Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Cannabis thérapeutique : focus sur trois pathologies graves

Article paru dans le journal nº 67 Acheter ce numéro
  • Cannabis thérapeutique : focus sur trois pathologies graves

Certains pays d’Europe, comme la Finlande ou l’Italie, autorisent le cannabis thérapeutique pour traiter des pathologies particulières – le cancer, la sclérose en plaques ou le glaucome, en l’occurrence. Voyons comment fonctionnent les cannabinoïdes ici.

Face au cancer et ses symptômes…

Des études ont montré une activité anti-tumorale liée au THC et au CBD. Les mécanismes relevés par les chercheurs sont notamment une stimulation de la mort cellulaire programmée par la cellule cancéreuse (apoptose), le blocage de la division des cellules cancéreuses ou encore l’inhibition de l’accroissement des vaisseaux sanguins vers la tumeur pour la nourrir (angiogenèse).

Des résultats très encourageants mais récents, qui ne suffisent pas, pour l’heure, à avérer totalement l’activité anti-tumorale du cannabis. Les autorités françaises ont néanmoins déjà pu entrevoir l’intérêt de développer la recherche sur le cannabis thérapeutique. Les États-Unis investissent déjà massivement en ce sens.

En attendant l’évolution juridique dans notre pays, il est des indications thérapeutiques avérées de l’usage du cannabis thérapeutique dans le cadre du cancer – qui n’est pas une maladie, mais une kyrielle de formes pathologiques contre lesquelles doit lutter notre organisme.

Les cannabinoïdes agissent ainsi avantageusement sur les nausées et vomissements, stimulent l’appétit, atténuent les douleurs, favorisent le sommeil, apaisent l’anxiété et la dépression et potentialisent l’humeur. Là encore, nous le répétons, il s’agit d’un dosage médical.

En outre, le cannabis thérapeutique en est toujours à ses balbutiements (bien que la plante soit mentionnée dans le Shennong bencao jing, un traité de médecine publié par l’empereur Shen Nong il y a… 4 700 ans !). Il serait donc cavalier et contre-productif de prétendre à des réponses thérapeutiques universelles. D’où l’importance des recherches.

… et face aux effets secondaires des traitements

La chimiothérapie, en particulier avec la cistapline, provoque d’épouvantables nausées et vomissements. THC et CBD sont tout aussi efficaces pour lutter contre ces nausées que les anti-émétiques régulièrement prescrits. Pour l’appétit, nous avons déjà esquissé les mécanismes par lesquels les cannabinoïdes jouaient un rôle bénéfique.

De plus, le THC se montre particulièrement efficace pour réduire voire prévenir certaines formes de douleurs cancéreuses. Des études révèlent que 10 mg de THC sont aussi efficaces que 60 mg de codéine sur sept heures. Et sur des animaux souffrant de neuropathies induites par la chimiothérapie, le CBD s’est révélé un excellent inhibiteur du symptôme.

Le glaucome

Dans le cas du glaucome, il est tout d’abord essentiel de préciser de quoi l’on parle, tant ce mot regroupe une série de maladies touchant le nerf optique. Partons du principe que c’est avant tout une pression forte de l’humeur aqueuse à l’intérieur du globe oculaire qui est source de dégât sur le nerf. En temps normal, cette pression varie entre 10 et 21 mm de mercure. Au-delà de 21 mm de mercure, la ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 67, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous