Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Changer d'habitudes prend du temps

Article paru dans le journal nº 95 Acheter ce numéro
  • L’accompagnement d’un médecin nutrithérapeute ou naturopathe est indispensable dans un cheminement vers une alimentation holistique.L’accompagnement d’un médecin nutrithérapeute ou naturopathe est indispensable dans un cheminement vers une alimentation holistique.

Bien se nourrir, ce n’est pas simplement choisir des fruits et légumes de saison « bio » issus d’une agriculture locale. On alimente son corps et son esprit par son environnement. L’air que l’on respire, les émotions que les événements du quotidien suscitent sont autant de « nourritures terrestres » que notre métabolisme doit assimiler. Pour le meilleur ou pour le pire. -Partie 5

Même si la liste des interventions possibles présentée ici est loin d’être exhaustive, elle est largement suffisante à la création d’un champ des plus bénéfiques pour se maintenir en bonne santé ou pour la retrouver quand elle montre des signes de défaillance.

Toutefois, pour le client « tout-venant », chacune des propositions peut apparaître comme une nouveauté. Comme changer d’habitude n’est pas tâche aisée, créer un champ réellement favorable à la santé va lui demander de déployer quelques vertus comme la persévérance et la patience, soit environ deux à trois ans d’efforts. Ça ne tombe pas du ciel.

Afin que cette aventure ne soit pas perçue comme une mission impossible, l’accompagnement d’un médecin nutrithérapeute ou naturopathe est indispensable. Celui-ci interviendra de plusieurs façons. Entre autres pour :

  • Hiérarchiser dans chaque domaine – aliments solides et liquides, air, impressions – les différentes propositions, du plus facile au plus difficile. Puis, dans chaque domaine, commencer par la proposition la plus facile à mettre en œuvre.
  • Apprendre au client à valoriser la prochaine étape et à développer la volonté nécessaire pour la réaliser. Ce qui peut s’exprimer ainsi : « J’ai compris que cette proposition est bonne pour moi et, quoi qu’il arrive, je m’engage à la mettre dans ma vie ! »
  • Aider son client à mettre en mots chaque difficulté qu’il rencontre et, à partir de là, lui apprendre comment se débarrasser des émotions négatives et des pensées limitantes qui sont apparues à cette occasion, notamment en recourant à l’EFT.

Lire aussi EFT : découvrez la libération émotionnelle

Toujours en lien avec la réalité

Chercher à réunir les conditions énumérées ci-dessus revient à tenter de recréer le paradis sur Terre, mais c’est impossible car les sources de pollution sont si nombreuses que nul n’y échappe.

L’absolu étant inaccessible, s’en rapprocher constitue la seule ambition possible. En se rappelant que chaque instant est porteur d’un nouveau défi qui oblige à remettre en cause toute croyance, toute forme de certitude. D’où, l’indispensabilité de la connaissance de soi afin de dépasser les a priori qui figent le flux de la vie et qui, de ce fait, figurent comme l’une des causes principales de maladie.

Aussi variées que soient les précédentes propositions, elles ne suffisent pas !

En effet, même si aujourd’hui dans la plupart des pays de culture occidentale, les besoins énergétiques quotidiens sont satisfaits, pour la majorité de la population, les besoins micronutritionnels ne le sont que très rarement. De nombreuses raisons à cela parmi lesquelles :

  • La modernisation des moyens de production et de transport. Depuis le début du XXe siècle, elle a entraîné une baisse considérable de la dépense énergétique quotidienne moyenne. Alors voisine de 3 000 Kcal par jour, elle est descendue de nos jours aux alentours de 2 200 Kcal par jour chez l’homme et 1 800 Kcal par jour chez la femme qui exercent une activité dans le secteur tertiaire, secteur aujourd’hui largement prédominant. De ce fait, les apports en certains micro­nutriments ne sont plus satisfaits chez cette tranche de la population. C’est notamment le cas pour le magnésium qui nécessite un apport de 3 000 Kcal par jour.
  • L’agriculture intensive, qui appauvrit les sols en minéraux, en particulier en sélénium : plus le sol est riche en sélénium, moindre est la fréquence du cancer et inversement.
  • L’industrialisation de l’alimentation. Du fait des nombreux processus de transformation auxquels elle recourt, elle est associée, elle aussi, à une moindre densité en micronutriments des produits qu’elle propose à la vente.
  • Les niveaux croissants de stress chimique, physique et psychologique. Tous trois conduisent à surconsommer les micronutriments : du fait de l’accumulation de ces facteurs pour la grande majorité de la population et ce, quelle que soit la tranche d’âge considérée, les apports nutritionnels conseillés sont rarement satisfaits.
Lire aussi Le CO2 appauvrit notre alimentation

Une complémentation alimentaire indispensable

Cela afin d’éviter la constitution de profondes carences qui sont des facteurs majeurs d’émergence de maladies potentiellement graves voire irréversibles.

Certaines supplémentations devraient être systématiques : avant toutes autres, celles en

D’autres ne devraient être entreprises qu’après un bilan : c’est principalement le cas pour trois minéraux :

  • Le cuivre
  • Le fer
  • Le manganèse

Lire aussi Difficile d'assimiler les minéraux en complément

Et cela en raison de leurs vertus anti-inflammatoire au-dessous d’un certain seuil et pro-inflammatoire au-dessus de ce même seuil.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous