Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Perdre du poids : pourquoi ça coince ?

Article paru dans le journal nº 58 Acheter ce numéro
  • Perdre du poids : pourquoi ça coince ?

La plupart des causes de la pandémie d’obésité sont connues et appellent une prise de conscience. Il ne suffit pas de moins manger, de faire du sport et d’être motivé. Différents facteurs se combinent, face auxquels nous ne sommes pas égaux : métaboliques, hormonaux, circulatoires, immunitaires, psychologiques et génétiques.

Afin de sortir des clichés que les médias et même certains médecins ne cessent de ressasser, nous passons en revue dans cet article différents facteurs qui peuvent rendre particulièrement difficile la perte de poids.

Résistance à l’insuline

C’est l’obstacle biologique le plus encombrant sur le chemin de la perte de poids. Vous pouvez diminuer vos apports alimentaires et faire du sport autant que possible : tant que vous aurez un problème avec l’insuline, vous n’obtiendrez aucun résultat probant. Produite par le pancréas, l’insuline est l’hormone principale du contrôle de la glycémie. Elle est apparue au cours de l’évolution pour nous aider à stocker du glucose. Au-delà d’un certain taux de sucre dans le sang, l’insuline entre en action pour faire entrer ce sucre dans les cellules. Chez les diabétiques, les cellules, devenues insensibles à l’insuline, ne laissent plus entrer le sucre, qui reste alors dans la circulation sanguine.

Plus insidieux, le syndrome métabolique est un état prédiabétique mal diagnostiqué qui touche une part croissante de la population. Apparu il y a quelques décennies, c’est une pure création de l’industrie agro-alimentaire : il s’est développé à mesure que les sucres rapides et les perturbateurs endocriniens devenaient omniprésents dans l’alimentation. Nous avons longtemps associé le surpoids à la surconsommation de graisses, alors que notre surconsommation de sucres est bien plus problématique. Le processus permettant de produire de l’énergie à partir du sucre est plus simple et plus rapide qu’à partir des graisses. Sitôt qu’il y a suffisamment de sucre dans le sang, le cerveau en est informé et bloque la libération des graisses stockées. Donc, si l’apport alimentaire en sucre est permanent, il y aura aussi un stockage permanent des graisses.

En cas d’excès d’insuline, impossible de déstocker. Nous n’avons plus accès à nos réserves de graisse, même lorsque nous avons faim ou que nous faisons de l’exercice.

Mauvaise circulation

La gestion du poids est dépendante des mouvements d’eau dans l’organisme. Une mauvaise circulation sanguine favorise la rétention d’eau. La cellulite s’explique par un manque de tonus des capillaires et par leur perméabilité excessive, entraînant une infiltration d’eau dans les tissus. L’acheminement de l’oxygène et des nutriments vers l’hypoderme se réduit, asphyxiant les cellules qui produisent alors beaucoup de toxines. Ces dernières sont captées par les cellules graisseuses, dont le volume augmente. C’est un cercle vicieux, car l’augmentation du tissu graisseux augmente aussi la pression exercée sur les capillaires, réduisant davantage leur tonus. L’infiltration d’eau additionnée à la poussée des adipocytes sous-cutanés donne à la peau cet aspect granuleux qu’on appelle couramment peau d’orange.

Chez les femmes, le déséquilibre entre les œstrogènes et la progestérone joue sur l’augmentation de la perméabilité des capillaires. Voilà pourquoi, à la ménopause, cellulite, ...

Image description

Il vous reste encore 80% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 58, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous