Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Cancer : préserver l’estime de soi

Article paru dans le journal nº 46 Acheter ce numéro
  • Dévalorisation et mésestime de soi perturbent notre équilibre intérieurDévalorisation et mésestime de soi perturbent notre équilibre intérieur

L’être humain ne cesse de passer son comportement au crible des normes auxquelles il se réfère. Ces normes sont le produit complexe des événements qu’il a traversés pendant ses jeunes années et de l’éducation qu’il recevait dans le même temps. Plus ces normes sont sévères, plus il est difficile à l’individu de s’y conformer et plus graves sont les souffrances psychologiques qu’il s’inflige : dévalorisation, mésestime de soi, culpabilité, sentiment d’indignité, angoisse, dépression. Or, ces souffrances perturbent durablement l’homéostasie de son corps physique. Comme ces normes, dans leur grande majorité, ne reposent pas sur des critères objectifs, il est indispensable de se soustraire à leur influence potentiellement nocive. Pour ce faire, voici deux outils

Renforcer sa capacité à la tolérance (pour aprivoiser sa tendance à la colère) et évaluer ses talents (pour ne pas tomber dans une spirale d'autodépréciation) sont deux manières efficaces d'apaiser son rapport au monde et renforcer son estime de soi.

Les critères de tolérance universels

Colère contre autrui et colère contre soi sont souvent intriquées et génèrent un climat qui empêche le corps d’exercer pleinement son pouvoir d’auto-régénération. Il est donc capital de se poser les questions suivantes lorsque la maladie perdure malgré des traitements réputés efficaces.

  • Contre qui suis-je aujourd’hui en colère ?

  • Qu’aurais-je pu faire pour éviter le mal que j’ai fait et/ou que j’ai subi ?

Chaque relation entachée est alors traitée – par exemple par la technique de liberté émotionnelle de Gary Craig (EFT, pour Emotional Freedom Technique) –, non seulement pour se libérer du poison de la haine, mais aussi pour appréhender les vérités universelles que sont l’acceptation de soi et d’autrui, la compréhension des actes perpétrés, la responsabilité, le pardon et la compassion véritable... Un travail qui ne peut se faire que sous la conduite d’un thérapeute aguerri.

Les critères de compétence personnels

Chaque être humain possède un savoir, un savoir-faire et des talents particuliers qui sont source d’enrichissement mutuel quand ils s’expriment librement. Reconnaître ces capacités, c’est se libérer des jugements de valeur auxquels la comparaison conduit inévitablement.

Comme notre vie est compartimentée (la santé, le couple, la famille, la gestion domestique, l’éducation, le travail, les loisirs, l’implication sociale, la philosophie de vie, l’épanouissement personnel), il s’agit de se poser les questions suivantes en considérant chaque plan (physique, émotionnel, intellectuel, relationnel et spirituel).

  • Dans tel ou tel domaine, quelles sont les choses que j’ai déjà réalisées ? Celles qui sont le résultat de ma seule volonté ?

  • Quelles sont les choses que je sais faire ? Les compétences que j’ai acquises ?

  • Quelles sont les choses dont je suis fier ?

  • Pour quelles actions ai-je reçu des marques de gratitude ?

Rassemblez les réponses à la fin du petit carnet, en réservant une page à chaque domaine. Comme pour les exercices précédents, les réponses n’affluent pas spontanément. Pensez alors à demander à vos proches : « Dans ce domaine, qu’est-ce que tu aimes bien en moi ? » Exemple : simplicité, douceur, aptitude à écouter, naturel, curiosité saine, créativité, pensée claire, souci de l’autre, respect, sens de l’équipe, quête de justice, etc.

Certaines qualités reconnues par l’entourage paraissent étrangères, tant on a de soi une image autre. Il est alors possible que des souvenirs traumatisants reviennent en mémoire et provoquent un mal-être plus ou moins intense. Ici encore, l’EFT permet de dissoudre rapidement la souffrance psychologique liée au jugement de valeur que l’on porte sur soi-même. Elle favorise aussi l’acceptation de ces capacités et leur intégration.

Le mantra du Dr Carl Simonton

Le Dr Carl Simonton demandait à chaque malade de répéter le mantra : "je suis un être humain faillible, je suis un étudiant de la vie". L'utilité d'identifier ses critères de compétence n'est autre que de permettre d'iscrire cette réalité en soi, à la place du désir fou de vouloir tout maîtriser.

Aussi, chaque fois que vous vous observez en train de vous dévaloriser, saisissez-vous de la liste de vos critères de compétence dans ce domaine. Respirez en conscience jusqu'à ce qu'une certaine détente s'installe. Lisez alors chaque item en visualisant une situation au cours de laquelle l'expression de cette qualité était évidente, tout en récitant le mantra du Dr Simonton.

Avec la pratique régulière, les normes personnelles relâchent leur pression et font place peu à peu à une image de soi plus réaliste et à une meilleure estime de soi.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique cancer

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous