Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Veines : les traitements complémentaires à privilégier

Article paru dans le journal nº 1 Acheter ce numéro
  • Traitement naturel de l'insuffisance veineuseTraitement naturel de l'insuffisance veineuse

Il existe des protocoles efficaces en homéopathie, des plantes classiques du confort veineux qui donnent de bons résultats, des formules d'aromathérapie qui soulagent vraiment. Ajoutez-y une pincée d'acupuncture ou de drainage lymphatique et vos problèmes de circulation deviendront plus supportables.

L’homéopathie

Elle offre un large choix de remèdes, tant pour améliorer le terrain que pour accélérer la guérison des épisodes veineux aigus.

Insuffisance veineuse non compliquée

  • Arnica montana : varices tendues, dont la douleur est aggravée par l’effort physique.
  • Aesculus hippocastanum : varices douloureuses, compliquées de troubles trophiques (mauvaise nutrition de la peau qui est mal irriguée).
  • Carbo vegetalis : varices compliquées de troubles trophiques sévères, voire d’ulcères chroniques responsables de douleurs à type de brûlure alors que la peau environnante est objectivement froide.
  • Hamamelis : insuffisance veineuse souvent débutante, caractérisée par l’apparition de varices, la sensation de distension douloureuse des mollets à la chaleur et une tendance aux ecchymoses au moindre choc.
  • Zincum metallicum : lorsque les varices sont douloureuses et s’accompagnent d’un syndrome des jambes sans repos. Posologie : 3 granules en 9 CH deux fois par jour. Toutefois, il convient de leur adjoindre systématiquement le remède de fond adapté au terrain comme Calcarea fluorica, Graphites, Lachesis mutus, etc. Cette détermination est du ressort d’un médecin homéopathe.

Phlébite superficielle

  • Apis mellifica : varice œdématiée plutôt rose, douloureuse, améliorées par les applications froides, aggravées par les chaudes ; 3 granules en 9 CH toutes les deux heures puis espacer dès amélioration.
  • Belladona : la varice est devenue rapidement douloureuse (sensation de brûlé pulsative), tuméfiée, rouge et très chaude. Même posologie.
  • Lachesis mutus : varice extrêmement douloureuse, violette, reposant sur des tissus aussi violacés, aggravée par le moindre contact et toute forme de chaleur sans pourtant être particulièrement améliorée par la fraîcheur.
  • Vipera redi : indiqué tant que les douleurs au niveau de l’œdème périphérique sont aggravées jambes pendantes et améliorées jambes surélevées.
  • Arnica montana : du fait de son action élective sur les capillaires, certains praticiens l’associent à tout autre remède au cours d’une phlébite superficielle.
  • En cas de phlébite

Même si la maladie veineuse s’est compliquée, c’est le même ensemble de remèdes homéopathiques qui est utile.
Hamamelis et Pulsatilla sont les plus fréquemment nécessaires, et le plus souvent en association ; 3 granules en 9 CH toutes les deux heures, tantôt de l’un, tantôt de l’autre.

Du fait de l’évolution toujours possible vers une embolie, il est fortement déconseillé de s’automédiquer : le conseil d’un médecin reste indispensable.

  • En cas de varices

En cas de varices, il est recommandé, en plus des traitements cités ci-dessous, d'appliquer un traitement spécifique. Voyez comment sur sur soignez-vous.com.

La phytothérapie

De très nombreuses plantes ont des vertus veinotropes. Parmi les grands classiques :

  • Le marron d’Inde (écorce), Aesculum hippocastanum, riche en æscine. Action anti-inflammatoire et anti-œdémateuse puissante. Sous forme de suspension intégrale de plante fraîche (SIPF Marron d'Inde), la posologie est de 5 ml deux fois par jour.
  • Le mélilot (sommité fleurie), Melilotus officinalis, riche en flavonoïdes et en coumarine. Actions veinotonique, lymphotonique, anti-inflammatoire, anti-œdémateuse et anticoagulante. Intéressante dans toutes les insuffisances veineuses. Sous forme SIPF Mélilot, même posologie que le précédent ; en gel, 1 à 2 applications par jour.
  • La vigne rouge (feuille), Vitis vinifera, riche en flavonoïdes dont la quercétine (feuille) et en OPC (pépin de raisin). Quelle que soit la partie utilisée, soulagement des symptômes de l’insuffisance veineuse. Posologies habituelles : entre 150 et 300 mg par jour d’extrait de pépin de raisin et entre 360 et 720 mg par jour d’extrait de feuille.

Il existe également des complexes de phytothérapie usuelle, de la médecine Unani et des grands classiques.

Les complexes de phytothérapie usuelle

Cica Derm (Labo Sofibio): ananas, curcuma, papaye, huile essentielle de bergamote et de silice colloïdale. Action anti-inflammatoire et anti-œdémateuse, capacité à accélérer la cicatrisation en favorisant la division cellulaire. Intéressant dans tous les problèmes circulatoires des membres inférieurs avec œdème et troubles trophiques
2 gélules deux fois par jour.

Circulum (Labo Sofibio) : cassis, cornouiller, hamamélis, vigne rouge. Traitement symptomatique des troubles circulatoires veineux et des crises hémorroïdaires
1 cuiller à café trois fois par jour au moment des repas.

Circulactif (LaboSP) : ananas, citron, cresson, cyprès, haricot vert et hamamélis. Mêmes indications que le remède précédent, 1 comprimé par jour.

Les complexes issus de la médecine Unani

BotaVein (Botavie) : lotion huileuse composée de distillats de plantes (hydraste du Canada, mûrier noir, marronnier d’Inde, ortie blanche, pensée sauvage) et de soufre qui pénètre à travers les couches de la peau jusqu’au réseau capillaire et veineux. Astringente et cicatrisante, elle favorise la résorption de l’inflammation locale et assure au tissu veineux tonus et élasticité ; 2 applications par jour, de la fin mars à la fin septembre.

CardioVascine (Botavie): complexe (acore graminée, agripaume, amour-en-cage, arjuna, guggul, jujubier, lavande stéchade) visant à prévenir et réduire les risques cardiovasculaires artériels comme veineux ; 1 à 2 gélules par jour, toujours après un repas.

DynOrgan (Botavie): complexe conçu pour le drainage des toxines, très utile en début de cure ; 2 gélules trois fois par jour après les repas, pendant dix jours.

L’aromathérapie

Plusieurs huiles essentielles ont un intérêt par voie externe. En voici quelques-unes :

  • cèdre (Cedrus atlantica ou C. deodara),
  • Lentisque pistachier (Pistacia lentiscus)
  • cyprès (Cupressus sempervirens),
  • hélichryse italienne (Helichrysum italicum),
  • genévrier (Juniperus communis),
  • menthe poivrée (Mentha piperita),
  • santal blanc (Santalum album),
  • vétiver (Vetiveria zizanioides).

Comme chacune possède une action assez spécifique, il convient mieux de les associer. Choisissez-en trois mélangez-les à parts égales et appliquez 20 gouttes de cette préparation diluée dans deux cuillère à soupe d'huile végétale sur la zone à traiter et masser du bas vers le haut 3 fois par jour.

Il existe également une formule à fabriquer facilement chez soi que vous pouvez trouver ici.

Veno Easy Cream (LaboSP) a l’avantage d’être une préparation toute faite (HE de Cupressus sempervirens, Gaultheria procumbens, Melaleuca alternifolia, Melaleuca quinquenervia, Mentha arvensis, Eugenia caryophyllus et Helichrysum italicum) ; 2 applications par jour.

Le miel de Manuka

De tous les miels, il possède le plus fort pouvoir antiseptique contre les quatre souches les plus fréquemment rencontrées (Bacillus subtilis, Escherichia coli, Staphylococcus aureus et Pseudomonas aeruginosa) au cours des plaies et des ulcères cutanés quelle qu’en soit la cause. Comme c’est un excellent immunostimulant général, il est conseillé de l’utiliser par voies interne et externe.

Employer un miel de manuka de qualité médicale est essentiel : marques UMF et MGO. Il existe différentes présentations adaptées au niveau de gravité de la pathologie cutanée et de la déficience immunitaire. Se reporter aux indications fournies par les importateurs.

L’acupuncture

En stimulant la circulation sanguine et en tonifiant les parois veineuses, elle apporte un soulagement supplémentaire à celui qu’apportent la contention et les veinotoniques.

Les cures thermales

Outre l’amélioration des signes fonctionnels (lourdeurs, crampes) et des troubles trophiques (eczéma, ulcère), elles sont l’occasion de pratiquer une rééducation articulaire et musculaire et de mettre en pratique les conseils d’hygiène générale et spécifique à l’insuffisance veineuse.

Douze stations thermales ont aujourd’hui l’agrément dans cette indication, dont Argelès-Gazost, Bagnoles-de-l’Orne, Barbotan, Dax, etc.

Le drainage et l’aquadrainage lymphatiques

En dehors des cas de phlébite et de paraphlébite où elles sont contre-indiquées, ces formes de massage apportent un soulagement quasi immédiat car elles stimulent à la fois les retours veineux et lymphatique. Toutefois, en obligeant à un effort volontaire (pédalage en piscine), l’aquadrainage a une action supérieure.

La thermothérapie différentielle de Pierre Gardelle

Basée sur le deuxième principe de la thermodynamique de Carnot selon lequel, dans un cycle fermé, on ne peut créer de travail sans l’existence de deux sources de températures différentes, la méthode Gardelle propose d’appliquer une vessie de glace sur le site à soigner (un linge – stérile en cas d’ulcère – est interposé) et une serviette éponge mouillée, la plus chaude possible, sur l’ensemble de la paroi abdominale. En procédant à 3 applications par jour à raison d’une heure à chaque fois, le soulagement sera rapide et la cicatrisation accélérée.

 

Carnet d'adresse :

Pour vous procurer les remèdes cités plus haut cliquez ici

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes