Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Que propose la médecine classique ?

Article paru dans le journal nº 1 Acheter ce numéro
  • veinesveines

La médecine classique commence toujours par conseiller l'emploi de bas ou de collants de contention. Ensuite, elle sort la grosse artillerie... avec peu de succès.

Insuffisance veineuse non compliquée…

Ce que propose en tout premier lieu la médecine classique (bien qu’elle ne soit pas seule à le faire), c’est la contention au moyen de bas ou de collants qui, en renforçant l’effet des contractions musculaires sur le réseau veineux pendant la marche, accélère le flux sanguin et réduit la stase.

Selon la gravité de l’insuffisance veineuse, le degré de contention des bas varie, passant de la classe 1 pour la prévention à la classe 4 pour la très forte contention correspondant à l’insuffisance lymphatique.

Quant aux médicaments, le bât blesse

Leur recommandation a d’abord été limitée par les références médicales opposables (RMO : ensemble de recommandations faites aux médecins à la fin du siècle dernier) avant d’être considérés comme médicaments de confort, donc sans grand intérêt. Pourtant, de nombreuses études ont suffisamment établi que leur action était loin d’être nulle

La rutine et ses dérivés

Parmi les médicaments à visée veineuse, on peut citer les oxérutines (troxérutine), synthétisées à partir de la rutine (ou sophorine), un pigment végétal naturel jaune faisant partie des flavonoïdes. Leur efficacité vasoprotectrice a été démontrée par de nombreuses études (500 mg matin et soir du début du printemps au début de l’automne). La posologie doit être triplée (1 500 mg) en cas de crise hémorroïdaire.

La diosmine (Daflon, Diovenor) est un flavonoïde extrait soit d’agrumes soit des boutons floraux du Sophora japonica, un arbre originaire de Chine. En plus des mêmes effets que les oxérutines, elle facilite la cicatrisation des ulcères variqueux.
La prévention que peuvent exercer ces produits est pourtant totalement négligée par la médecine classique..

La crénothérapie et le drainage lymphatique sont peu prescrits

La préférence est donnée à la sclérothérapie (injection de produit afin de réduire certaines varices et les varicosités), à la phlébectomie (exérèse de varices de moyen et gros calibre) et à l’éveinage (ablation des varices étagées des veines saphènes).
la phlébite et ses complications…

Avec la révélation de la possibilité d’une thrombose des veines profondes associée à une thrombose des veines superficielles, la prescription des médicaments ci-dessous s’est considérablement élargie. Que ce soit à titre préventif ou curatif, les premiers remèdes utilisés sont de la famille de l’héparine ou exercent une ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 1, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois
Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes