Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Quand le corps raconte une histoire

Article paru dans le journal nº 74 Acheter ce numéro
  • Certains maux du corps pourraient exprimer des souffrances héritées du passé.Certains maux du corps pourraient exprimer des souffrances héritées du passé.

Autour de la traditionnelle démarche structurelle de l’ostéopathie gravitent de nombreuses techniques qui abordent les pathologies avec une approche informationnelle. L’une d’elles, la somatopathie, part en quête des événements douloureux du passé qui laissent des traces silencieuses, sources de souffrances parfois insoutenables.

Pierre Camille Vernet, le fondateur de l’école de somatopathie (soma : corps, pathie : empathie) travaille dans la lignée de son formateur Maurice-Raymond Poyet (décédé en 1996). Les travaux de ce dernier ont apporté précision, rapidité, efficacité et douceur aux soins. Il s’est laissé guider par l’approche globale et énergétique des médecines orientales. Pierre Camille Vernet remarque que toute lésion structurelle, une fois rééquilibrée, fait remonter des émotions de peurs primitives (par exemple, la peur de la mort survenue suite à un accident). Face à des événements extérieurs inattendus et traumatisants, l’organisme s’adapte en trouvant des solutions compensatoires. Des tensions méningées, voire ­intra-osseuses peuvent apparaître sur la structure corporelle de l’individu. Pour comprendre le vécu d’un traumatisme, le somatopathe doit en saisir les trois niveaux d’organisation : la nature et la densité de l’événement vécu, le sentiment avec lequel il a été vécu, les peurs et les émotions, ainsi que le ­moment où elles ont été vécues et les cycles de répétition. Ces ­niveaux s’inscrivent physiquement dans la mémoire du corps, dans les os, les ­sutures, les membranes et les organes, créant des anomalies que le praticien ­libère. Si rien n’est mis en œuvre, une expression somatique occasionnelle peut gagner en gravité.

L’ombre du passé

Et si certains maux du corps exprimaient des souffrances héritées du passé ? Et si ces peurs inexpliquées appartenaient à l’histoire familiale ? La mémoire du corps est exceptionnelle, le corps se souvient de tout, des bonnes et mauvaises expériences depuis la naissance et même au-delà… Le transgénérationnel est parfois un voyage long et douloureux. Le corps et ses différentes couches physiques, émotionnelles et énergétiques conservent de manière inconsciente des informations qui, non évacuées, peuvent créer des troubles et des douleurs. Le corps imprime aussi des évènements émotionnellement forts dont il aurait seulement entendu parler par des proches. Aussi incroyable que cela puisse paraître, il est ­possible de souffrir de traumatismes vécus il y a fort longtemps par certains membres de sa famille ou par ses proches (par exemple des groupes religieux ayant subi d’ignobles persécutions).

Lire aussi Nathalie Lefèvre a testé l'approche somato-émotionnelle

Le praticien écoute attentivement la demande du patient et part en quête du moindre indice corporel. Il se place à l’écoute sensorielle et empathique du ­sujet. Ses mains placées au ­niveau du crâne ou sur d’autres parties du corps, il perçoit des micromouvements que l’on appelle MRP (mouvement respiratoire primaire). Tel un infime flux et reflux, ce mouvement fut décrit pour la première fois par un médecin ostéopathe, William Garner Sutherland, disciple d’Andrew Taylor Still, le fondateur de l’ostéopathie. L’expression de son équilibre signe un bon fonctionnement énergétique, fonctionnel et physiologique du corps. A contrario, sa perturbation met en lumière des blocages, liés à des traumatismes vécus ou ressentis parfois au-delà de l’âge où remonte la mémoire de l’individu.

Le praticien sait percevoir les aléas de ces micromouvements, leurs rythmes, leur densité, leurs variations subtiles, chaque fluctuation est portée à nu. Pas de manipulations intempestives, cette approche ostéopathique est d’une grande douceur, les gestes correctifs toute en délicatesse ne font appel à aucune mobilisation structurelle du rachis ni à aucun massage. Il s’agit ici de redonner de la fluidité pour évacuer les douleurs et les blocages émotionnels.

Une guérison totale

Les émotions qui émergent à la conscience de la personne libèrent définitivement les peurs récurrentes inconscientes, et empêchent toute récidive. Effacer les tensions permet à l’énergie vitale de retrouver son chemin et de circuler librement. Comme toute séance qui bouscule le corps dans ses différentes expressions, une fatigue physique ou psychique peut être ressentie pendant les jours suivants. Cette pratique est appropriée pour soulager les douleurs chroniques ou aiguës, survenues suite à des chocs physiques et (ou) émotionnels. Elle est efficace pour lutter contre certaines céphalées, vertiges ou mal-être et peut être un accompagnement de choix pour alléger les symptômes de maladies graves ou de certains handicaps ou encore en ­suivi postopératoire.

Accueillir la vie

La douceur du soin est adaptée aux femmes enceintes qui sentent leur corps changer avec parfois des douleurs inconfortables. Un rééquilibrage physique et émotionnel après la naissance du bébé permet d’accueillir au mieux ce changement de vie et de se projeter sereinement dans l’avenir. Le passage du nouveau-né entre les mains expertes du somatopathe peut le libérer des pressions et émotions ressenties in utero et pendant l’accouchement, une manière de prévenir les problèmes de reflux ou de sommeil.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique approche somato-émotionnelle Somatopathie

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous