Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Les traitements à double tranchant du Parkinson

Article paru dans le journal nº 15 Acheter ce numéro
  • Les traitements à double tranchant du Parkinson

Actuellement aucun médicament n’est à même d’amener à la guérison et d’arrêter le processus dégénératif. Dans la plupart des cas, on prescrit de la L-Dopa, mais pas toujours. Ces médicaments parviennent à traiter les manifestations souvent gênantes de la maladie. En compensant les effets de la sécrétion défaillante de dopamine et en mimant son action, ils apportent un certain soulagement et retardent l’évolution de la maladie. Mais leur dosage est délicat. Des effets secondaires graves, entraînant en particulier de réels changements du comportement, sont vite au rendez-vous et déstabilisent les malades et leur famille qui n’ont pas été prévenus. Quelle que soit leur typologie, tous les médicaments antiparkinsoniens exposent aux hallucinations et au délire !

La L-DOPA (lévodopa) est le traitement allopathique majeur de la maladie de Parkinson. Il sert également de test thérapeutique.

En clair, quand le diagnostic de la maladie de Parkinson reste incertain, l’administration de L-DOPA est utilisée pour le confirmer ou l’infirmer. Si on constate une rapide amélioration des symptômes suite à la prise de L-DOPA, le diagnostic de la maladie de Parkinson validé.

D’après l’approche conventionnelle, le diagnostic de la maladie de Parkinson ne peut être définitivement affirmé qu’après trois ans d’épreuve au traitement si ne sont apparus aucuns signes de résistance à la L-DOPA, ni aucun signe inhabituel… Ce procédé n’est pas sans conséquences :

  • D’abord ce traitement est purement symptomatique ; il ne peut amener à la guérison.
  • Par ailleurs, il n’a qu’une action limitée dans le temps. Après une « lune de miel » pendant laquelle la maladie est stabilisée (en moyenne dix ans), le tableau s’aggrave à nouveau. Cela à cause des effets toxiques propres au médicament et/ou de l’évolution naturelle des signes non pris en charge par la L-DOPA.
  • De plus, la prise du médicament réduit l’activité (déjà faible) de l’enzyme nécessaire à la conversion de l’acide aminé précurseur en L-DOPA. Le patient devient donc dépendant à la L-DOPA.
  • Plus grave encore : on sait depuis peu que suite à la première prise de L-DOPA, des modifications irréversibles apparaissent au niveau du striatum, région du cerveau impliquée dans la motricité automatique. Ces lésions sont à l’origine des dyskinésies (incoordination des mouvements alternant avec des spasmes et/ou des ...
Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 15, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Articles du même dossier
  • Notice (8): Undefined index: Media [APP/views/plugins/plugin_as/default/articles/article.ctp, line 324]
    Warning (2): Invalid argument supplied for foreach() [APP/views/plugins/plugin_as/default/articles/article.ctp, line 324]
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous