Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Les trois infections préférées des antibio naturels

Article paru dans le journal nº 18 Acheter ce numéro

Outre la sphère ORL, les antibiotiques naturels trouvent un champ d'action dans certaines infections où la médecine officielle parvient de moins en moins à trouver des antibiotiques efficaces. Dans ces cas, les patient(e)s traînent parfois pendant plusieurs mois la maladie, sautant d'un antibiotique à l'autre, et n'en finissent jamais car leur système immunitaire et leur flore intestinal ont été gravement endommagés par les médicaments. Les antibiotiques naturels, bien que moins puissants que les molécules chimiques, parviennent ici à faire parfois jeu égal car les bactéries auxquels ils s'attaquent ne les connaissent pas.

La gastro-entérite

En homéopathie

Quand le tableau commence par une diarrhée abondante, le plus souvent, c’est l’indication de Podophyllum : la diarrhée est apparue très tôt dans la matinée, de toute façon avant midi. Les selles expulsées en jet, jaunâtres, nauséabondes, sont suivies d’une contraction douloureuse de l’anus et d’une faiblesse intense.
Parfois, c’est l’indication d’Aloe socotrina : le besoin d’aller à la selle est si impérieux qu’on craint de faire sur soi (ce qui arrive d’ailleurs assez souvent). Le fait de boire provoque parfois la prochaine selle.
Pour l'un ou l'autre : 3 granules en 9 CH après chaque épisode diarrhéique.

Lorsque les vomissements sont au premier plan, trois remèdes sont souvent indiqués.

  • Antimonium : après des rots ayant le goût des aliments accompagnant un sentiment de pesanteur gastrique, comme si on avait trop mangé, les vomissements apparaissent, chargés de débris alimentaires. La langue est très souvent couverte d’un enduit blanchâtre. Après chaque vomissement, on se sent un peu soulagé.
  • Ipeca : là, les vomissements ne soulagent pas, les nausées persistent avec la même intensité. La langue est remarquablement propre, la salive coule en abondance sans jamais provoquer la soif. L’émission des selles est suivie de douleurs anales.
  • Nux vomica : dans un tableau de gueule de bois, les vomissements ont un goût acide prononcé et apportent un profond soulagement.
  • Posologie :3 granules en 9 CH après chaque vomissement.

En gemmothérapie

Vous avez le choix entre l’airelle, le chêne ou le noyer.
Par contre, si la diarrhée apparaît au détour d’un traitement antibiotique allopathique, c’est l’indication du macérat de noyer qui prévaut.

La cystite

En homéopathie

Environ 80 % des cystites à colibacille chez la femme sont parfaitement traitées avec :
Cantharis : besoin fréquent d’uriner, peu à chaque fois, motivé par des douleurs non calmées par la miction, ni pendant ni après. Les urines sont foncées, parfois chargées de sang.
Mercurius corrosivus : même tableau mais en plus aigu encore et s’accompagnant de contractures spasmodiques du sphincter vésical qui incitent à retourner uriner.
Comme la distinction est souvent difficile à établir entre ces deux tableaux, on peut prendre les deux remèdes en alternance.
En 9 ou 15 CH, 2 granules toutes les cinq minutes d’abord, puis de plus en plus espacés selon l’amélioration.

En aromathérapie

Vous avez le choix entre :

  • HE de coriandre (Coriandrum sativum),
  • HE d’origan (Origanum compactum),
  • HE de palmarosa (Cymbopogon martinii motia),
  • HE de romarin à cinéole (Rosmarinus officinalis CT cinéole)
  • HE de tea tree (Melaleuca alternifolia)
  • HE de thym doux à linalol (Thymus vulgaris CT linalol).

2 gouttes quatre fois par jour sur le bas du ventre pendant cinq jours.

En gemmothérapie

Voici les macérats de bourgeons indiqués :

  • Le genévrier (Juniperus communis)
  • l’airelle rouge (Vaccinium vitis idaea)
  • la bruyère commune (Calluna vulgaris).

En phytothérapie

La canneberge : son principe d’action a été clarifié suivant la prescription suivante.
2 gélules par jour (dosées à 400 mg) dès le début de l’infection et pendant dix jours.

On peut l’associer au D-mannose. Posologie : 1 cuiller à café dans un verre d’eau, toutes les deux à trois heures, pendant trois jours, même si les symptômes ont disparu afin d’éradiquer complètement le germe dans l’ensemble de l’arbre urinaire.

La candidose

En phytothérapie

Pour éliminer le candida, prendre :
De l’extrait de pépins de pamplemousse (voir notre article complet sur ce sujet) : 15 gouttes trois fois par jour pendant six semaines.

En aromathérapie

Prendre au choix :
De l’HE de laurier noble, lavande aspic, palmarosa : 2 gouttes, deux fois par jour pendant  six semaines si tolérance parfaite.

En cas de grossesse, demander conseil à son médecin.

Compléter en adoptant un régime alimentaire spécifique. Il convient d’éviter les aliments riches en sucre (céréales, produits laitiers).

Il faut également rééquilibrer la flore intestinale par l’apport d’un probiotique pendant au moins trois mois et faciliter le travail du foie, Drenvite (1 à 2 cuillers à café par jour).

En cas de constipation faire des lavements doux.

Pour la candidose vaginale

En homéopathie, essentiellement

Helonias : pertes blanc laiteux rappelant le lait caillé, souvent abondantes et responsables d’importantes démangeaisons.
Posologie : 3 granules en 4 ou 5 CH, deux fois par jour pendant une quinzaine de jours.

En aromathérapie

En plus des HE citées plus haut, certains thérapeutes recommandent l’application d’un tampon ou d’une gaze stérile imbibée de 3 à 4 gouttes d’HE de tea tree, à laisser en place de quatre à six heures.

Attention : le partenaire doit obligatoirement être traité également, sinon l’infection recommencera rapidement.

Voir également notre article dans ce numéro sur la candidose chronique.

 

Nota : afin de mieux comprendre les prescriptions indiquées pour chacune des six pathologies, il faut savoir que :

  • En homéopathie, l’ordonnance varie d’une personne à une autre selon le terrain plus ou moins tonique et sa façon de réagir à l’infection. De façon générale, les informations délivrées correspondent aux formes les plus fréquemment rencontrées. Si les signes que vous observez ne correspondent pas aux descriptions que nous donnons, il est alors indispensable de rencontrer un médecin. De même, si les recommandations indiquées ne procurent aucune amélioration dans les trois heures ou, pire, si la situation s’aggrave.
  • Nous ne donnons pas de posologie pour la gemmothérapie car celle-ci sera différente selon le mode de fabrication. Reportez-vous à la notice des produits. Si un traitement comprend plusieurs extraits, ceux-ci doivent être pris séparément les uns des autres, en alternance, répartis sur la journée.
  • Quelle que soit l’infection, il est impératif d’arrêter tout traitement comprenant du fer (il aide les micro-organismes à se développer encore plus rapidement).
  • De même, il est fortement recommandé de faire systématiquement une cure de cuivre pendant cinq jours afin de renforcer les défenses immunitaires.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique gastro cystite antibiotiques naturels candidose

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous