Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Quelle place pour les oméga 3 ?

Article paru dans le journal nº 24 Acheter ce numéro
  • Quelle place pour les oméga 3 ?

Les oméga 3, ce marronnier alimentaire… Question épineuse, tant les études sur le sujet semblent contradictoires. Je ne prétends pas détenir LA vérité, mais je peux toutefois vous guider dans les dédales de cette tour de Babel aux voix disparates et vous livrer mon expérience sur une complémentation en cas de cancer.

Quand j’aborde la question des oméga 3 avec mes patients, je dois encore souvent faire de la pédagogie et expliquer que, bien qu’il s’agisse de graisses, ils n’ont pas l’action délétère des graisses caloriques et pro-inflammatoires. Outre ces confusions faciles à dissiper, des contradictions émergent à chaque nouvelle étude scientifique.

Querelles de scientifiques

Les contradictions relèvent même de la double contrainte. Exemple : on recommande de manger du poisson pour ses oméga 3, tout en s’alarmant de son taux de toxicité (présence de métaux lourds, entre autres pollutions). Autre point qui sème le trouble : depuis des décennies, les chercheurs planchent sur les rapports entre acides gras et cancer, en valorisant les oméga 3 au détriment des oméga 6 et de leur acide arachidonique, jugé pro-inflammatoire.

Cependant, une étude de 2013 conclut que les hommes qui ont les taux les plus élevés de DHA et EPA (deux acides gras de l’oméga 3) ont plus de risques de faire un cancer de la prostate, contredisant une étude de 2004 qui révélait que les hommes qui mangeaient le plus de poisson voyaient ce risque réduit. De quoi devenir chèvre.

Sans trop s’appesantir sur les pourquoi de ces contradictions, disons simplement que les critères sélectionnés par les scientifiques pour mener leurs études peuvent mener à des conclusions différentes. Dans la première étude citée, l’angle choisi a été le taux sanguin dans lequel on constate qu’un taux trop élevé de DHA et EPA peut être rédhibitoire, les résultats concluant que l’acide alpha-linolénique (ALA) des oméga 3 d’origine végétale était recommandé. Dans la deuxième étude, ce sont les consommations de bonnes et de mauvaises graisses, et non les taux sanguins, qui ont servi de problématique.

Poissons et crustacés

Je ne prétends pas détenir la vérité, mais malgré certaines études alarmantes, et malgré ...

Image description

Il vous reste encore 70% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 24, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous