Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

"La der des ders " ? Approche naturelle du sevrage tabagique

  • Les approches naturelles au secours de votre volonté pour le sevrage tabagiqueLes approches naturelles au secours de votre volonté pour le sevrage tabagique
Article paru dans le journal nº 92

À la faveur du confinement, du stress social et économique, voilà que la consommation de cigarettes a augmenté malgré un tarif prohibitif. Alors ? On profite de l’été pour prendre de bonnes résolutions ? Allez, on se dit que cette cigarette, celle que vous tenez est la dernière ! On vous donne ici quelques conseils pour fourbir vos armes contre le tabac et cette satanée nicotine.

«Fumer tue ! » C’est écrit dessus en caractère gras sur chaque paquet de cigarettes vendu 10 euros au minimum – tiens, en passant, l’État a empoché 14 milliards d’euros HT de bénéfices en 2020 sur la vente, soit 10 % de plus qu’en 2019 ! Le tabac ne se contente pas de tuer. Avant, il entraîne toute une palanquée de maux tels que toux chroniques, migraines, troubles de la digestion, impuissance sexuelle (la liste n’est pas exhaustive) et enfin cancer de la gorge, des poumons, de langue, entre autres joyeusetés…

Consommation de tabac à la hausse

Malgré cela, et soi-disant à la faveur du confinement et du stress économique et social, la consommation est repartie à la hausse, touchant les 18-75 ans, autant dire tout le monde. En clair, un quart des Français (25,5 %) fument tous les jours.

La cigarette contient une substance alcaloïde puissante qui crée la dépendance au tabac : la nicotine. Cette nicotine agit sur le noyau accumbens, une zone du cerveau qui sécrète l’hormone du plaisir : la dopamine. Hormone intégrée dans le circuit dit de la « récompense ». Et quelle récompense… Pour ceux qui fument un paquet par jour à 10 euros, c’est un peu plus de 3 600 euros qui partent en fumée. Pas mal de brûler son budget vacances en jaunissant ses dents.

La médecine classique offre des traitements dont l’efficacité limitée ouvre la porte à la cigarette électronique dont on ne mesure pas encore les effets délétères sur la santé.

L’énergie des reins

Fumer ou ne pas fumer ? Peu importe, c’est une question de volonté, celle de "l’énergie des reins", nous explique la médecine traditionelle chinoise. Des solutions naturelles existent mais elles ne seront réellement efficaces que si la personne a vraiment envie d’arrêter de fumer et ne subit pas la pression de son entourage.

La première piste à explorer, c’est l’activité physique. Elle est progressive, régulière, non agressive. Le vélo, la natation, la marche nordique, la randonnée en montagne ou les escaliers pour les citadins (monter quatre étages sans être essoufflé est la norme).

L’alimentation est la deuxième piste à suivre. Viande en sauces, charcuteries, fromages crémeux, fritures font partie (faisaient ?) des menus du fumeur. Il est vrai qu’une cigarette après une salade verte et un yaourt à 0 % présente peu ­d’intérêt alors qu’un bon gros cigare après une blanquette de veau et une forêt noire ça a de « la gueule » ! En réalité il vaut mieux opter pour légumes et fruits frais (bio et de saison) qui vont compenser la perte en vitamine C due au tabagisme (25 mg par cigarette tout de même). Vitamine C présente dans le persil, les baies de Goji, les fruits rouges (myrtilles, cassis, arbousier) et les oranges (à consommer dans les vingt minutes après pressage).

En phytothérapie, on s'orientera vers des plantes soutenant nos neuromédiateurs (tels que le griffonia ou l'avoine) et calmantes du système nerveux (passiflore, mélisse, valériane) pour le travail de la volonté ne soit pas parasité à l'excès par des déséquilibres neurochimiques ou bien de l'hyperémotivité (contre lesquels le tabac apparait souvent comme la béquille trop commode). Si le kudzu a largement fait ses preuves sur l'addiction à l'alcool, tel n'est pas le cas sur le sevrage nicotinique.

L’aromathérapie est également d'une aide précieuse. Les huiles essentielles conseillées sont très variées et sont généralement proposées en combinaison, sous forme de mélange dont on pose quelques gouttes sur les poignets et que l'on respire profondément plusieurs fois par jour pour lutter contre la compulsion à fumer.

Généralement ces mélanges associent :

- des huiles essentielles apraisantes du mental (marjolaine à coquilles, petit grain bigarade, mandarine, camomille romaine, verveine exotique, lavande fine...)

- des huiles essentielles avec une signature olfactive forte ou soutenant la fonction respiratoire (eucalyptus radiata, eucalyptus mentholé, myrte vert, menthe poivrée...).

Ceux qui appliqueront ce programme en hiver pourront en plus masser leurs reins avec quelques gouttes d’huile essentielle de genévrier (Juniperus communis).

L’aspect psychologique du tabagisme ne peut nous dispenser de l’homéopathie avec Caladium (Caladium seguinum) en 9 CH. Prendre 1 à 3 granules avant chaque cigarette.

Enfin et pour terminer quelques conseils d’hygiène de vie :

- ne pas fumer dès le réveil (donc dans la chambre)

- ne pas fumer en voiture (dans un espace clos non aéré)

- ne pas fumer avant de manger (le tabac réduit l’appétit).

Programme anti-tabac (Pendant deux mois minimum et à renouveler si nécessaire.)

Pratiquez une activité physique régulière

Soyez attentif à votre alimentation

Adoptez ce programme en associant aromathérapie, phytothérapie et homéopathie.

Lire aussi BPCO et bronchite chronique : des plantes pour aider les poumons des fumeurs

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé