Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Hormonothérapie : traitement à double tranchant

Article paru dans le journal nº 63 Acheter ce numéro
  • Ces effets secondaires néfastes sont rarement évoqués par les médecins lors de la prescription.Ces effets secondaires néfastes sont rarement évoqués par les médecins lors de la prescription.

En relais des traitements de première intention (chirurgie, chimiothérapie et/ou radiothérapie), il est recommandé à toute femme atteinte d’un cancer mammaire hormono-dépendant de suivre, pendant cinq ans, une hormonothérapie (ou plus exactement une thérapie antihormonale), afin de diminuer le risque de rechute.

Ce traitement repose sur deux types de produits : les anti-œstrogènes (tamoxifène) ou les inhibiteurs de l’aromatase (létrozole, anastrozole). Or un pourcentage non négligeable de patientes préfère courir le risque de la récidive en renonçant à ce traitement adjuvant, plutôt que de subir au quotidien les douleurs musculaires, osseuses ou articulaires sévères et invalidantes qu’il génère parfois.

Ainsi se protègent-elles, sans le savoir, d’autres effets indésirables potentiellement plus graves encore, comme le cancer du corps de l’utérus et la thrombose veineuse avec le tamoxifène, ou l’infarctus du myocarde avec les inhibiteurs de l’aromatase. Ces effets secondaires néfastes sont rarement évoqués par les médecins lors de la prescription de ces deux classes de produits.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous