Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Electro-hypersensibilité : des pistes d’explication

Article paru dans le journal nº 79 Acheter ce numéro
  • Tout le règne du vivant pourrait-être affecté, y compris les vachesTout le règne du vivant pourrait-être affecté, y compris les vaches

Les champs électromagnétiques artificiels (wifi, bluethooth, antennes-relais, 4G...) sont accusés de générer de nouveaux problèmes de santé. Des débuts de pistes d'explication sont explorées.

Les mécanismes physiologiques des effets des CEMA sur la santé restent un mystère. Pourquoi, comment, l’exposition aux CEMA conduit-elle aux pathologies observées ? Pour la médecine, l’EHS est une maladie idiopathique, c’est-à-dire sans cause reconnue. Car cette cause n’est pas prouvée : le lien entre CEMA et EHS se vérifie empiriquement, mais pas selon les critères scientifiques de laboratoire. D’où le discrédit de l’EHS, comme des leucémies à proximité des lignes à haute tension. Pourtant, quoi de plus démontrable qu’une tumeur ou des tests sanguins ? Mais l’absence de démonstration des mécanismes biologiques du lien de cause à effet décrédibilise même un enfant leucémique : rien ne dit que c’est à cause des lignes à haute tension…

Les recherches des pionniers

En France, les pistes les plus poussées de compréhension des mécanismes biologiques liés aux CEMA viennent d’outsiders, contestés ou ignorés par le monde de la recherche. En voici un rapide tour d’horizon.

Le Pr Dominique Belpomme, cancérologue, a été le premier médecin français reconnu pour délivrer aux personnes EHS des certificats médicaux attestant de leur pathologie. En 2018, le Conseil national de l’ordre des médecins l’a sanctionné pour manquement à la déontologie, après une plainte du docteur Jacques Lambrozo (directeur des études médicales d’EDF) qui questionnait ses certificats délivrés à des personnes refusant le compteur Linky. Selon Dominique Belpomme, les personnes EHS souffrent d’une inflammation neurologique. Sous l’influence des CEMA, l’organisme rentre en stress oxydatif, ce qui provoque des dégâts ­moléculaires et cellulaires qui abaissent ­l’immunité et sapent la barrière hémato­-encéphalique (d’où ­l’inflammation neurologique). Ce processus favorise la survenue de maladies neurodégénératives du système nerveux : sclérose en plaques, ­Alzheimer, Parkinson.

Pour la docteure Béatrice Milbert, généraliste, acupunctrice et naturopathe, réputée pour son expertise de la maladie de Lyme, le stress oxydant affaiblit le système immunitaire par une surproduction de radicaux libres qui rend poreuses les barrières hémato-encéphalique et intestinale, et favorise l’activation de bactéries et virus (dont la borrélie de Lyme). Son traitement à base de détoxifiants est proche de celui du Pr Belpomme (papaye fermentée, ginkgo biloba), et elle rejoint ses pronostics sur les maladies neurodégénératives. Elle recommande la dépose des amalgames dentaires et des implants métalliques. Béatrice Milbert comme Dominique Belpomme se réfèrent aux travaux du Pr Martin Pall, docteur en biologie moléculaire de l’université d’État de Washington. Depuis 1998, il étudie la perturbation par les CEMA des canaux calciques, l’afflux consécutif de calcium dans les cellules causant le stress oxydatif. Malgré de ­nombreuses publications, Martin Pall n’est pas plébiscité par le milieu de la recherche.

Enfin, la palme de l’outsider va sans doute à Catherine Neyrand, kinésithérapeute, atteinte d’EHS. Partant de sa pratique de soignante et de son vécu de malade, elle souligne le rôle des corpuscules de Pacini (localisés dans la peau) qui transmettent les informations vibratoires au système nerveux. Elle pratique l’équilibrage énergétique par la kinésithérapie chaîniste, élaborée par Godelieve Denys-Struyf.

Plusieurs personnes ont pointé du doigt l'impact des implants dentaires sur l'EHS. Les nouveaux amalgames dentaires sont en résine, mais les anciens contenaient des métaux lourds incriminés comme cause d’intoxication entraînant l’EHS. Quant aux implants métalliques, ils feraient antenne et chargeraient la mâchoire et la tête en électricité. Il faudrait, dans cette optique, y substituer des matériaux organiques.

Le fait que ces pistes thérapeutiques soient parallèles au milieu scientifique reconnu par les autorités sanitaires, reflète le manque d’investissement et de motivation de ces dernières pour étudier des dangers qu’elles peinent à admettre. Ce qui n’aide pas les outsiders à intégrer un cadre ouvert de recherche collaborative.

Animaux et insectes, aux avant-postes ?

Les CEMA concernent l’ensemble du vivant. Donc les vaches aussi. Et les agriculteurs. À Nozay (Loire-Atlantique), la construction d’un parc éolien affecte les exploitations proches : baisse de la production laitière, lait impropre à la consommation, comportements anormaux des bêtes, et surtout mort de centaines de vaches. Le Groupe permanent pour la sécurité électrique en milieu agricole (GPSE), lié au ministère de l’Agriculture ne s’explique pas ce mystère. Aucun lien de cause à effet entre les installations à haute tension et l’état des troupeaux n’a pu être prouvé. Pourtant, la coïncidence des dates et les vérifications empiriques faites sur place sont parlantes. Mais elles ne constituent pas de preuves scientifiques… Depuis 2019, des collectifs d’agriculteurs, victimes de cas similaires, ont décidé d’attaquer les transporteurs d’électricité et les opérateurs de téléphonie devant les tribunaux.

Quant aux insectes, une étude de mars 2018 (1) concernant les effets des CEMA sur les insectes, confirme les craintes quant aux ondes millimétriques (plus de 24 GHz) de la 5G. Quand ils sont soumis à des fréquences de plus de 6 GHz, les insectes testés voient leurs comportements, leur physiologie et leur morphologie altérés. Les CEMA concernent bien l’ensemble du vivant : humains, vaches, insectes…

 

 

(1.) Exposure of Insects to R-F EMF from 2 to 120 GHz, Thielens et al., in Scientific Reports.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous