Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

L’homocystéine : le marqueur oublié du cholestérol

Article paru dans le journal nº 19 Acheter ce numéro
  • L’homocystéine : le marqueur oublié du cholestérol

Alors que l’on surveille de trop près le cholestérol, on ne se préoccupe pas assez d’un autre composant sanguin : l’homocystéine. Nous avons affaire à un acide aminé soufré dérivé de la méthionine. Or le dosage sanguin de cet acide aminé devrait faire partie du bilan général au même titre que le cholestérol. Il est en effet aussi dangereux que le tabac, l’alcool ou les graisses. Diverses observations ont montré une implication de l’homocystéine dans la survenue de l’artériosclérose.

Dans ces études, on a constaté que les patients souffrant de problèmes coronariens avaient une nette augmentation de l’homocystéine (30 à 50 % de plus) par rapport aux groupes témoins. Le risque d’infarctus lié à l’homocystéine est en réalité comparable aux autres facteurs de risque. Son augmentation sanguine est ainsi corrélée à la mortalité coronarienne.

Les conséquences

L’effet néfaste de l’homocystéine s’expliquerait par trois évolutions négatives :

  • elle génère des lésions de l’endothélium artériel (les parois vasculaires) ;
  • elle favorise l’agrégation plaquettaire ;
  • elle accentue l’oxydation des lipoprotéines (les acides gras contenus dans le LDL, le mauvais cholestérol).

Cumuler élévation du mauvais cholestérol et homocystéine peut donc conduire à un infarctus en favorisant les dépôts vasculaires. Or le taux d’homocystéine augmente avec l’âge et, chez la femme, notamment après la ménopause.

Comme pour le cholestérol, il y aurait aussi des hyperhomocystéinémies familiales. Tout accident vasculaire dans les antécédents familiaux devrait donc nous conduire à en faire le dosage pour s’assurer qu’il n’est pas en augmentation.

Divers facteurs environnementaux peuvent aussi avoir une incidence. L’homocystéine est augmentée par le tabagisme, la consommation de café, le déficit en vitamines B9, B6 et B12. Elle augmente aussi chez les personnes sédentaires.

Les valeurs de l’homocystéine sanguine par rapport au risque ne sont pas encore tout à fait établies mais, pour certains auteurs, si elle dépasse 7 micromoles par litre, cela devient dangereux. Et au-delà de 10 µmol/l les risques de faire un infarctus sont doublés, et multipliés par 10 si elle est supérieure à 25 µmol/l.

Prévenir et traiter

Pour lutter contre l’homocystéine il faut recommander :

  • La pratique régulière d’un sport : la marche après le repas est souvent assez efficace.
  • De complémenter son alimentation en ...
Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 19, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois
Ces informations ne se substituent pas à une consultation médicale.
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes