflammation du col de l’utérus). Les symptomes possibles sont :

  • Mictions plus fréquentes ou brûlures à la miction
  • Douleurs vaginales et pelviennes, écoulements, saignements anormaux

Mais on soupçonne également cette bactérie d’être à l’origine d’endométrites, d’autres infections génitales hautes (trompes, ovaires), de grossesses extra-utérines, d'infertilité, de naisances prématurées et de fausses couches.

Dans la grande famille des mycoplasmes, il y a également Mycoplasma hominis et Mycoplasma Ureaplasma spp, des germes habituels (« commensaux ») du tractus uro-génital bas. Généralement considérées comme sans conséquence, ces espèces peuvent néanmoins être responsables d’infections gynécologiques et néonatales lorsqu’elles sont en surnombre, ainsi que de troubles de la reproduction et d'accouchement prématuré – des problématiques en progression constante.

C’est aussi le cas de l’infection à chlamydia, actuellement ...

Image description

Il vous reste encore 84% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 64, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous