Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Une vie saine pour le bien des hormones

Article paru dans le journal nº 81 Acheter ce numéro
  • Faire de l'exercice, bon pour votre santé hormonaleFaire de l'exercice, bon pour votre santé hormonale

De plus en plus de Françaises délaissent la pilule pour des contraceptions avec moins d’effets indésirables. Beaucoup trouvent des avantages à arrêter les hormones, mais parfois apparaissent des symptômes désagréables. Outre-Atlantique, cela s’appelle le « syndrome post-pilule ». En France, le sujet reste méconnu et les femmes cherchent, seules, des remèdes. Tour d’horizon des bénéfices et désagréments les plus courants de ce changement. (partie VI)

Aider son corps à traverser des bouleversements hormonaux ne peut pas passer par un seul « remède miracle » et demande d’adopter de bonnes habitudes.

Adoptez un régime alimentaire sain et varié

En post-pilule, il est déconseillé de limiter l’apport calorique ou de se priver de bonnes graisses. C’est essentiel pour booster vos sécrétions d’hormones et diminuer un éventuel état inflammatoire.

Dormez suffisamment et profondément

Un sommeil de qualité est vital pour votre santé hormonale. Dormez au moins sept heures par nuit et évitez les écrans deux heures avant le coucher (ou optez pour un filtre anti-lumière bleue).

Lire aussi Contraceptions "naturelles" : quelles alternatives à la pilule ?

Faites de l’exercice

Mettre votre corps en mouvement stimule votre appareil cardio-vasculaire et vos systèmes nerveux, endocriniens et digestifs. Pratiquer au moins trente minutes d’activité physique par jour favorise l’amélioration d’un syndrome post-pilule en développant l’ensemble des fonctions de votre corps ainsi que votre sommeil et aide à lutter contre le stress ou la dépression.

Réduisez migraines, acné et chutes de cheveux

Le Dr Brighten conseille une dose quotidienne de 400 mg de vitamine B2 ou 250 mg de bromélaïne (issue de l’ananas) contre les migraines. Pour freiner la chute de cheveux, prendre des suppléments en fer, vitamine B ou encore des herbes comme la rhodiola ou l’ashwagandha.

Concernant l’acné post-pilule, éliminez les produits laitiers et consommez des aliments riches en probiotiques (nourriture et boissons fermentées). Une supplémentation en zinc (30 mg par jour sous forme de gluconate), la levure de bière (2 g trois fois par jour durant le repas) ou le probiotique Saccharomyces boulardii (ultra-levure) sont efficaces. Le Dr Briden conseille également la prise de berbérine (un antibiotique naturel) sur le court terme (attention, ce traitement a de possibles interactions avec d’autres médicaments).

Renforcez votre fertilité

La gynécologue Bérangère Arnal rappelle que « les perturbations micronutritionnelles induites par la prise d’hormones de synthèse seraient responsables d’infertilité et de fausses couches » et que « le spina-bifida du nouveau-né est clairement associé à un déficit en vitamine B9 ». Or « la prise de pilule diminue de façon importante les concentrations en vitamine B9 ». Si vous arrêtez la pilule pour avoir un enfant, elle insiste sur l’importance de se supplémenter en vitamines C, B9, B6 et B12.

Combien de temps pour voir des résultats ?

Le Dr Briden détaille le temps moyen d’amélioration des différents symptômes d’un SPP :

  • Quelques jours : syndrome prémenstruel.
  • Un à deux mois : règles hémorragiques, fibrome, symptômes endométriosiques.
  • Trois à six mois : règles irrégulières, acné.
  • Six mois à plus d’un an : chute de cheveux, hirsutisme.

Pour approfondir le sujet, nous vous recommandons les ouvrages des Dr Brighten et Briden ainsi que leurs sites Internet. Gageons également que l’avenir verra naître de nouveaux moyens de contraception sans ce type d’effets indésirables.

Contraceptions masculines

Où s’informer ?

• Association pour la recherche et le développement de la contraception masculine : contraceptionmasculine.fr

• La permanence contraception masculine, le premier samedi de chaque mois au Planning familial, 10 rue Vivienne, 75 002 Paris.

• Consulter le Dr Jean-Claude Soufir à l’hôpital Cochin, à Paris, pour une méthode hormonale.

• Consulter le Dr Roger Mieusset, au CHU de Toulouse pour une méthode thermique.

• Thomas Bouloù, atelier de fabrication de sous-vêtements contraceptifs : thomasboulouetcie@riseup.net

• L’association Garcon (Groupe d’action et de recherche sur la contraception) : garcon.link

Guides pratiques et partage d’expériences (méthode thermique et vasectomie)

Pointpointpoint.org/contraceptions-testiculaires

Remuernotremerde.poivron.org

Bobika. cool/cœur

Leroidelacapote.com

 

Dossier réalisé par Sabrina Debusquat.

Sabrina Debusquat est journaliste spécialiste de la santé des femmes, et auteure en 2017 de J’arrête la pilule et en 2019 Marre de souffrir pour ma contraception (éd. Les liens qui libèrent). Elle a réalisé un sondage en ligne en 2017 qui lui a permis de recueillir 3 616 réponses de femmes francophones âgées de 13 à plus de 50 ans.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique pilule fertilité contraception

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous