Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Des champignons contre la dépression ?

Article paru dans le journal nº 94 Acheter ce numéro
  • Les consommateurs de champignons auraient de moins de probabilité de souffrir de dépression.Les consommateurs de champignons auraient de moins de probabilité de souffrir de dépression.

La consommation de champignons pourrait prévenir les risques de dépression selon une nouvelle étude observationnelle américaine. Déjà connu pour leur potentiel préventif sur des pathologies, notamment le cancer et les troubles cognitifs, ces super-aliments auraient également un impact positif sur notre bien être psychique d’après cette étude du Penn State College of Medicine. Les chercheurs de l’université se sont basés sur des données sur l’alimentation et la santé mentale recueillies auprès de plus de 24 000 adultes américains entre 2005 et 2016. Ils ont constaté que les personnes qui mangeaient des champignons avaient de moins de probabilité de souffrir de dépression. Les chercheurs expliquent cette différence par la composition en micronutriment de nos compagnons à chapeau.

Lire aussi Des champignons
pour notre santé

Ainsi les champignons contiennent notamment de l’ergothionéine, un antioxydant qui peut protéger contre les dommages cellulaires et tissulaires du corps. Des études ont montré que les antioxydants pouvaient à prévenir plusieurs maladies mentales, comme la schizophrénie, le trouble bipolaire et la dépression. De plus, les champignons de Paris, qui sont la variété de champignons la plus consommée aux États-Unis, contiennent du potassium, qui aurait le potentiel de réduire l’anxiété. Cependant, c’est là que le bât blesse, les données obtenues par les chercheurs ne précisaient pas le type de champignon consommé. Dans la même lancée, la quantité de champignon ingérée ne semble pas avoir d’incidence significative sur la réduction des risques dépressifs.

Ainsi, même s’il est nécessaire de mener des recherches plus poussées, pourquoi se priver, puisque en plus c’est la saison ?

Lire aussi Le champignon qui a failli faire sauter la ministre.

Sources :

Mushroom intake and depression: A population-based study using data from the US National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES), 2005–2016, Journal of Affective Disorders, 2021.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique potassium champignons antioxydant dépression

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous