Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Bien vivre après un diagnostic de cancer

Article paru dans le journal nº 43 Acheter ce numéro
  • bien vivre après un diagnostic du cancerbien vivre après un diagnostic du cancer

Véritable traumatisme, le diagnostic d’un cancer peut faire sombrer le patient dans une spirale négative de repli sur soi. Or, même malade, on peut et on doit continuer d’espérer. Cultiver en soi les pensées positives nous aide à contempler l’avenir avec sérénité et à réveiller les forces insoupçonnées qui dorment au fond de nous. Pour que la maladie n’ait pas le dernier mot…

Au sens médical strict, guérir signifie revenir à l’état initial, au fonctionnement optimal de l’organe avant la maladie.

Appliqué au cancer, le mot prend une tout autre dimension : il ne concerne plus uniquement le plan physique, mais intègre aussi les niveaux émotionnel et intellectuel. En effet, sans la garantie d’un certain bien-être, il est impossible de tourner la page.

Or, les traitements anticancéreux actuels ne répondent pas au cahier des charges qu’implique la guérison ainsi entendue.

La chirurgie est mutilante : elle ne se procède pas simplement à l’ablation de la tumeur, mais retire également une partie voire la totalité de l’organe ainsi que les ganglions et les tissus environnants lorsque ceux-ci sont envahis. La chimiothérapie et la radiothérapie exposent à des effets indésirables irréversibles dont la sévérité est parfois invalidante. Ainsi, pas de restitutio ad integrum !

En outre, la rechute est toujours possible. Il est donc indispensable d’accepter sa propre finitude si l’on veut parvenir à vivre chaque nouveau moment comme le plus précieux. Cette démarche, de plus en plus fréquemment proposée, est pourtant rarement suivie.

C’est pour toutes ces raisons que le médecin ne peut pas répondre par l’affirmative à la question classique : « Docteur, vais-je guérir ? » Ce n’est pas par manque de courage qu’il parle de survie à 5 et à 10 ans, et non de chances de guérison. Il est tout simplement réaliste car la guérison, telle qu’il la comprend, n’est pas encore possible.

Tant que le quiproquo généré par cette divergence de points de vue persiste entre malade et médecin, les deux parties ne peuvent donner le meilleur d’elles-mêmes et favoriser ainsi l’accès à un nouvel état de santé, optimal et durable.

Satisfaction, joie, gratitude

Il y a donc un avant le diagnostic de cancer et un après : un avant irrémédiablement révolu et ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 43, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous