Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Quel sport pour le cœur et contre le cancer ?

Article paru dans le journal nº 73 Acheter ce numéro
  • Le running permettrait de diminuer de 30% les risques de maladies cardiovasculaires.Le running permettrait de diminuer de 30% les risques de maladies cardiovasculaires.

Les recommandations de santé préconisent une activité physique régulière pour se maintenir en forme, notamment en prévention des maladies cardiovasculaires. De récentes études ont évalué l’impact réel sur la santé de différents types d’activités physiques ainsi que le cadre dans lequel ces activités étaient pratiquées.

Quand courir protège du cancer

Une première équipe de chercheurs s’est penchée sur la pratique de la course à pied et la réduction des risques de maladies cardiovasculaires et de cancers, en recoupant les données de 232 149 participants. Il est ressorti de ces résultats que la pratique de la course à pied, plus ou moins régulière, réduirait les risques de mortalité de 27 %. Plus spécifiquement, le « running » permettrait de diminuer de 30 % les risques de maladies cardiovasculaires et de 23 % le risque de cancer. Il apparaît ainsi que toute pratique de la course à pied, hebdomadaire ou plus fréquemment, soit plus bénéfique qu’aucune pratique. En revanche, les chercheurs précisent qu’une fréquence et une intensité plus grandes n’apporteront pas nécessairement de bénéfices supplémentaires en termes de prévention des risques (cardiovasculaires et cancer).

Lire aussi Prévention du risque cardio-vasculaire par l’hygiène de vie

Toutes les activités physiques ne sont pas bonnes pour le cœur

Par ailleurs, une étude coordonnée par un chercheur de l’Inserm, en collaboration avec une équipe australienne, a mesuré les effets sur la santé de différents types d’activité physiques, en distinguant trois contextes de pratique de ces activités. Les chercheurs ont considéré l’impact d’une activité physique sportive, d’une activité physique au travail ou d’une activité physique de loisirs (comme le jardinage). La santé cardiovasculaire des participants a été analysée via un paramètre déterminé grâce à une échographie très sophistiquée de l’artère du cou, la carotide. Ce paramètre se décline en deux composantes. La première composante est associée aux pathologies cardiovasculaires de vieillissement qui se caractérisent par le niveau de rigidité de la carotide. La seconde est liée à des pathologies rythmiques pouvant aboutir à un arrêt cardiaque. D’après cette étude, une activité physique sportive de haute intensité permettrait de réduire le risque de pathologies cardiaques rythmiques. À l’inverse une activité physique intense au travail, comme le port répété de charges lourdes, aurait un effet néfaste sur la santé cardiovasculaire, avec un risque accru de maladies rythmiques et une plus grande rigidité artérielle.

Sources

British Journal of Sports Medicine, 2019.

Inserm, 2019.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous