Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

J’ai testé la luxopuncture pour cesser de fumer

Article paru dans le journal nº 69 Acheter ce numéro
  • En matière de sevrage, en avoir envie est particulièrement nécessaire.En matière de sevrage, en avoir envie est particulièrement nécessaire.

Alors que je venais bêtement de me fêler les côtes, j’ai découvert un prospectus vantant les mérites de la luxopuncture pour arrêter le tabac. Comme des côtes aux poumons il n’y a qu’un pas, je l’ai franchi pour tester cette méthode thérapeutique à la croisée de l’acupuncture et de la réflexologie.

Je n’avais pas spécialement envie de découvrir la luxopuncture et encore moins d’arrêter de fumer. Ce samedi ensoleillé, je partais juste donner un coup de main à un camarade qui devait vider sa cave poussiéreuse en urgence de tous ses cartons de livres. Je me dépêchais, les yeux fixés sur mon téléphone pour retrouver le fichu message indiquant le numéro de sa rue et le code d’accès de sa porte. D’un coup d’un seul, je n’ai plus marché. Je venais de me prendre un des 350 000 potelets que la ville de Paris a érigé pour interdire les stationnements et, accessoirement, fracasser mes côtes. Le rapport avec la luxopuncture ? Aucun, pour l’heure.

Le lundi, perclus de douleurs, j’ai vu mon ostéopathe. Il suspecta deux côtes fêlées, puis me montra un des prospectus sur la table basse de sa salle d’attente. Un truc pour stopper le tabac, présenté ainsi : « Luxopuncture, la technique réflexe innovante pour arrêter de fumer ». J’ai bien évidemment ricané. Les recettes miracles, vous savez… D’autant que sur ledit papier, on pouvait lire aussi : « 90,5 % d’arrêts en trois à cinq séances. Durée moyenne d’arrêt de la consommation : 4,4 ans. Plus de vingt ans d’expertise ». Bin voyons !

Des côtes aux poumons

J’ai toutefois glissé le document dans ma gibecière, en me disant qu’au mieux j’arrêterais de fumer (et pourquoi pas ?) et qu’au pire, je pourrais toujours en faire un article. J’ai repris ma marche, saisi mon téléphone, vérifié qu’il n’y avait pas de potelets dans les environs et fixé un rendez-vous avec le Dr Léa Ofir, officiant dans le Ve arrondissement de Paris. Petite précision ayant son importance : je n’ai aucun lien avec ce docteur en pharmacie qui a tout lâché pour se consacrer à la luxopuncture ; et j’ai bien évidemment payé le traitement (290 euros pour sept séances, soit 41,5 euros la séance), parce que tout de même, il faut bien le faire pour que ce soit efficace.

Un véritable interrogatoire

Une séance de luxopuncture démarre par une série de questions longue et poussée. Ici comme dans toutes les thérapies dignes de ce nom, le patient est unique et une consultation implique autant le thérapeute que le client. Il est indispensable au praticien de savoir à qui il a affaire, d’identifier le profil du fumeur qu’il est. Bien sûr, Léa Ofir m’a demandé le nombre de cigarettes quotidiennes que je fumais, et depuis combien de temps je les fumais. Rapidement cependant, les questions se sont faites plus subtiles.

Comment fumais-je mes cigarettes ? Jusqu’au bout ? Au tiers ? À la moitié ? Est-ce que parmi les cigarettes fumées, certaines suscitaient du dégoût ? De la haine ? De la culpabilité ? Si oui, combien ? Est-ce qu’a posteriori, les cigarettes que j’identifiais comme agréables, voire indispensables, avaient été réellement agréables ou indispensables ? Est-ce qu’il m’est arrivé, après avoir attendu pour fumer, de découvrir que cette cigarette tant désirée ne procurait qu’un plaisir très relatif ? Ou décevant ? Que représente ...

Image description

Il vous reste encore 78% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 69, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique Tabac arrêter de fumer cigarette acuponcture luxopuncture
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous