Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

BPCO et bronchite chronique : des plantes pour aider les poumons des fumeurs

Article paru dans le journal nº 57 Acheter ce numéro
  • Le plantain, grand anti-inflammatoire et anti-allergique respiratoire.Le plantain, grand anti-inflammatoire et anti-allergique respiratoire.

En attendant d’arriver à arrêter de fumer, quatre plantes sont susceptibles de vous aider à prévenir les inflammations  respiratoires et les BPCO, ces maladies handicapantes souvent induites par un tabagisme actif ou passif.

On estime que les broncho-pneumopathies chroniques obstructives (BPCO) touchent 7,5 % des adultes, mais resterait non diagnostiquées dans neuf cas sur dix. Elles se traduisent par une inflammation des alvéoles des poumons et une hypersécrétion de mucus, et seraient liées au contact répété avec des molécules toxiques, comme celles contenues dans la fumée de cigarette (85% des cas).

Les alvéoles finissent par perdre de leur élasticité, jusqu’à parfois être détruites (emphysème), ce qui a pour effet mécanique de rendre la respiration plus difficile. Un cercle vicieux se met alors en place : moins d’activité physique pour cause de gêne respiratoire, donc une sédentarité croissante, procurant elle-même une moindre capacité respiratoire, etc.

Ces pathologies sont généralement prises en charge de manière médicamenteuse avec, dans un premier temps, l’utilisation de bronchodilatateurs. Si elles sont découvertes sur le tard, on aura recours à de l’oxygénothérapie de longue durée.

Des plantes contre la gêne respiratoire

 

  • Vous avez plus de 40 ans ?
  • Vous fumez et toussez tous les jours ou presque ?
  • Votre toux est grasse ?
  • Vous essoufflez rapidement ?

Si vous répondez oui à 3 des questions précédentes il est tout à fait possible que vous souffriez d’une BPCO sans le savoir. Pour le vérifier, il serait bon de consulter un pneumologue. Et, de façon plus générale, de reprendre votre santé en main, notamment par la mise en place d’une activité physique régulière et par l’arrêt du tabac. Les plantes peuvent vous y aider, que ce soit en phytothérapie, par homéopathie ou grâce à des élixirs floraux.

Les plantes peuvent également contribuer à limiter la gêne respiratoire en tant que telle. Une étude pointe ainsi l’intérêt de certaines d’entre elles dans la réduction de l’inflammation pulmonaire chronique en limitant l’obstruction des alvéoles :

  • la grande bardane (Arctium lappa), au rôle de détoxifiant
  • le grand plantain (Plantago Major) aux vertus anti-inflammatoires respiratoires et anti-allergiques
  • la prêle des champs (Equisetum arvense), qui fait preuve des mêmes indications anti-inflammatoires.
  • le guaco (Mikania Glomerata Spreng), qui possède des composés capables d’inhiber la vasoconstriction des bronches.

Contrairement aux trois premières, très répandues dans nos campagnes, le guaco ne pousse pas sous nos latitudes et n'est malheureusement pas disponible en France.

 

Une combinaison de molécules prometteuse

À partir d’études sur les animaux, les chercheurs ont mis en évidence les effets prometteurs de la prise combinée d’extraits de ces plantes : la congestion pulmonaire a diminué, les paramètres globaux de l’inflammation également, tandis que les cellules de la trachée étaient moins abimées. De plus, l’administration de ces plantes – des classiques de la phytothérapie – n’a montré aucun effet toxique sur le foie. Les scientifiques en charge de l’étude ont conclu au potentiel intéressant de ce mélange dans la prise en charge des BPCO.

Autant d’arguments pour faire de ces plantes, sous forme de tisanes ou d'extraits de plantes fraiches, des « compagnes » bienvenues à la reprise du sport et à l’arrêt de la cigarette. Enfin, gardez en tête qu’il n’est jamais trop tard pour s’y mettre. Une étude réalisée auprès de 9 000 fumeurs suivis pendant 34 ans a montré qu’arrêter le tabac diminue progressivement les risques de cancer des poumons. Ainsi, dès cinq ans après l’arrêt du tabac, les risques de cancer du poumon ont réduit de 39 %.

 

Carnet d'adresse :

Tisanes ou SIPF des différentes plantes en herboristerie (sauf le guaco, difficile à trouver en France).

 

Références :

“Anti-inflammatory actions of herbal medicines in a model of chronic obstructive pulmonary disease induced by cigarette smoke”, Biomedicine & Pharmacotherapy (2018).

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique Accouchement BPCO
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous