Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Non à la mammographie systématique

Article paru dans le journal nº 31 Acheter ce numéro
  • Non à la mammographie systématique alternative santeNon à la mammographie systématique alternative sante

Selon l’INCa, « détecté à un stade ­précoce, le cancer du sein peut être guéri dans plus de 90 % des cas. La mammographie est l'examen de référence. Il faut cependant se méfier du surdiagnostic et du surtraitement.

Aujourd’hui, le dépistage du cancer du sein est le moyen le plus simple de ­lutter contre ce cancer. La mammographie, qui est l’examen de référence, permet de détecter des ­cancers de petite taille avant qu’ils ne soient palpables ou que des symptômes ne se manifestent. »

Recommandations officielles

  • Un examen clinique mammaire chaque année à partir de 25 ans.
  • Une mammographie tous les deux ans chez la femme entre 50 et 74 ans.
  • Une seconde lecture systématique de tous les clichés jugés normaux par un radiologue ­indépendant.

Ces propositions sont aujourd’hui fortement ­discutées, et ce pour plusieurs raisons.

Les spectres du surdiagnostic et du surtraitement

Le problème de tout examen est non seulement le nombre de faux négatifs, mais aussi le nombre de faux positifs qu’il engendre. Dans le cas de la mammographie, cela se chiffrerait selon l’INCa à 19 % de surdiagnostics et un décès évité pour trois cas de surdiagnostic.

De plus, spécifique à cet examen, il existe un risque supplémentaire, celui des cas pris à un stade très précoce dont certains vont ­spontanément régresser et disparaître ou évoluer si lentement que la mise en place d’un traitement est totalement inutile. Comme les moyens techniques actuels ne permettent pas de distinguer les carcinomes in situ qui vont régresser ou stagner de ceux qui vont ­évoluer rapidement, le corps médical préfère tous les traiter.

Le faible impact sur la mortalité

Le principal bénéfice escompté de cette ­combinaison de dépistage systématique et de ­traitement ­précoce est une baisse importante de la mortalité par ce cancer. Malheureusement, il n’en est rien : ­l’information diffusée par les organismes officiels et relayée par les associations de malades est ­souvent trompeuse car l’analyse minutieuse des résultats des différentes études publiées sur le sujet ­permet de conclure que la réduction absolue de la ­mortalité par le dépistage régulier pendant dix ans n’est pas voisine de 15 %, mais seulement de 0,05 % (5 cas sur 10 000). En termes clairs, que la femme se fasse dépister ou non, elle ne vit pas plus ­longtemps. Quant au fait que l’espérance de vie (depuis l’annonce du diagnostic) ne cesse ­d’augmenter depuis deux décennies, il s’explique par l’amélioration continuelle des traitements.

Le surrisque de cancer auquel cela expose

Pour les femmes à haut risque génétique, le contrôle mammographique annuel, lorsqu’il est pratiqué avant qu’elles n’aient atteint la ­trentaine, facilite la survenue de la maladie. En effet, ­lorsqu’un ­cancer survient dans l’intervalle réglementaire entre deux mammographies, il serait plus agressif et se ­développerait plus vite.

La politique du parapluie

Pour le médecin, entre en faire pas assez et en faire trop, la ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 31, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois
Ces informations ne se substituent pas à une consultation médicale.
Articles du même dossier
  • Notice (8): Undefined index: Media [APP/views/plugins/plugin_as/default/articles/article.ctp, line 324]
    Warning (2): Invalid argument supplied for foreach() [APP/views/plugins/plugin_as/default/articles/article.ctp, line 324]
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes