Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Paracétamol : quel danger pour le foie ?

Article paru dans le journal nº 76 Acheter ce numéro
  • La douleur est un signal d'alerte qui nous signale un dysfonctionnement.La douleur est un signal d'alerte qui nous signale un dysfonctionnement.

Le paracétamol est la substance médicamenteuse la plus consommée en France. Avec une progression des ventes de 53 % en dix ans, c’est un milliard de boîtes vendues par an ! En libre-service dans les pharmacies, cette molécule n’est pas sans danger, surtout pour le foie, alors que des alternatives naturelles existent.

Un mal de tête, une fièvre ou des douleurs, et de nombreuses personnes ont le réflexe paracétamol. Ce médicament, trop souvent considéré comme anodin, est loin d’être inoffensif. Pour tout dire, s’il s’agissait d’une nouvelle molécule, elle n’obtiendrait probablement pas aujourd’hui son autorisation de mise sur le marché.

Le paracétamol est clairement identifié comme une cause majeure de troubles hépatiques dans de nombreux pays. Par exemple, le site du ministère de la Santé canadien indique que « le paracétamol est la principale cause de graves lésions du foie, y compris l’insuffisance hépatique aiguë dans de nombreux pays, dont le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie ».

Les gendarmes du médicament (ANSM) viennent de décider que les médicaments à base de paracétamol doivent à nouveau se trouver obligatoirement derrière le comptoir des pharmacies en janvier 2020. Il faut dire que, pris en ­excès, le paracétamol peut détruire le foie. Il est toxique. Comme tous les médicaments me direz-vous ! Et bien, pas exactement.

Si pour la plupart des médicaments, ­l’excès survient lors du dépassement des doses pour un usage thérapeutique, il se trouve qu’avec le paracétamol, l’excès peut ­survenir à des doses dites thérapeutiques, et même en dessous de la dose maximale de quatre grammes par jour quand il est pris pendant une période prolongée. Jusqu’à 20 % des cas de lésions du foie causées par le paracétamol surviennent à des doses thérapeutiques.

Des prises répétées sont toxiques

Prendre régulièrement trois grammes par jour peut déjà provoquer une ­destruction hépatique. C’est ce qu’a révélé une étude sur des volontaires sains, montrant qu’un traitement de deux ­semaines, à doses thérapeutiques de paracétamol, provoque un surmenage hépatique chez plus d’un tiers des personnes. Au-delà de quelques jours de prise de ce ­médicament, il s’agit déjà d’un usage excessif. Les prises ­répétées sont même plus toxiques qu’une forte prise unique. Après une exposition à une forte dose de substance toxique, le foie peut récupérer. Des doses plus faibles à répétition ne laissent pas le temps au foie de réparer les lésions.

L’hépatotoxicité du paracétamol est très variable d’une personne à l’autre, en raison de la capacité de détoxication de l’organisme et d’autres facteurs de risque du mode de vie. Il conviendrait donc d’identifier les personnes à risques avant toute prescription ou toute délivrance de ce médicament. Un bilan hépatique et un état des lieux de l’hygiène de vie actuelle et passée sont indispensables à cela. Ce n’est pas un gramme de paracétamol qui va détruire votre foie, mais il est nécessaire d’éviter les situations à risques.

La douleur est un signal d’alerte du corps qui nous informe d’un dysfonctionnement. L’atténuer apporte un soulagement lorsqu’elle est trop intense. Mais sans agir sur la cause, la douleur aiguë revient tôt ou tard puis, avec les années, elle devient chronique. Autrement dit, la douleur a un sens à décrypter et qui doit nous interroger et nous conduire à consulter un thérapeute ou un médecin. En attendant, voici quelques conseils pour agir sur la cause et en ­atténuer le terrain inflammatoire :

 

  • Détoxifier son corps : monodiète variée, cure de fruits et de légumes, jeûne intermittent (de huit heures par exemple) ou cure de jeûne (inscrit dans une durée plus longue).
  • Reposer son foie : mangez moins, faites des périodes sans consommer d’alcool, de sucre et d’aliments riches en protéines.
  • Avoir une alimentation riche en anti­oxydants. Privilégiez des aliments tels que : pollen frais (de châtaignier), framboises sauvages, noix de pécan, noisettes, noix de Grenoble, raisins secs, artichaut bouilli, pruneaux, aromates.
  • Limiter les stimulants comme le thé, le café ou le chocolat (qui sont pourtant riches en antioxydants, je vous le concède).
  • Éviter la pollution et privilégier le bio (pesticides, additifs alimentaires). Se reposer dans un endroit calme et ne pas manger ou très peu aident le corps à mieux gérer les douleurs aiguës.

Super-antioxydant

Il est possible de soutenir son foie avec du glutathion qui est un antioxydant très précieux pour le foie. Autant dire que c’est l’un des antioxydants les plus puissants. Sous forme lyposomale, il semble d’autant plus assimilable, biodisponible et donc efficace. En outre ou en complément, les huiles essentielles de menthe poivrée bio ou de lavande bio diluées dans une huile végétale d’arnica par exemple sont de véritables alternatives au paracétamol dans 
de nombreuses situations douloureuses.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique toxiques paracétamol détoxification du foie

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous