Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Se soigner avec l’argile, un geste à risque ?

Article paru dans le journal nº 78 Acheter ce numéro
  • Il n'y a aucune raison de se priver de l'argile par voie externe. Il n'y a aucune raison de se priver de l'argile par voie externe.

Alors que les autorités sanitaires alertent sur les risques d’intoxication au plomb des médicaments à base d’argile, les médias relaient amplement l’information, incitant à la suppression de toute ingestion d’argile. Faut-il, pour autant, jeter ce remède ancestral et polyvalent aux oubliettes ?

Manger de l’argile n’est pas une mode aux allures New Age, mais un phénomène naturel d’automédication animale et humaine. Les primatologues observent, par exemple, que les singes, entre autres, ingurgitent de petites quantités d’argile pour ses qualités reminéralisantes et détoxifiantes. Au contact des animaux consommant des argiles, de nombreux peuples se sont mis à les imiter et ont introduit la géophagie, l’ingestion de la terre, dans leur pharmacopée traditionnelle pour soigner des diarrhées, des maux de ventre, des intoxications… Une pratique de plus en plus questionnée du fait de la présence de plomb dans l’argile. Or, une argile totalement sans plomb n’existe sans doute pas à l’état naturel. En effet, les capacités ­e­xtraordinaires d’absorption de l’argile lui permettent de capter les sels minéraux, mais aussi les impuretés comme le plomb. Toute la question est de savoir si ce plomb contenu dans l’argile se libère ou non dans l’organisme avec des risques potentiels sur le plan neurologique.

Préoccupée par cette problématique l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) s’est saisie de la question et a émis en 2019 des restrictions d’utilisation sur des argiles médicamenteuses comme : l’attapulgite (Attapulgite, et en association avec le Gastropulgite), la diosmectite (Smecta), l’hydrotalcite (Rennie Liquo), la montmorillonite beidellitique alias monmectite (Bedelix ou en association avec le Gelox) et le kaolin (en association avec le Gastropax et le Neutroses). L’ANSM recommande de « ne plus utiliser ces médicaments chez l’enfant de moins de 2 ans, en raison de la possible présence d’une infime quantité de plomb, même si le traitement est de courte durée », ainsi que pour les femmes enceintes et allaitantes. L’agence préconise la diosmectite, dont le Smecta, seulement à partir de 2 ans et le Smectalia à partir de l’âge de 15 ans. Les autres médicaments à base d’argile sont réservés à l’adulte. Des restrictions insuffisantes sans doute au regard de la revue médicale Prescrire qui, relayée par la presse grand public, pousse le bouchon… d’argile un peu plus loin encore. La revue conseille de se passer totalement des médicaments à base d’argile, quel que soit l’âge et quelle que soit la situation clinique du fait, dit-elle, de « leur intérêt très limité et du risque d’exposition au plomb ».

Une pratique immémoriale

La géophagie, le fait de manger de la terre, se pratique sur tous les continents depuis les temps les plus reculés. Mammifères, reptiles, oiseaux nous ont montré la voie en soignant leurs empoisonnements, leurs intestins ou leurs carences en minéraux grâce à l’ingestion d’argile. Imitant leur comportement, nombre de peuples sont devenus géophages. Hippocrate décrivait déjà cette pratique au IVe siècle avant Jésus-Christ. En Afrique de l’Ouest comme en Inde, les femmes enceintes ont eu l’habitude de manger des terres argileuses pour diminuer leurs nausées et protéger leur estomac. ...

Image description

Il vous reste encore 77% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 78, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique argile ANSM Plomb

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous