Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

L’argilothérapie appliquée aux animaux

Article paru dans le journal nº 16 Acheter ce numéro

Thérapeute depuis plus de 25 ans et auteur de nombreux livres, Marie-France Muller a eu souvent l’occasion de conseiller ses clients dans les soins à donner à leurs animaux. Sa pratique personnelle en ce domaine lui a permis de constater que, bien souvent, il était possible de tirer rapidement d’affaire un animal considéré comme perdu et condamné à être euthanasié, à l’aide de traitements naturels simples tels que le chlorure de magnésium, l’argile, les plantes et les complé­ments alimentaires. Elle se propose de nous faire partager son expérience dans ces colonnes.

Les minéraux argileux existent sous forme pondérable, mais aussi d’oligo-éléments colloïdaux ce qui explique le caractère reconstituant de l’argile et ses applications thérapeutiques. Grâce aux outils modernes de la minéralogie, on a pu pénétrer les « secrets de ces minéraux » utilisés empiriquement depuis des millénaires.

L’emplâtre de Kneipp

Au début du siècle passé, Kneipp conseillait l’argile mélangée à du vinaigre pour préparer des emplâtres et des cataplasmes. Il avait constaté les succès obtenus sur les animaux domestiques que l’on soignait avec des emplâtres d’argile dans les cas d’entorses ou d’infections.

Kneipp a appliqué ce traitement aux animaux de ferme, puis aux chevaux de l’archiduc François-Joseph d’Autriche. Devant les résultats obtenus, il a étendu ses expériences à l’homme avec des résultats remarquables.

Vous l’avez sans doute remarqué lors de promenades à la campagne, votre chien lape volontiers les flaques d’eau argileuse rencontrées sur les chemins. Il adore y patauger et s’en porte fort bien. Et si vous avez préparé de l’eau argileuse à votre propre usage, ne doutez point que votre chat ne vienne s’en délecter sans vous demander votre avis.

Les animaux sauvages aussi recherchent cette terre qui les soulage et les guérit : ils s’y roulent volontiers, y plongent leurs membres blessés, s’en appliquent sur des plaies qui cicatrisent ainsi très vite, sans s’infecter. Surveillez d’ailleurs votre réserve d’argile : tout animal en mauvaise santé s’en fera un refuge, que ce soit votre chat… ou une souris blessée.

L’argile en usage interne

Tous les animaux apprécient l’eau argileuse qu’ils boivent volontiers.

Mode d’administration :

  • Additionner systématiquement un peu d’argile surfine à l’eau de boisson de vos animaux. Comptez environ 4 cuillerées à soupe d’argile par litre d’eau si votre animal est malade. En prévention : une cuillerée à soupe d’argile dans une bassine d’eau (ou une cuillerée à café pour un bol).
  • On peut aussi donner à un animal malade l’argile à l’aide d’une petite cuillère, si l’on veut être assuré qu’il a bien pris sa ration. Comptez une cuillerée à café d’argile pour un demi-verre d’eau.

Propriétés :

L’argile ne va pas se contenter de traiter « le » problème. Elle agit sur tous les organes affectés, selon les besoins. Une faible ration quotidienne permet d’obtenir le résultat recherché… et souvent plus encore !

Ainsi va-t-elle aussi bien purifier et drainer l’organisme qu’enrichir le sang d’un animal anémié, guérir son problème de peau et combler ses carences diverses.

Il est donc conseillé de donner de l’eau argileuse à un animal souffrant de gastro-entérite, de troubles digestifs divers, de suites d’infections ayant par exemple nécessité la prise d’antibiotiques ou d’anti-inflammatoires. Si l’argile favorise la croissance d’un animal jeune, elle est aussi d’un secours inestimable à un animal vieillissant chez lequel elle permet de conserver longtemps des os solides et de réduire le risque d’arthrose.

Pensez aussi aux propriétés absorbantes et purifiantes de l’argile dans les cas d’empoisonnement ou d’intoxication de l’animal (outre le traitement spécifique indiqué par votre vétérinaire). Un chat empoisonné par des raticides se remet mieux lorsqu’on associe de l’eau argileuse à la prise de vitamine K.

Contre-indication :

La seule véritable contre-indication concerne la prise simultanée d’argile par voie orale et d’huile de paraffine qui durcit en présence de l’argile. Il faut aussi limiter la prise d’argile en cas de forte constipation de l’animal.

L’argile en usage externe

C’est la façon la plus immédiate et la plus naturelle d’utiliser l’argile. Les animaux s’y roulent spontanément en cas de besoin. D’une utilisation facile et sans danger, vous pourrez y avoir recours en de nombreuses circonstances.

Il est aussi possible de mêler à l’argile des plantes broyées (par exemple du romarin ou de la salsepareille si problèmes de peau), ainsi que du chlorure de magnésium ou de l’eau vinaigrée. On remplace alors l’eau avec laquelle on mouille l’argile sèche par :

  • de l’eau vinaigrée — une à quatre cuillerées à soupe par litre.
  • ou du chlorure de magnésium dilué — environ 20 g/litre d’eau – ce qui représente soit un sachet déjà dosé, ou si vous vous en procurez au kilo à usage dit « vétérinaire », deux cuillerées à soupe bombées pour un litre d’eau.

Cataplasme

Vous trouverez tout un choix d’argiles de couleurs différentes dans la plupart des pharmacies et des maisons de régime. L’argile verte est la plus courante et ses propriétés sont polyvalentes. Selon les cas, vous la choisirez concassée (pour les cataplasmes) ou en poudre surfine pour l’usage interne ou le poudrage. Dans la mesure du possible, utilisez de l’argile préalablement séchée au soleil et broyée en granulés ou concassée en petits morceaux. Ne laissez jamais de métal en contact avec l’argile.

Préparation du cataplasme

Prenez un saladier en verre, porcelaine, terre cuite, faïence, bois ou grès (surtout ni métal ni matière plastique). Versez-y de l’argile concassée en égalisant légèrement la surface (gardez-en un peu en réserve pour épaissir le mélange, si besoin). Vous pouvez la préparer pour plusieurs jours à l’avance. Recouvrez d’eau (si possible de l’eau de source), sans en mettre trop (certaines argiles absorbent plus d’eau que d’autres). Il est plus facile d’épaissir un mélange trop fluide en rajoutant de l’argile que de fluidifier une préparation trop épaisse !

Vous pouvez aussi additionner l’argile de sel marin, de quelques gouttes d’huiles essentielles, d’eau vinaigrée, de chlorure de magnésium et/ou de plantes réduites en poudre. Laissez reposer sans y toucher : elle se désagrège toute seule. Résistez à la tentation de la remuer pour en faire une pâte lisse : elle deviendrait collante et difficile à utiliser !

La consistance doit être assez ferme pour ne pas couler, tout en n’étant pas trop épaisse. La pratique vous montrera vite la bonne méthode. Disposez ensuite la pâte argileuse sur un linge assez épais en textile naturel (toile, coton, lin) car le plastique et les tissus synthétiques, diminuent l’efficacité de l’argile.

Ce linge doit être plus grand que le cataplasme, lequel doit couvrir une surface plus étendue que la surface à traiter. Utilisez une spatule en bois pour répartir l’argile sur une épaisseur de deux ou trois centimètres (ne la tassez pas, laissez-la s’étaler naturellement). Posez le cataplasme à l’endroit voulu, en laissant l’argile en contact direct avec la peau.

Maintenez-le en place avec un bandage pas trop serré. Le cataplasme doit être large et bien couvrir toute la surface à traiter. Selon les cas, vous pourrez le laisser en place de quelques minutes à plusieurs heures et même toute la nuit. Après application et séchage, retirez-le doucement et nettoyez la peau avec de l’eau tiède (ne jamais employer d’alcool ni d’eau de Cologne).

Sachez aussi qu’il existe des cataplasmes tout préparés qu’il vous suffira de mouiller avant de les appliquer (« Catargile »).

Durée et cadence des applications

- Décongestion, inflammation ou infection d’un organe profond (estomac, foie, reins, pancréas, rate…) : les premières applications doivent être laissées en place tant que le cataplasme est bien toléré : en général deux ou trois heures, parfois beaucoup moins (tout dépend de la patience et de l’état de l’animal). Ne remettez pas aussitôt un nouveau cataplasme : vous risquez de fatiguer l’organisme. Vous pourrez en appliquer un second dans le courant de la journée.

- Fracture, ostéoporose, décalcification, rachitisme : l’application dure en principe toute la nuit.

- Traitement d’une plaie, d’une lésion inflammatoire, d’un abcès, d’un furoncle : le cataplasme peut être renouvelé tous les 1/4h, 1/2h ou heure, selon la rapidité du réchauffement. Le garder plus irait à l’opposé du but recherché. Continuez les applications jusqu’à obtention du résultat en les renouvelant si possible nuit et jour.

- Inflammation des paturons et gonflement des articulations d’un cheval : appliquez des cataplasmes que vous pourrez laisser en place toute la nuit… et appréciez les résultats !

Nota Bene : L’argile possède une puissante action de nettoyage qui peut faire croire que le mal s’aggrave. Cette aggravation apparente est due au drainage de la partie traitée et prouve au contraire l’action bienfaisante de l’argile. Ainsi, un abcès ou un ulcère va s’agrandir et se creuser en laissant s’écouler du pus et du sang, avant de cicatriser et de disparaître.

Compresse

Si on craint une trop forte réaction au cataplasme, ou en cas de lésions infectées, il est préférable d’appliquer une compresse de boue. Il suffit de préparer un mélange fluide dans lequel vous plongerez un linge de toile ou une serviette éponge qui doit ressortir couvert d’une fine couche d’argile. Appliquez la compresse­ sur la région choisie et recouvrez d’un linge sec. Fixez avec une bande Velpeau ou du tissu souple. Il suffit de laisser poser d’une demi-heure à une heure.

Bain

Plonger l’animal ou une de ses pattes (en cas d’abcès ou de blessure) dans un récipient contenant de la boue argileuse.

En préparant l’argile avec du chlorure de magnésium dilué (un sachet pour un litre d’eau), les résultats n’en seront que meilleurs, surtout dans les cas de blessures infectées ou d’ulcérations.

Poudrage

Utilisez de l’argile verte surfine qui désinfecte, apaise la douleur, calme les inflammations, accélère la cicatrisation des plaies, morsures, griffures, brûlures, ulcérations diverses, et des lésions cutanées (eczéma, prurit, pelade, teigne, piqûres…)

Votre compagnon se gratte, présente des lésions de la peau ou s’est blessé : saupoudrez son pelage avec cette argile deux fois par jour. L’amélioration est immédiate.

Pommade

Vous pouvez aussi préparer une pommade en mélangeant l’argile verte surfine à de l’huile d’amande douce additionnée de quelques gouttes d’huiles essentielles (Lavande, Pélargonium, Ravensare, Tea tree…) ou de plantes finement hachées.

Les secrets d’une argilothérapie réussie

  • L’argile est un remède puissant qui risque de provoquer des réactions fortes au niveau de l’organe traité. Il est sage de ne pas en abuser et d’éviter les applications répétées qui risqueraient de fatiguer un organisme déjà affaibli. Soyez donc mesuré pour obtenir de ce merveilleux remède les meilleurs résultats.
  • Si l’application a été bien menée, le cataplasme est sec et se retire facilement, ne laissant que très peu d’argile sur la peau et les poils. Dans le cas contraire, il colle : détachez-le en faisant couler de l’eau tiède entre l’argile et la peau, puis débarrassez-vous des résidus simplement avec de l’eau, sans savon.
  • Jetez l’argile après usage, car elle est devenue toxique ! Évitez de la manipuler. Lavez après usage les linges et bandages qui sont entrés en contact avec elle. Vous pourrez les réutiliser une fois secs.
  • Évitez d’interrompre un traitement commencé, même provisoirement. L’argile nettoie tout l’organisme et produit des réactions en chaîne qu’il serait préjudiciable d’interrompre brutalement, sous peine de possible accentuation locale des symptômes.

Les cinq propriétés de l’argile

  • L’argile absorbe et draine hors du corps les impuretés, les substances toxiques, les microbes et bactéries pathogènes ;
  • Elle favorise la cicatrisation en accélérant la formation des tissus (c’est aussi un remarquable pansement gastrique) ;
  • Elle reminéralise, comble les carences et favorise la reconstitution osseuse en cas de fracture ou de troubles de la croissance.
  • Elle équilibre la flore intestinale, renforce les défenses de l’organisme, favorise la reconstitution des globules rouges en cas d’anémie…
  • Sa radioactivité naturelle lui permet d’absorber la radioactivité qui se trouve en excès dans des tissus exposés aux rayons (radiothérapie ou autre) dont elle soulage les brûlures, mais aussi de revitaliser un organe ou un organisme déficient.

Pour neutraliser les réactions aux vaccins…

Comme les humains, certains animaux supportent mal les vaccinations. Certaines sont cependant obligatoires, que ce soit pour l’emmener à l’étranger, le présenter en exposition, le faire séjourner dans un camping, une pension pour animaux ou tout autre lieu public. Dans ce cas encore, l’argile représente « la » solution :

  • Munissez-vous d’un cataplasme tout préparé (Catargile : vendu en pharmacie ou en magasin de diététique). Humectez-le avec de l’eau tiède et emportez-le dans un sac plastique.
  • Dès que vous avez quitté le cabinet vétérinaire, appliquez ce cataplasme sur la zone où vient d’être pratiqué le vaccin. Maintenez-le en place environ deux heures. Il faut placer l’argile le plus vite possible, ce qui lui permet d’absorber au maximum le vaccin.
  • Pensez aussi à lui faire absorber du chlorure de magnésium les jours qui précèdent et suivent la vaccination : en stimulant ses défenses immunitaires, le chlorure de magnésium lui permettra de mieux supporter le vaccin.

 

Carnet d'adresse:

La Vie Naturelle: Argile verte

Les portes d'Antigone - Bat. B
71 place Vauban
34000 Montpellier
Tél. : 0 800 404 600
Site : www.la-vie-naturelle.com

 

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique argilothérapie

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous