Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

 Maladie du soda, comment régénérer son foie ?

Article paru dans le journal nº 65 Acheter ce numéro
  • Boire quotidiennement des sodas augmenterait de 55 % le risque de développer une stéatose métabolique.Boire quotidiennement des sodas augmenterait de 55 % le risque de développer une stéatose métabolique.

L’importante expansion de la stéatose hépatique non-alcoolique inquiète l’univers médical. Cette pathologie, surnommée « maladie du soda », toucherait entre 25 et 30 % de la population mondiale. Un complexe naturel a fait ses preuves en matière de restauration de la fonction du foie.

En France, 6 millions de personnes, soit 12 % de la population, seraient touchées par « la maladie du soda ». D’ici à 2020, cette pathologie pourrait même devenir la première cause de greffe du foie devant l’hépatite C. Conséquence d’une surcharge de cet organe, la stéatose hépatique non-alcoolique est associée à une consommation excessive de boissons sucrées, de graisses ou de sucres – en bref, toutes les joyeusetés que l’on trouve en abondance dans la malbouffe. Mais pas seulement : les canards gavés pour obtenir du foie gras en sont également atteints. Dire qu’on se régale d’un foie malade…

Une cirrhose liée aux boissons sucrées

Un foie surchargé en graisse ne parvient plus, au bout de quelques années, à l’éliminer. L’organe stocke les acides gras, provoquant une inflammation qui peut entraîner une fibrose (formation de tissu cicatriciel), elle-même pouvant évoluer en cirrhose, voire en cancer. Y compris chez des patients ne buvant pas d’alcool. Quelque 5 % des malades développeront ainsi, à terme, un cancer du foie. En outre, 20 % des décès imputés à cette maladie sont dus à des complications cardio-vasculaires. Enfin, 90 % des personnes en surpoids sont touchés.

Selon une étude publiée en août 2015 dans le Journal of Hepatology et menée sur 2 634 malades, les personnes avalant quotidiennement des boissons sucrées auraient 55 % de risques supplémentaires de développer une telle stéatose métabolique, ou cirrhose non-alcoolique. En revanche, au regard de cette étude, la consommation de boissons dites light n’est pas associée à l’augmentation du risque de « maladie du foie gras humain », même si les édulcorants artificiels sont depuis longtemps soupçonnés par les scientifiques de provoquer des mécanismes similaires à ceux des vrais sucres. À savoir, le déclenchement d’un pic d’insuline favorisant l’accumulation de graisse.

La hausse du nombre de cas de cirrhose non-alcoolique est étroitement liée à l’épidémie de diabète et d’obésité dans les pays développés. Dans un tel contexte, les résultats d’une étude menée sur un complément alimentaire et ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 65, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous