Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Au volant : non au cannabis mais qu'en-est-il du cannabidiol (CBD) ?

Article 100% numérique
  • Le cannabidiol serait sans danger dans le cadre de la conduite.Le cannabidiol serait sans danger dans le cadre de la conduite.

Prendre le volant en ayant fumé du cannabis au cours des trois heures précédant la conduite doublerait le risque d’accident mortel. Mais qu'en est-il du CBD, dont l'usage se popularise fortement ?

La consommation de cannabis en tant que substance illicite, bien que stabilisée, voire en léger recul ces dernières années, reste très prisée en France. En 2017, près de quatre adolescents de 17 ans sur dix avaient déjà fumé du cannabis. En 2020, près de la moitié des adultes âgés de 18 à 64 ans ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours de leur vie. Depuis son autorisation, le cannabidiol (CBD) ‒ un extrait de cannabis à visée médicinale ‒ a connu lui aussi un franc succès. Mais cannabis et cannabidiol n’ont pas les mêmes effets, en particulier quand il s’agit de prendre les commandes d’un engin motorisé.

Cannabis au volant : le risque d’accident mortel multiplié par deux

Le cannabis, aujourd’hui principalement fumé sous forme d’herbe mélangée à du tabac, a des conséquences individuelles en matière de santé, mais aussi des conséquences collectives, notamment sur les routes. En France, en 2019, la Sécurité routière estimait que 494 personnes ayant été tuées sur les routes se trouvaient sous l’emprise de stupéfiants, au premier rang desquels figure le cannabis ! Une étude américaine1 de l’université Columbia publiée en 2022 révèle quant à elle que plus de 40 % des conducteurs ayant consommé de l’alcool et/ou du cannabis au cours de l’année précédente déclarent avoir déjà conduit sous l’influence de ces substances. D’après d’autres travaux2, prendre le volant en ayant fumé du cannabis au cours des trois heures précédant la conduite double le risque d’accident mortel.

Lire aussi Le cannabis médical serait trop riche en THC

Le CBD n’affecterait pas la conduite...

Le CBD est une molécule contenue essentiellement dans les fleurs de cannabis à laquelle on prête des vertus relaxantes et qui, contrairement au delta-9-tétrahydrocannabinol (THC), ne présente pas d’effet stupéfiant. Le succès commercial planétaire de ce produit devait donc amener tôt ou tard cette question : affecte-t-il, au même titre que la plante dont il est extrait, la vigilance et la sécurité au volant ? La plupart des pays n’ont à ce jour pas émis d’interdiction spécifique de la conduite en cas de prise de CBD. Et pour cause : les produits à base de CBD contiennent en grande majorité également du THC, une molécule quant à elle très encadrée dans les différents arsenaux législatifs. Pour autant, étant donné la popularisation de l'usage du CBD, une ambiguité plane toujours sur la réalité des risques qu'elle entraine sur la route.  prendre ou non aux conducteurs

...dans un essai de très petite ampleur

Une étude de l’université de Sydney (3), bien que n’incluant que 17 participants, a testé des doses allant jusqu’à 1 500 mg de CBD pur (pris sous forme d’huile), une quantité qui représente le haut de la fourchette des dosages « thérapeutiques » fréquemment indiqués. Le CBD est utilisé aujourd’hui pour ses effets antalgiques et calmants dans le traitement de l’épilepsie, de la douleur chronique, des troubles du sommeil ou encore de l’anxiété.

Les participants ont pris le volant sur un simulateur dans différents contextes (autoroute, route de campagne, maintien de la distance de sécurité) entre 45 et 75 minutes après leur prise, puis entre 3,5 et 4 heures après ‒ c’est après ce délai que les concentrations plasmatiques de CBD arrivent à leur maximum. Différents modes d’évaluation ont permis aux initiateurs de l'étude de constater que le cannabidiol n’avait affecté ni la vigilance, ni les performances cognitives, ni les prestations de conduite des participants, en tout cas dans le cadre de cette simulation...

Ces résultats de quoi surprendre, ne serait-ce qu'au vu des propriétés sédatives de la molécule ! Étant donné l’importance de l’enjeu, il serait plus que souhaitable que des études plus amples soient menées pour confirmer ou infirmer ces résultats. Les auteurs soulignent ainsi que ces tests ne valent cependant que pour la seule consommation de CBD non combinée à d’autres substances (dont le THC) ou médicaments.

Lire aussi Cannabis : Le CBD, du commerce aux promesses

Néanmoins, il est important de rappeler qu'en France, il reste interdit de prendre le volant en ayant absorbé du CBD, que cela soit en tisane ou dans sa version fumée. En effet, les tests de dépistage de drogue sont sensibles à la seule présence de THC et non pas à son taux. Donc pour le moment, entre CBD ou conduire, il faut toujours choisir.

 

Source :

  1. « Simultaneous Alcohol/Cannabis Use and Driving Under the Influence inthe U.S. », American Journal of Preventive Medicine, mai 2022.
  2. « Acute cannabis consumption and motor vehicle collision risk: systematicreview of observational studies and meta-analysis », British Medical Journal, février 2012.
  3. « Effects of cannabidiol on simulated driving and cognitive performance: Adose-ranging randomised controlled trial », Journal of Psychopharmacology, mai 2022.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique THC CBD cannabidiol cannabinoïdes cannabidiol conduite

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous