Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Hypertension artérielle,
comment la réduire ?

Article paru dans le journal nº 66 Acheter ce numéro
  • Hypertension artérielle, comment la réduire ?

L’hypertension artérielle est la maladie chronique la plus courante en France. Cet excès de pression sanguine dans les artères de la grande circulation concerne environ 30 % des plus de 35 ans et 50 à 70 % (selon les sources) des plus de 65 ans. Si ses causes sont multiples, les remèdes naturels pour la prévenir et la réduire le sont également.

En France, on estime que l’hypertension artérielle (HTA) touche 30,6 % des adultes de 18 à 74 ans, mais qu’une personne sur deux ignore sa pathologie. L’Organisation mondiale de la santé considère que plus de 60 % des affections vasculaires cérébrales et environ la moitié des cardiopathies ischémiques sont une conséquence de cette hypertension. Dans le monde, le nombre de personnes souffrant d’HTA s’élève à 1,1 milliard, avec 59 millions de nouveaux cas par an.

Commençons par définir clairement les types d’hypertension. Ce terme regroupe en effet plusieurs sortes de perturbations de la pression sanguine artérielle, aux causes et aux risques variés et variables que l’on traitera différemment… si on les a correctement diagnostiqués.

  • L’hypertension labile est une tension trop importante qui apparaît et disparaît en fonction de différents facteurs (par exemple la station debout ou allongée, l’état de stress). Les personnes concernées seront hypertendues à certains moments, tandis qu’à d’autres elles montreront une tension artérielle dans les normes – les variations pouvant être considérables et fréquentes.
  • L’hypertension permanente est une tension trop forte qui ne présente pas de réelle variabilité en fonction du contexte (bien qu’un état de stress n’arrange pas les choses). Son étiologie se rapporte souvent à un ou plusieurs facteurs déjà installés : durcissement des parois artérielles, obésité…

Hypertension primaire ou secondaire

Hormis ces nuances sur le comportement de l’hypertension, des distinctions d’origine sont également faites : l’hypertension primaire (ou essentielle) n’est pas la conséquence d’une pathologie sous-jacente, mais plutôt le résultat de l’accumulation d’un certain nombre de facteurs de risque (90 à 95 % des HTA).

L’hypertension secondaire, elle, est liée à une maladie avérée  dans 5 à 10 % des cas. Par exemple, un patient avec un rétrécissement congénital de l’aorte ou un syndrome de Cushing (hypercortisolisme chronique) fera preuve d’une hypertension symptomatique de sa pathologie, indépendamment de la présence de facteurs de risque. C’est aussi le cas avec un adénome de Conn (tumeur bénigne de la glande surrénale) ou une sténose de l’aorte (due à un défaut d’une valve cardiaque depuis la naissance).

Bien sûr, ici, la solution est à chercher du côté de la chirurgie et non des médecines naturelles. Néanmoins, les conseils de prévention au quotidien n’en restent pas moins utiles. Ils peuvent lutter contre la mise en place d’une pathologie, elle-même facteur de dégradation organique encourageant l’hypertension. Par exemple, nombre de recommandations concernent les facteurs de développement d’un diabète de type 2, lui-même à l’origine d’altérations du rein menant à une HTA.

Les signes à surveiller

Quels que soient les causes ou le type d’hypertension, des signes peuvent alerter sur sa présence (même si la surpression vasculaire reste asymptomatique dans de nombreux cas) :

  • maux de tête (en ...
Image description

Il vous reste encore 65% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 66, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous