Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Respirer mieux : allier le corps et l’esprit

Article paru dans le journal nº 75 Acheter ce numéro
  • Respirer mieux : allier le corps et l’esprit

La respiration est une fonction biologique essentielle à la vie. Cependant, notre souffle est affecté par de nombreux facteurs, qu’ils soient extérieurs ou intérieurs. C’est par un article inspiré du très complet ouvrage de Daniel Kieffer, Tout savoir sur la respiration, que nous vous donnons toutes les méthodes pour (ré)apprendre à bien respirer. La partie 4 du dossier est consacrée aux différentes techniques asiatiques (yogas et qi gong) qui célèbrent l'art de la respiration.

Le yoga est probablement la discipline indienne la plus connue et la plus pratiquée de nos jours. La base du yoga est l’ouverture aux autres et la clarté d’esprit. Les asanas (nom donné aux postures de yoga) permettent de maintenir le corps en bonne santé en relâchant les tensions, en massant et en améliorant la fonction des organes, et en assouplissant les muscles. Cependant le point le plus important lors de la pratique du yoga est la respiration (dite pranayama). Celle-ci devra être lente, profonde et régulière, afin d’atteindre une sérénité intérieure.

Pranayama, la maîtrise du souffle

Le pranayama est une technique de méditation avancée visant à purifier le corps et l’esprit. Le terme prana fait référence à l’énergie vitale ­universelle qui est présente tout autour de nous, alors que yama signifie la maîtrise et l’expansion. Utilisée dans la pratique du yoga (après les asanas et avant la médiation), cette technique a ainsi pour but ­premier de prendre conscience de son souffle en apprenant les quatre temps de la respiration (inspiration, pause, expiration, pause). L’on ­cherchera ensuite à allonger son souffle et ses capacités respiratoires. Le pranayama est également utile pour développer sa respiration nasale.

De nombreuses études ont confirmé les bénéfices du pranayama dans la gestion du stress, de l’anxiété et de la dépression post-traumatique, ainsi que dans le renforcement du système immunitaire, les troubles respiratoires (dont l’asthme), les problèmes de peau et la digestion. Il convient de rester vigilant dans la pratique du ­ pranayama, les bénéfices pouvant avoir un effet contraire lorsque l’exercice est mal exécuté. D’où ­l’importance de s’initier à cette pratique à l’aide d’un professeur certifié.

Swara yoga, l’art du souffle

Notre respiration s’alterne naturellement toutes les quatre-vingt-dix à cent vingt minutes, ­passant tantôt par la narine droite, et tantôt par la narine gauche. Et chaque narine est associée à des fonctions particulières. Par exemple, la respiration par la narine droite est associée au yang et sera expansive et dynamique, tandis que celle de la narine gauche, associée au yin, sera introspective et reposante. Le swara yoga repose sur le principe de la relation entre la narine dominante et l’environnement, afin de tourner certains évènements en sa faveur et à favoriser la positivité. Selon l’ouverture de votre narine, telle ou telle activité sera ainsi à privilégier. Si votre narine droite est ouverte, cela sera bénéfique pour des activités physiques. Si vous respirez par la narine gauche, vous pouvez vous relaxer, faire du yoga, écouter de la musique, lire. À noter que les deux narines peuvent être ouvertes en même temps, c’est alors le moment idéal pour la méditation. Il est aussi possible de changer votre narine dominante. Allongez-vous sur le côté gauche pendant quelques minutes afin d’activer la narine droite, et inversement.

Lire aussi Quels exercices de yoga pour accompagner le jeûne ?

Qi Gong, la culture du souffle

Le qi gong est issu de la médecine traditionnelle chinoise dont le principe repose sur l’équilibre spirituel, psychique et physique. Cette pratique associe de nombreux mouvements lents, des postures immobiles, des exercices respiratoires, et de la médiation. La maîtrise de la respiration abdominale est ici encore essentielle. La respiration en qi gong repose sur huit clés : elle doit être calme (et silencieuse), profonde, fine, uniforme, longue, relaxée, continue et douce. Les mouvements seront harmonisés à la respiration avec une inspiration dans les gestes d’ouverture (pour dynamiser) et l’expiration en fermeture (pour relaxer).

Pour conclure, le souffle apparaît ainsi comme une véritable interface entre le corps et l’esprit, et est un complément remarquable (et naturel) à la médecine traditionnelle.

Lire aussi Dr Réquéna : les secrets du Qi Gong anti-âge (1ère partie)

Ioniser négativement son air

L’ionisation négative de l’air est une technique consistant à purifier l’air en ôtant des charges électriques à un atome pour neutraliser les polluants et particules fines présents dans l’air. Les travaux du Pr Métadier ont mis en évidence les bienfaits des ions négatifs sur la santé et le bien-être physique et moral. L’ionisation négative permettrait, entre autres, de diminuer le stress, de renforcer le système immunitaire, d’améliorer le sommeil. Les lieux les plus chargés en ions négatifs se trouvent majoritairement au pied des cascades, 
à la montagne, en bord de mer et en forêt. Si vous habitez en ville, vous pourrez également vous procurer un ioniseur d’appartement sur le marché.

Aller plus loin

Tout savoir sur la respiration - Ses dimensions physiologique, énergétique, psychologique et transpersonnelle, Daniel Kieffer (éditions Jouvence)

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique respiration yoga

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous