Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

A quoi sert l'hormonothérapie ?

Article paru dans le journal nº 8 Acheter ce numéro
  • A quoi sert l'hormonothérapie ?

Aujourd’hui l’hormonothérapie est pratiquée sous au moins six formes différentes et y ont recours aussi bien des généralistes et des endocrinologues que des gynécologues, des cancérologues et des sexologues.

Pourquoi l’hormonothérapie ?

Combler le manque de certaines hormones

Les indications les plus fréquentes sont celles de l’insuline dans le diabète et des œstrogènes (avec ou sans progestérone) au cours de la ménopause. L’andropause, que l’on commence à mieux connaître, est plus rarement traitée. D’autres pathologies sont aussi concernées : l’hypothyroïdie quelle que soit son origine, certains problèmes d’infertilité liés à une insuffisance de sécrétion d’hormones sexuelles, une baisse de la libido. Les troubles de la croissance peuvent également être traités de cette façon.

Chez les enfants de petite taille, qui présentent ou non un déficit d’hormone de croissance, on utilise la rhGH, hormone de croissance recombinante humaine. La même hormone est utilisée pour le syndrome de Turner, une anomalie génétique présente chez les filles, tandis que l’on aura recours à la testostérone pour traiter le syndrome de Klinefelter chez les garçons. De façon beaucoup plus rare, elle intervient dans le processus désiré de changement de sexe.

En France, plusieurs centaines de personnes des deux sexes entreprennent chaque année ce type d’hormonothérapie, le plus souvent par automédication. À la différence des autres hormonothérapies, celle-ci ne se conçoit que sur une très longue durée (de vingt à soixante années), en fonction du moment où le sentiment transidentitaire est identifié.

L’hormonothérapie anticancer

Elle est de plus en plus utilisée à la fois pour dépister certains cancers et pour les traiter. On y fait appel au cours des cancers dont la prolifération est facilitée par les hormones, comme c’est le cas pour la majorité des cancers du sein, de la prostate, de l’endomètre et de la thyroïde. Et, à un bien moindre degré, ceux des ovaires et du rein. Au cours du cancer de la thyroïde, l’hormone thyroïdienne ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 8, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois
Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
Tags sur la même thématique Hormones Hormonothérapie
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes