Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

11 idées reçues sur l’homéopathie. Antoine Demonceaux vous répond.

Article paru dans le journal nº 50 Acheter ce numéro
  • Le Dr Antoine Demonceaux répond aux idées reçues sur l'homéopathieLe Dr Antoine Demonceaux répond aux idées reçues sur l'homéopathie

L’homéopathie fait partie d’un arsenal thérapeutique extrêmement populaire, efficace et sans effets secondaires. Plébiscitée seule ou en complément de traitements allopathiques, elle a sa place dans beaucoup de pharmacies. Pourtant les polémiques autour des petites granules fait rage et les idées reçues sont nombreuses. On fait le point avec le docteur Antoine Demonceaux, médecin généraliste homéopathe et auteur de « La santé autrement, l’homéopathie pour tous » aux éditions du cherche midi.

Notice (8): Undefined offset: -1 [CORE/plugins/plugin_as/views/helpers/articles.php, line 22]

L’homéopathie est-elle un effet placebo ?

Antoine Demonceaux. « Non, l’homéopathie n’est pas un effet placebo. Mais comme dans tout médicament, il y a un effet placebo. Une maman donne du paracétamol à son enfant qui a mal aux dents. Elle l’aime, elle veut lui faire du bien, elle lui parle gentiment. Pour que ça marche, l’effet placebo est alors aussi efficace et important que la molécule. Avec des granules de Camomilla, elle fera la même chose, l’efficacité attendue par la maman étant la même. Et cela marchera aussi bien. L’attention qui entoure le soin est aussi importante que le soin en lui-même et, ce, quelle que soit la forme ou la composition du médicament".

L’homéopathie, il faut y croire pour que ça marche !

Non, l’homéopathie est un médicament vendu en pharmacie, pas un grigri magique ! Lorsque l’on sait que certains élevages industriels font appel à des vétérinaires homéopathes pour soigner leurs animaux, il est difficile d’envisager une forme de croyance de la part de poules en batterie !

L’homéopathie, il n’y a rien dedans ?

C’est une vraie question scientifique. Jusqu’à maintenant, il est admis par les pharmacologues qu’il faut une molécule dans un médicament pour qu’il soit efficace. Or, les sciences fondamentales, biophysique et biologique, nous enseignent que, premièrement, côté biophysique – c’est-à-dire d’un point de vue strictement physique –, il y a quelque chose dans les hautes dilutions : une information de type électromagnétique. Deuxièmement, du côté biologique, des études ont montré l’activité de la dilution d’arsenic sous forme homéopathique (1). Dans une étude de 2003, sur des rats intoxiqués à l’arsenic, la prise du médicament homéopathique Arsenicum Album (30 et 20 CH) améliore l’état des rongeurs au point de les désintoxiquer par augmentation de l’élimination de l’arsenic dans les selles. L’homéopathie a donc une action sur les systèmes vivants. Ipso facto, on ne peut plus dire qu’il n’y a rien dans les granules d’homéopathie : elles contiennent une information de type électromagnétique, recevable par un système vivant.

Par ailleurs, on utilise également en homéopathie des teintures-mères et des macérats glycérinés, purs ou en basses dilutions qui, eux, contiennent des molécules des plantes dont ils sont extraits. Ainsi, dans des formules et préparations homéopathiques, on peut retrouver à la fois des dilutions qui contiennent des informations électromagnétiques, couplées à des teintures-mères et/ou macérats contenant des molécules qui vont agir en synergie.

Où doit-on stocker son tube de granules, son flacon de gouttes ? Faut-il les protéger des ondes électromagnétiques ?

Par principe, oui. Deux études ont été réalisées. La première montre qu’au-delà d’une température de 70 °C, on perd l’effet du médicament, la seconde, qui a passé des gouttes ou des granules au micro-ondes, aboutit au même résultat. On voit donc que les ondes électromagnétiques ont un effet délétère. Il vaut mieux garder ses tubes et flacons loin de son ordinateur, de la télévision et du micro-onde ou des sources de grosse chaleur (de plus 70°C). Cas pratique : si on veut mettre des granules dans le biberon de bébé, on chauffe d’abord le biberon et on ajoute les granules ensuite.

Le téléphone portable et le Wi-Fi sont-ils également nocifs ?

Oui, le portable est un vrai souci. Il est toxique localement. À voir, l’intervention du professeur en immunologie Madeleine Bastide à l’université de Montpellier : un téléphone portable actif placé sur des oeufs de caille fécondés tue les œufs par exposition (2)Ce qui signifie qu’on ne met pas de tube de granules dans son sac à main à côté du téléphone portable.

Le bip qui valide le code-barres du tube est-il mauvais pour le produit homéopathique ?

Le bip de la douchette qui lit un code-barres au moment de payer est une lumière rouge qui n’est pas électromagnétique. C’est une onde qui ne pose aucun problème, de plus les tubes sont en polypropylène, matière qui isole de beaucoup de choses (chaleur, froid, lumière, etc.). Les flacons sont en verre teinté, assez isolant également.

Faut-il changer de dentifrice ?

Non, le dentifrice à la menthe a parfois été déconseillé à cause de l’effet vasoconstricteur de la menthe. Or, c’est une information électromagnétique qui passe par les liquides de la bouche, et non par les vaisseaux sanguins. Avoir un dentifrice à la menthe peut créer un effet de vasoconstriction qui sera sans conséquence sur la prise de l’homéopathie. En 1796, à l’époque du docteur allemand Samuel Hahnemann, qui a énoncé le principe de base de l’homéopathie (il a publié un essai sur les vertus curatives des substances médicinales, reprenant le principe de similitude énoncé par Hippocrate : « Les semblables sont guéris par les semblables »), les gens reniflaient de l’essence de menthe qui, comme toutes les drogues neurotoxiques, perturbe le système neurovégétatif de l’organisme. Lorsque l’on sature le corps de substances fortes (drogues, tabac, essence de menthe, etc.), l’homéopathie est en principe moins active. Cette idée – fausse – date probablement de cette époque. Il est tout de même possible de neutraliser ces substances fortes avec des médicaments homéopathiques (Nux Vomica, Coffea, Ignacia) qui sont actifs sur le plan neurovégétatif et permettent l’action des autres médicaments homéopathiques.

Faut-il prendre ses granules ou ses gouttes à distance des repas ou du thé-café ?

Non, cela n’a aucune incidence sur l’efficacité. Il n’est pas utile non plus de les prendre pendant les repas.

L'homéopathie, ça se périme ?

Une date de péremption se trouve sur les flacons et les tubes, mais elle reste théorique, c’est une obligation légale. Contrairement à un antibiotique qui est instable chimiquement et dont il faut impérativement respecter la date de péremption, les informations électromagnétiques de l’homéopathie ne se périment pas comme les molécules. L’homéopathie peut perdre son efficacité en cas de contact avec des ondes.

Est-ce grave si je touche les granules ?

Non, pas du tout. L’information homéopathique contenue dans la granule est de nature électromagnétique, la toucher n’a aucune incidence sur la qualité du produit.

Se soigner avec l’homéopathie, il faut du temps pour que ça agisse !

C’est une idée reçue très fréquente. Prenez par exemple les poussées dentaires de l’enfant, qui sont très violentes, accompagnées de fièvres à 40°C et de douleurs : Belladonna en 15 CH, cinq granules en une à trois prises à chaque poussée de température, agira aussi vite, voire plus vite que le paracétamol. Sur des maladies aiguës comme la fièvre, l’homéopathie agit également très vite. En revanche, pour soigner des maladies chroniques, comme les mycoses ou les cystites à répétition, des otites récurrentes chez l’enfant, cela demande un peu plus de temps, car il faut laisser à l’organisme le temps de réagir. On parle alors de rééquilibrage de terrain.

Références :

- [1] P. Mallick, J. Chakrabarti Mallick, B. Guha and A. R. Khuda-Bukhsh, “Ameliorating effect of microdoses of a potentized homeopathic drug”, Arsenicum Album, on arsenic-induced toxicity in mice, BMC Complementary and Alternative Medicine, The official journal of the International Society for Complementary Medicine Research (ISCMR), 2003.

- [2] B. J. Youbicier-Simo, F. Boudard, C. Cabaner, M. Bastide, "Biological effects of continuous exposure of embryos and young chickens to electromagnetic fields emitted by video display units", Bioelectromagnetics, 1997, 18: 514-523.

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
Tags sur la même thématique Homéopathie homéopathe
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes