Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Les dents, des éléments vivants

Article paru dans le journal nº 69 Acheter ce numéro
  • Les dents, des éléments vivants

la dent est une structure spécifique extrêmement solide, irriguée et innervée, en perpétuelle évolution. Elle se structure en trois couches, de l’intérieur vers l’extérieur : la pulpe, la dentine et l’émail.

L’émail est la partie visible des dents, elle a un rôle de protection des couches intérieures. Elle est ainsi directement exposée au milieu bactérien de la bouche et à son pH. Sa structure est à 97 % minérale (de l’hydroxyapatite, un phosphate de calcium) et à 3 % de trame collagénique. La dentine, couche intermédiaire, a une proportion plus grande de trame de collagène (fabriqué grâce à l’eau, la vitamine C et le cuivre) et accueille le prolongement des odontoblastes (cellules qui bâtissent la dent). Ceux-ci sont présents en périphérie de la couche interne (pulpe) et actifs tout au long de la vie à fabriquer la dentine à un rythme déterminé par le niveau d’agression et les besoins. Quant à la pulpe, elle héberge la vascularisation, pour apporter les éléments nécessaires à sa structure et son fonctionnement et garantir de bons échanges, mais aussi l’innervation, pour transmettre les signaux sensitifs et y réagir.

Caries et déminéralisation

L’objectif de cette logistique est de préserver un état sain de la dent, afin qu’elle puisse accomplir sa mission en bouche. Sans ce système vivant, la dent se fragiliserait et risquerait de casser, auquel cas elle deviendrait inutile. Une dévitalisation n’est d’ailleurs souvent envisagée que lorsque la dernière couche est atteinte, et l’on tentera d’agir au préalable pour éviter cela, en stoppant par exemple une carie avant qu’elle ne prenne cette ampleur.

Souvenons-nous que le microbiote de la bouche est fonction du pH, et que plus ce dernier diminue, plus certaines bactéries sont opportunément remplacées par d’autres – l’équilibre sain et protecteur est alors corrompu. La fameuse plaque dentaire, composée entre autres de ces bactéries et de tarte, sera alors plus ou moins agressive pour la structure des dents. En effet, certaines souches vont produire plus d’acide, ce qui entraînera une dissolution des minéraux de l’émail (plus le pH diminue, plus le phosphate de calcium est soluble), et créer une brèche dans laquelle elles vont progresser, perpétuant cette déminéralisation jusqu’à ce qu’on les arrête (généralement à l’atteinte de la dentine, car c’est douloureux). Une réaction inflammatoire importante causée par ces bactéries buccales pourra même faire progressivement perdre l’attache de la dent à la mâchoire (maladie parodontale). À l’inverse, une hausse du pH augmente la précipitation des composants minéraux. Il convient donc, une fois de plus, d’insister sur l’importance du pH salivaire dans la santé de la bouche.

La ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 69, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique bouche bouche
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous