Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Autres pathologies bucco-labiales

Article paru dans le journal nº 69 Acheter ce numéro
  • La mauvaise haleine, pas à prendre à la légèreLa mauvaise haleine, pas à prendre à la légère

Les aphtes

Ce sont de petites ulcérations de la muqueuse (intérieur des joues, langue, palais...) dont l’origine est encore mal comprise, bien que la piste infectieuse ait été écartée. Il semble que de multiples facteurs déterminent leur apparition. Parmi eux, des réactions à certains aliments (noix, gruyère, œufs, café, etc.) ou à des conservateurs alimentaires tel l’acide benzoïque. Des carences en nutriments sont également soupçonnées, notamment en vitamine B9 et B12, en zinc et en fer. La prise de médicaments comme des anti-inflammatoires non stéroïdiens ou des bêta-bloquants serait aussi concernée. La plupart du temps, les aphtes guérissent en quelques jours et la muqueuse buccale retrouve son état initial. Pour les remèdes spécifiques des aphtes lire cet article.

Les mycoses buccales

Le plus souvent, il s’agit d’une candidose, c’est-à-dire un déséquilibre du microbiote buccal avec développement exagéré de bactéries Candida et régression de la flore saprophyte. Cela peut être causé par une prolifération de poches bactériennes dans le parodonte, ou refléter une candidose digestive intestinale. Elles sont un mélange entre développement d’agents infectieux et diminution de l’immunité. On trouvera, parmi les symptômes, une langue noircie, des taches blanches sur la langue et les muqueuses (muguet) ou une atteinte de la commissure des lèvres (perlèche). La prise en charge sera habituellement globale, avec un rééquilibrage acido-basique, le rétablissement d’un écosystème intestinal correct et une lutte contre les symptômes locaux pour soulager la personne atteinte.

La perlèche

Elle se caractérise par une lésion à la commissure des lèvres, le plus souvent bilatérale, d’origine infectieuse, carentielle ou inflammatoire, et n’est donc pas obligatoirement le reflet d’une mycose buccale. Parmi les carences incriminées, on retrouve celles en vitamines B9 et B12 ou en fer. Du côté de l’influence infectieuse, les responsables, hors Candida, sont des staphylocoques ou des streptocoques. Évidemment, certaines conditions favorisent ou entretiennent le développement d’une perlèche, dont toute situation occasionnant une macération de salive aux coins des lèvres (port de masque, tic de léchage, prothèse dentaire, objets fréquemment portés à la bouche, etc.). La prise de corticoïdes inhalés ou d’antibiotiques peut ...

Image description

Il vous reste encore 70% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 69, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique bouche bouche
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous