Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Traitements de la maladie de Parkinson

Article paru dans le journal nº 41 Acheter ce numéro
  • ResvératrolResvératrol

Plus le dépistage est précoce, plus les traitements se révèlent efficaces… Un dépistage anticipé de Parkinson pourrait permettre à de nombreux malades de mieux ralentir le processus de dégénérescence cellulaire, rendant ainsi possible la mise en place d’un traitement efficace dès le début de la maladie. Malheureusement, les symptômes avant-coureurs ne sont que rarement bien décelés.

La prise en charge de la maladie, quel qu’en soit le stade, consiste à compenser le manque de dopamine par un apport exogène. Les précurseurs de la dopamine (L-Dopa) sont très efficaces pour réduire les troubles moteurs liés à la maladie. Cependant, lorsque la L-Dopa chimique est prescrite pendant de longues années à des doses très élevées, elle induit une certaine toxicité pour le patient.

Les dopaminergiques ne sont pas sans effets secondaires indésirables. Prévenir le patient des risques d’un tel traitement allopathique est une priorité pour un suivi adéquat.

Les troubles secondaires peuvent toucher le patient, mais également sa famille, qui devra faire face aux imprévus et aux changements de comportement probables : addictions au jeu d’argent, pulsions alimentaires et risque d’une hypersexualité gênante se traduisant par des comportements inappropriés.

Dès lors, dans le domaine des thérapies naturelles, et principalement en phytothérapie, plusieurs traitements peuvent soutenir le malade dans la progression de sa maladie.

La phytothérapie

La rhodiole (Rhodiola rosea) est une plante médicinale adaptogène qui s’adapte aux besoins de l’organisme. Elle stimulerait la dopamine de façon naturelle en évitant sa dégradation. Son efficacité en tant que précurseur de L-Dopa aurait aujourd’hui été prouvée. Idéalement utilisée en prévention, la rhodiole préviendrait l’apparition des premiers troubles.

Un autre précurseur naturel de la dopamine est le Mucuna pruriens , plus communément appelé pois mascate ou pois à gratter. La médecine ayurvédique soigne depuis des siècles la maladie de Parkinson avec la partie interne de la plante. En effet, l’acide aminé indispensable à la production de dopamine se trouverait dans sa gousse. Également active comme antidépresseur, elle jouera alors un rôle global dans le suivi de la maladie de Parkinson.

La phytothérapie n’apporte pas toujours une solution curative à une maladie grave et dégénérative. Cependant, les plantes et végétaux peuvent soutenir l’organisme, empêchant ou inhibant ainsi une croissance trop rapide ou une dégradation trop virulente.

Les complémentaires nutritionnels peuvent, eux aussi, apporter un soutien thérapeutique intéressant

La célèbre et très utile huile de coco, dont les bienfaits n’ont plus besoin d’être énumérés, la prise d’oméga-3 au quotidien, les antioxydants, tel le resvératrol, sont autant de compléments indispensables pendant un suivi thérapeutique lourd. Dans le cadre d’un traitement naturel efficace, notons aussi l’importance de régénérer les nerfs, de ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 41, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois
Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes