Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Homéopathie : on en est encore là ?

Article paru dans le journal nº 107 Acheter ce numéro
  • Homéopathie : on en est encore là ?

Le collectif HoméoFrance vient de publier le livre blanc de l’homéopathie1. Plus de deux cents ans après sa création, on en est encore là. À devoir justifier l’intérêt de l’homéopathie. Et c’est d’autant plus lassant qu’à la lecture du fameux livre blanc, quelques chiffres réactualisés pour l’occasion sont saisissants. On peut donc lire que 74 % des patients utilisant l’homéopathie estiment qu’elle est efficace. Il ne s’agirait que d’un effet placebo, selon ses détracteurs. Mais c’est justement tout l’enjeu ici : de permettre au corps de se guérir, sans qu’il ait à souffrir des effets secondaires délétères des molécules de synthèse. Faut-il rappeler les tristes chiffres des accidents liés à la prise de médicaments ? Pour les trouver, il ne suffit que de consulter le site du Leem, le syndicat des labos, pour lire que les accidents iatrogéniques «  sont responsables de 130 000 hospitalisations et près de 1,3 million de journées d’hospitalisation », et le Dr Alberto di Castri rappelle que les accidents iatrogènes, c’est « 10 000 décès par an »2, trois fois plus que les décès liés à la route.

Lire aussi Immunité : l’homéo en renfort

Les dilutions homéopathiques sont telles qu’il n’y aurait plus aucun actif dans les granules, peut-on entendre. Mais grand bien fasse à la nature ! Dans un documentaire diffusé sur France 53, on apprend qu’aux abords des stations d’épuration, on retrouve la présence d’une quinzaine de médicaments différents. Et on ne parle pas de traces. La concentration d’un anti-inflammatoire (diclofénac) est ici 12,6 fois supérieure à la normale, idem pour un antiépileptique (carbamazépine) dont la concentration est 11,2 fois plus importante que la norme européenne. Quant au coût, que n’a-t-on entendu que l’homéopathie devait être déremboursée car elle grevait les comptes de l’Assurance maladie. C’est sûr qu’avec 0,39 % en 2018, l’homéopathie pesait lourd : 126,8 millions d’euros étaient remboursés4 sur les 32,5 milliards de remboursements tous médicaments confondus5. Enfin, ni patients ni médecins n’ont jamais souhaité opposer homéopathie à allopathie. Des médecins toujours plus nombreux – quelque 20 000 généralistes, soit un sur trois – et des patients qui, une fois (bien) traités, restent fidèles à l’homéopathie.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique homéopathie assurance maladie

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous