Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Hypothyroïdie,
on n'est pas obligé
d'en passer par le Levothyrox

Michel Dogna  rédigé le 25 février 2014 à 18h10
  • Avatar de Marie Claude Colin-pasquet Mme Marie Claude C. Référent thématique
  • Avatar de Armel SEREIN Mme Armel S. Référent thématique
  • Avatar de Evelyne Adam Lariviere Mme Evelyne A. Référent thématique
  • Avatar de Jocelyne Naureils Mme Jocelyne N. Référent thématique

Connectez-vous pour devenir référent « Thyroïde »

Répondez aux membres du site

  • thyroide-levothyrox-alternativesante.frthyroide-levothyrox-alternativesante.fr
Article pARU dans le journal nº 5 Acheter ce numéro
Créez une alerte sur le thème « Thyroïde »




4.4255
40 avis
Icône d'impression

Depuis Tchernobyl, des millions de femmes et d'hommes s'interrogent sur la santé de leur thyroïde. On grossit un peu, le cou s'épaissit, on est fatigué, déprimé, constipé, de mauvaise humeur... c'est la thyroïde ! Bien sûr, on a constaté une nette augmentation des cancers de la thyroïde en Europe depuis l'explosion de la centrale nucléaire en 1986. Bien-sûr il y a eu aussi des centaines de milliers d'hypothyroïdies et de thyroïdites chroniques, mais il ne faut jamais oublier que la catastrophe de Tchernobyl a initié un formidable business. Le dépistage thyroïdien s'est accru, les cabinets d'endocrinologie se sont remplis au fur et à mesure et les labos n'ont cessé de s'enrichir : un patient placé sous thyroxine, c'est un patient gagné à vie ! L'hypothyroïdie est sans nul doute en forte augmentation, mais est-on vraiment obligé d'en passer par le remède officiel, le Levothyrox ? Il existe des solutions naturelles qui vous permettront de réduire les doses et même de vous passer totalement de ce médicament aux lourds effets secondaires.

Une petite glande qui rapporte gros

La vague de thyroïdies post-Tchernobyl étant passée, comment explique-t-on l'« épidémie » galopante de dérèglements thyroïdiens qui sévit en ce moment même ? Pourquoi ces maladies, hypothyroïdie en tête, sont-elles autant diagnostiquées et pourquoi touchent-elles des personnes de plus en plus jeunes ?

En France, 15% de la population est touchée, on en est sûr :
près de 10 millions de Français sont concernés. Mais pour certains endocrinologues nous serions 40% à être atteints (souvent sans le savoir) d'une maladie de la thyroïde. Beau business, car à la clé, il y a des traitements lourds et onéreux : traitement hormonal substitutif à vie, irradiation de la thyroïde, ablation... et surtout, LA molécule, une même molécule pour tous, la thyroxine et un médicament incontournable, le Lévothyrox. Des millions de patients en dépendent !

C'est presque toujours ce médicament considéré sans équivalent que l'on prescrit (les génériques étaient mal dosés jusqu'à une époque récente) loin devant la L Thyroxine ou l'Euthyral...
Et « Surtout n'arrêtez jamais le Lévothyrox ! » vous conjurent les mauvais médecins qui fondent leur pouvoir sur la peur.

On a pu mesurer ce degré de dépendance au mois d'août par le début de psychose qui s'est abattue sur 3 millions de Français à l'annonce par les médias d'une soi-disant « rupture de stock » de Lévothyrox. Une petite défaillance d'approvisionnement montée en épingle, certes, mais on s'inquiéterait pour moins car si du jour au lendemain tous ces gens ne pouvaient plus s'approvisionner en thyroxine, ils n'auraient pour la plupart que quelques mois de survie devant eux.

Bien sûr la thyroxine sauve des vies mais Big Pharma a intérêt à mettre le plus de monde possible sous thyroxine : cette hormone-like chimique prenant la relève de la thyroïde, cette dernière cesse toute activité et l'opération vous met de facto sous dépendance totale des labos, à vie... Que l'industrie manipule les esprits et pousse à la prescription, il n'y a pas de doute.

Les documents officiels ne rapportent aucun effet secondaire néfaste pour ce médicament. Pourtant les patient(e)s concerné(e)s rapportent fréquemment :

  • Des douleurs des membres ou d'arthrite ou de douleurs rhumatismales.
  • Un gain de poids.
  • Une dépression.
  • De la fatigue.
  • De la constipation.
  • Des difficultés à procréer.
  • Une angine de poitrine

Le dépistage. Belote !

La semi-panique qui a suivi l'événement a eu immédiatement pour effet une avalanche de demandes de dépistage venant de personnes inquiètes d'une éventuelle prolifération des nodules. Cette explosion de la demande a été suivie instantanément par la multiplication des cabinets d’endocrinologie qui on senti qu'il y avait un bon petit chiffre d'affaires à réaliser.

Pour celles et ceux qui demeurent inquiets, il faut bien comprendre que les nodules thyroïdiens peuvent être bénins (adénomes) ou malins (carcinomes). Mais il faut remarquer que sur 100 nodules thyroïdiens détectés, seuls 4 sont cancéreux... et que ces derniers évoluent extrêmement lentement.

  • Un nodule est palpable s’il mesure plus de 8mm et qu'il n'est pas "postérieur".
  • Un nodule est visible en échographie s’il mesure plus de 2mm.
  • Un nodule ne doit être pris en charge que s’il mesure au moins 1cm.
  • Seul un nodule supérieur à 3 cm doit mener à l’indication chirurgicale.
  • 95% des nodules thyroïdiens sont bénins (nodule chaud = bénin - nodule froid = suspect).
  • 10% seulement des nodules froids sont réellement cancéreux.

Quant à la peur d'un cancer en expansion fulgurante (officiellement l'incidence des cancers de la thyroïde augmente de 5 à 7% par an, avec près de 5 000 cas annuels en France), le Pr Martin Schlumberger, de l'Institut Gustave-Roussy de Villejuif a très bien exprimé ce qu'il faut en penser : "Tout laisse à penser que cette augmentation est un effet du dépistage. À multiplier les échographies, on multiplie les chances de trouver des nodules suspects et de petites tumeurs. Or ces dernières représentent 80% des cancers thyroïdiens diagnostiqués."

Il existe pourtant un test très simple que vous pouvez faire vous-même pour évaluer l'état de votre thyroïde : le test du thermomètre.
Lisez cet autre article pour savoir comment le pratiquer

La chirurgie prend le relais. Rebelote !

Phase suivante, les chirurgiens vous attendent à la sortie pour vous enlever cette maudite thyroïde source d’ennuis voire de gêne mécanique.

Couic ! On vous enlève tout d'un coup. Mais j’en profite pour rappeler que la glande thyroïde, qui est double comme un nœud papillon, et je me suis toujours étonné de ne pratiquement jamais avoir constaté d’ablation d’un seul lobe thyroïdien. En effet s’il y a présence d’un nodule sur un lobe droit, pourquoi enlever aussi le lobe gauche ? Je suppose que ce sont les ordres venant d’en haut prétextant quelques raisons utopiques indémontrables. La véritable raison n'est-elle pas que le patient devienne assisté à vie ?

Et Dix de der ! La dépendance à vie

Dépistage, chirurgie... c’est ainsi qu’est né le formidable business de ce «pool-médico-pharmaceutique » : ablation de la thyroïde / Lévothyrox – sachant que ce produit est une dépendance absolue à vie.

Près de 10 millions de français qui sont tombés dans le piège !

Il est assez effrayant de réaliser que le simple blocage de la fabrication du Lévothyrox entraînerait la mort de tous ces gens dans les 8 à 15 jours car on ne peut pas survivre sans thyroïde.

On a pu mesurer le degré de dépendance des patients au mois d’août lorsque le début d’une psychose s’est installée chez 3 millions de Français à l’annonce d’une soi-disant « rupture de stock » de Lévothyrox. Une petite défaillance d’approvisionnement montée en épingle par les médias, mais suffisante pour paniquer la population sous thyroxine. Etait-ce un test ?

Bien sûr il est indéniable que le Lévothyrox sauve des vies, mais l’industrie pharmaceutique a intérêt à mettre le plus de monde possible sous thyroxine, et il serait intéressant de faire le point sur la proportion de gens qui auraient pu éviter cette assistance forcée.

Il y a même une nouvelle mode consistant à « mettre au repos ou au semi repos » la thyroïde avec le Lévothyrox, toujours, et sa thyroxine synthétique. Pas d'ablation dans ce cas, mais un traitement, de soutien  pour ceux qui se laissent faire. Cette hormone (de synthèse chimique) n’a pas pour objectif réel de soutenir la fonction thyroïdienne mais plutôt de la remplacer définitivement. Pour réaliser cela, on règle le dosage de la thyroxine à 100% des besoins probables de l’individu pour que la thyroïde cesse rapidement toute activité, mais ce réglage n’est pas facile selon les tempéraments. C’est ainsi qu’il se produit couramment des effets secondaires  par surdosage tels que :

  • Agitation,
  • Amaigrissement,
  • Augmentations des glandes mammaires,
  • Boit et urine en grande quantité,
  • Coups de chaud ou coups de froid sans raisons,
  • Crampes d’estomac ou douleurs abdominales,
  • Diarrhées,
  • Douleurs et fatigue musculaire,
  • Éréthisme cardio-vasculaire,
  • Flatulences,
  • Hypersudation (mains moites, transpiration),
  • Intolérance aux températures élevées,
  • Mange en quantité excessive avec perte de poids,
  • Maux de tête,
  • Nervosité ou irritabilité,
  • Ostéoporose,
  • Perte de cheveux,
  • Tachycardie,
  • Tremblements,
  • Troubles de l'humeur (irritabilité),
  • Troubles du cycle menstruel,
  • Troubles du sommeil.

Sans compter que la thyroxine de synthèse augmente les risques cardiaques et entraîne des carences en fer et en calcium.

Nonobstant, les conditions d'une vraie « épidémie » de thyroïdites sont bien réunies et je vais vous dire pourquoi.

Condamnée à perpète

Qui ne connaît pas au moins une personne dans son entourage souffrant d'une hypothyroïdie ? C'est bien souvent une femme (vous Mesdames êtes 5 à 10 fois plus touchées par cette affection), entre 45 et 50 ans (avec de plus en plus de cas vers 35 ans). Une femme qui vit sous la dépendance de la thyroxine, dans la contrainte perpétuelle, astreinte à une obligation de suivi et sujette à des effets secondaires fréquents, notamment en cas de surdosage (fréquents aussi) :

  • Maux de tête,
  • Coups de chaud ou coups de froid,
  • Nervosité ou irritabilité,
  • Diarrhées,
  • Troubles du cycle menstruel,
  • Crampes d'estomac ou douleurs abdominales,
  • Tremblements,
  • Tachycardie,
  • Perte de poids,
  • Perte de cheveux, etc. etc.

Sans compter que la thyroxine augmente les risques cardiaques et entraîne des carences en fer et calcium.

N'en faisons pas des tonnes pour commencer...

Contrairement à ce qu'on voudrait nous faire croire, à cet âge là et n'en déplaise aux médecins, un problème de thyroïdie est souvent banal. Quand les marqueurs n'indiquent qu'un léger dérèglement, ce n'est qu'un signe parmi d'autres de vieillissement et de plus grande fragilité. Un phénomène qui n'est pas automatiquement irréversible.

Et même quand les marqueurs indiquent une maladie auto-immune (Hashimoto ou ce que vous voulez...) - et ça on se garde bien de vous le dire - il est encore possible d'agir. Evidemment, une thyroïdie n'est pas un rhume : c'est un problème de santé qui exige la plus grande vigilance car il peut avoir de nombreuses répercussions. D'où l'intérêt de comprendre de quoi il retourne, de savoir comment s'en prémunir et le traiter naturellement mais sans danger !

Les métaux lourds : l'ennemi public n°1

On se focalise sur les radionucléides en circulation pour expliquer l'augmentation des problèmes thyroïdiens. C'est en effet par l'ingestion d'aliments contaminés par de grandes quantités d'iode 131 et de césium 137 que sont arrivés les cancers et les thyroïdites d'Hashimoto consécutives à Tchernobyl. Mais il y a surtout des milliers de perturbateurs endocriniens qui sont susceptibles de dérégler nos glandes endocrines, la thyroïde étant particulièrement visée (c'est la plus volumineuse de nos glandes et une des plus accessibles).

Est-il utile de préciser que la plupart des aliments issus de l'agriculture intensive en contiennent. Le choix d'une alimentation bio est donc un must quand on souffre de la thyroïde.

Il y a aussi les médicaments. Ceux qui contiennent de l'iode peuvent détraquer la thyroïde et certains l'impactent directement comme l'amiodarone (Cordarone), les glucocorticoïdes, les contraceptifs hormonaux, le lithium, les interférons... Voilà autant de facteurs exogènes bien identifiés. A la pollution s'ajoutent d'importants facteurs endogènes comme un stress intense, un conflit psycho-affectif, une insuffisance hépatique ou rénale fonctionnelle, un déséquilibre immunitaire, des prédispositions génétiques...

Mais la cause de plus en plus impliquée, ce sont sans conteste les métaux lourds. La thyroïde est une glande qui capte beaucoup d'éléments de notre environnement, en particulier buccal. C'est une éponge ! Outre les radionucléides, les métaux lourds se fixent dans la thyroïde. Le corps déclenche alors une activité immunitaire. La majorité des hypothyroïdies actuelles sont des thyroïdites autoimmunes dues aux métaux que la thyroïde a stockés. Quand la glande surstocke des éléments toxiques, le corps les prend en chasse, c'est logique. Et si l'on ne supprime pas la cause, cette chasse ne cessera de se poursuivre.

C'est la raison pour laquelle beaucoup d'entre nous (sachant que nous manquons aussi d'iode) présentent une hypothyroidie larvée. Ce que l'analyse classique où l'on dose la TSH (l'hormone qui vient de l'hypophyse et stimule la thyroïde) ne montre pas. Un taux trop élevé de TSH dira que le travail thyroïdien ne se fait pas bien et que vous êtes en hypothyroïdie. Mais il est surtout important de mesurer les anticorps antithyroïdiens : c'est ainsi que l'on découvre très souvent une thyroïdite autoimmune, et c'est seulement ainsi que l'on pourra la traiter en allant à la cause.

Tous un peu malades ?

Pas étonnant dès lors qu'à partir d'un certain âge nous soyons tous un peu malade de la thyroïde. Et même si nous nous croyons à l'abri d'un dérèglement, un dysfonctionnement bénin ou passager nous pend toujours au nez. Le plus fréquent est le nodule lié à une carence iodée ou en iodure de calcium organique.

Un ami endocrinologue me racontait l'autre jour que si on faisait une échographie à 100 personnes qui passent dans la rue, on trouverait un petit nodule chez au moins 50 d'entre elles (5% de ces nodules évolueront en tumeurs). Mais le vrai problème de santé publique réside dans l'hypothyroïdie qui arrive 2ème au classement de ces troubles, loin devant l'hyperthyroïdie.

La thyroïde reste un organe assez mystérieux dont on ne sait pas dépister les petits troubles. Pour déceler un dysfonctionnement, on se contente souvent d'un dosage de la TSH qui indiquera simplement les plus grosses défaillances, mais c'est très insuffisant. On peut être atteint sans le savoir parce qu'il est difficile de réaliser que l'on a un problème au seul examen des troubles récurrents que l'on ressent. Les symptômes et les signes cliniques sont trop divers et variés.

Le moyen le plus simple de détecter une hypothyroïdie

Pour le savoir, voici un test facile à faire. Il consiste à s'enduire une petite zone de bras ou de cuisse avec de la teinture d'iode. Si la tache marron disparait en quelques heures, c'est que l'on est en carence d'iode et donc obligatoirement en hypothyroïdie. Curieusement les pharmaciens semblent avoir reçu des ordres pour bloquer la vente de la teinture d'iode qui subitement serait devenue dangereuse alors que nos grands-mères en mettaient une goutte dans les biberons pour activer le développement cérébral des bébés. A croire que le crétinisme lié à l'hypothyroïdie arrange les gouvernements...

La méthode officielle est évidemment plus sophistiquée. Elle consiste à faire pour commencer, le dosage sanguin de la thyréostimuline (TSH). La mesure normale se situe entre 0.3 et 5 µUI/ml. Au dessus et au dessous, de ces valeurs on considère qu'il y a un dysfonctionnement de la thyroïde.


Pour en savoir plus sur le bilan thyroïdien et ses résultats lisez cet article du site soignez-vous.com

Carence en iode : un problème alimentaire encore !

L'augmentation phénoménale des cas de nodules thyroïdiens et d'hypothyroïdie laisse penser que nous sommes en majorité carencé en iode. Les causes des carences en iode proviennent d'un mauvais apport (iode de synthèse mal assimilé), d'une alimentation trop pauvre en iode ou calcium d'origine marine (pas assez de poisson, notamment de sardines à l'huile avec les arêtes, de fruits de mer, d'algues) mais aussi de la consommation d'aliments goitrigènes (crucifères, manioc, sorgho, patate douce), qui libèrent des thiocyanates empêchant la captation de l'iode, ou d'autres aliments perturbateurs de la glande comme le chou, le chou-fleur, le rutabagas ou le navet.

Hypothyroïdie :
la solution préventive la plus simple

Si vous présentez des symptômes comme une frilosité, une fatigue et une prise de poids ou si votre thyroïde augmente en volume alors que votre fonction thyroïdienne (TSH) est normale, demandez à votre médecin de vérifier que vous ne soyez pas carencé en iode. Pour le savoir il suffit de faire un petit test urinaire, une iodurie (une vingtaine d'euros non remboursés).

En cas de test positif prenez de l'iode en gélules ou mangez des algues. Les médecins d'antan donnaient de l'iode avec du lait pour dégonfler les goitres. C'était aussi une mesure prophylactique. Cette solution est aussi utile en cas de thyroïdite autoimmune : dans ce cas la thyroïde est diminuée dans son fonctionnement non seulement en raison des attaques autoimmunes mais en plus parce qu'elle manque d'iode, l'élément qui lui apporte ses « briques de base » : si vous n'avez pas d'iode, vous ne fabriquez pas d'hormones thyroïdiennes. La solution des gélules est la plus sûre (en termes de quantité et de qualité) : on les trouve en pharmacie et en compléments alimentaires.

Si vous ne souhaitez pas manger des algues à chaque repas, vous pouvez choisir un complément alimentaire à base d'algues. Je vous recommande particulièrement l'algue brune Laminaria japonica que vous pouvez acheter dans certaines boutiques bio ou sur Internet (voir ici).  Elle apporte un taux d'iode organique intéressant tout en régulant, grâce à d'autres composants, le métabolisme thyroïdien et le système nerveux. En plus, elle favorise la chélation des métaux lourds (sans doute plus responsable de la multiplication des cas d'hypothyroïdie que Tchernobyl).

La Laminaria (qui, bien qu'elle porte le nom de "japonica" ne provient pas toujours du Japon) contient des alginates qui sont des composés polysaccharides ayant la capacité de se lier, dans l'intestin grêle, aux métaux lourds et aux substances radioactives. Les alginates ne pouvant être digérés, ils sont éliminés par l'organisme et entraînent les molécules toxiques avec eux, sans qu'elles puissent être absorbées.

Si vous choisissez d'acheter de la Laminaria, vérifiez si elle contient bien un pourcentage d'iode compris entre 0,1 et 0,3%, pas plus, ni moins. Et assurez-vous également qu'elle contient bien un minimum de ces fameux polysaccharides (5% au moins).

C'est à la fois une solution préventive et un traitement en cas d'hypothyroïdie légère. Une TSH normale doit être comprise entre 0,3 et 5 µU/L. Lorsque le taux est tout juste inférieur à 0,3 (jusqu'à 0,3 compris) le traitement par la laminaria peut suffire.

Un traitement de substitution complet

Vous avez (ou on vous a) détecté une hypothyroïdie ? Vous souffrez d'une hypothyroïdie autoimmune ? C'est le moment où jamais d'essayer un protocole naturel qui peut vous éviter bien des tracas. La médecine officielle ne prend en compte que les apports en iode. Pourtant d'autres nutriments sont indispensables au bon fonctionnement de la thyroïde. En voici trois, essentiels :

- La L-tyrosine : cet acide aminé que l'organisme peine à fabriquer en vieillissant est un précurseur des hormones thyroïdiennes (thyronine, thyroxine ou T4).

- Le zinc : il intervient dans la conversion de la T4 en T3 (et comme il est principalement présent dans les aliments carnés, les végétaliens et les végétariens en manquent plus souvent).

- Le sélénium : il entre dans la composition de l'enzyme qui active cette conversion (T3 -> T4) et participe aux défenses antioxydantes locales (la thyroïde est de tous les organes celui qui concentre le plus le sélénium). De nombreuses études ont mis en évidence son utilité, y compris dans les maladies autoimmunes de la thyroïde et dans l'hyperthyroïdie.

Vous pouvez vous procurer chacun de ces nutriments séparément, mais il existe aussi des compléments qui associent ces éléments comme celui-ci par exempIe, baptisé Hypothyr, qui contient, en plus de la Laminaria japonica, de la L-tyrosine (200 mg par gélule) d'origine laitière (sans résidu de type caséine ou lactose évidemment), des oligoéléments (fer, zinc...), des vitamines (E, B1, B2, B6, B8 et A) et qui y ajoute du Commiphora Mukul, une plante de la médecine ayurvédique, qui apporte en plus des guggulstérones dont la particularité est de combattre les triglycérides et le mauvais cholestérol accompagnant l'hypothyroïdie.

En complément de ce traitement, faites régulièrement vérifier votre taux de TSH. Si il demeure nettement au dessus de 5 après deux mois de traitement, c'est que ce traitement n'est pas suffisant et il vous faudra sans doute vous tourner vers le Levothyrox insistez pour avoir le plus faible dosage au début.

Une autre solution, avec des huiles essentielles en plus

Un autre complément alimentaire, uniquement à base de nutriments naturels (algues, minéraux, huiles essentielles…) a l’étonnante capacité de réguler la thyroïde dans les deux sens (hypo ou hyper), mais aussi de s’attaquer à la thyroïdite de Hashimoto. Il s'agit de Thyrégul.

Il convient de préciser que ce produit n’est pas un traitement substitutif à vie, mais un moyen de restauration de la glande qui, normalement, s’effectue en quelque mois, selon mes propres constatations.

Bien sûr quand il n’y a plus de thyroïde, le Thyrégul est sans garantie…

Thyrégul est composé de : L-Tyrosine (acide aminé), Spiruline, Griffonia, Magnésium marin , Lithotame, Cornouiller sanguin, Fucus vesicolosus, Gluconate de Zinc, Phytostérols, Levure de Sélénium, Vitamine E, HE Marjolaine , HE Cumin, HE Romarin, HE Genièvre, HE Clou de girofle, HE Myrte vert, Vitamine B2, Vitamine B1, Vitamine B6, HE Origan, HE Myrrhe, Manganèse.

Ici, la spiruline spiruline séchée artisanalement se charge de la chélation des métaux lourds et donc la détoxication de l’organisme.

A noter tout de même : l’activité de la thyroïde est commandée par les TSH (thyréo-stimulines) sécrétées par l’hypophyse. En présence du Lévothyrox, l’hypophyse qui mesure en permanence les taux de T3 et T4, corrige la libération des TSH en fonction. Il convient donc de suivre de près l’évolution de paramètres du sang surtout au début des prises du Thyrégul, car par exemple, on peut passer brutalement d’hypo à hyperthyroïdie, ou inversement.

Hashimoto vous condamne-t-il au Levo ?

En cas d'hypothyroïdie autoimmune confirmée (thyroïdite de Hashimoto),  on vous dira qu'il n'y a aucun issue autre que le Levothyrox. Ce n'est pas totalement faux. Mais je vous conseille vivement, de prendre en complément de ces nutriments le modulateur immunitaire dont on connait maintenant l'action sur tous les types de maladies auto-immunes : Moducare un complément à base de sitostérol et de sitostéroline (tirés de l'écorce du pin) qui permet de stimuler la « bonne » immunité en diminuant l'immunité inadéquate (autoimmune). Voir notre article sur le Moducare.

Si vous choisissez cette option, ne supprimez pas le Levothyrox car vous pourriez vous mettre en danger. Toutefois, rien ne vous empêche de diminuer très progressivement les doses tout en faisant régulièrement des analyses pour vérifier que tout se passe harmonieusement. Et ne paniquez pas quelle que soit l'évolution.

Si la TSH est entre 0.10 et 0.30 vous pouvez sans crainte baisser légèrement votre dosage de Lévothyrox (ou L Thyroxine).

Si la TSH est entre 5 et 10 : ré-augmentez légèrement votre dosage de Lévothyrox.

Au dessus de 10, il vous faudra revenir au dosage prescrit s'il vous convenait.

Ne vous trompez pas de médecin

Si vous êtes déjà sous Lévothyrox et que vous voulez tenter l'expérience mais que vous n'avez pas la chance d'avoir un médecin à l'esprit ouvert, vous n'éviterez pas les cris d'orfraie. Au mieux le toubib vous rira au nez et vous dira que c'est « le Lévothyrox à vie, point !» et qu'il n'est pas question qu'il cautionne cette folie !

Alors ne vous laissez pas intimider par votre médecin, donnez-vous un peu de temps. Si nécessaire, je vous conseille de vous trouver un autre médecin qui travaille autrement que le généraliste lambda. Le Dr Nathalie Calame, généraliste homéopathe qui exerce en Suisse, appartient à cette catégorie de médecins qui soignent à la cause. La plupart de ses patients, et ce sont surtout des femmes, suivent ce traitement naturel. Et dans bien des cas elle pu diminuer ou arrêter le Lévothyrox ou les médicaments du même genre. J'ai donc demandé à cette thérapeute d'expérience de nous donner quelques règles de base.

On n'arrête jamais d'un coup le Lévothyrox

Il est important d'introduire ces produits naturels (à fortes doses au début, avec 3 gélules d'Hypothyr par exemple) en gardant dans un premier temps la même dose de Lévothyrox. Dans la foulée on testera régulièrement l'activité de la thyroïde et si les marqueurs sanguins se stabilisent on peut alors progressivement baisser la dose de thyroxine par pallier jusqu'à s'en passer. Sans cesser de la supplémenter avec des « briques de base » qui vont lui permettre de se remettre au travail.

Le pire qui puisse arriver c'est que ce traitement naturel ne suffise pas. Mais que risque-t-on alors ? Rien. On a toujours devant soi quelques semaines de latence et si ça ne va pas il suffit de reprendre de la thyroxine, c'est tout. Ce n'est pas bien grave. Cela arrive dans certains cas, quand la thyroïde est trop démolie ou quand on l'a laissée trop longtemps sous Lévothyrox (cette molécule faisant le travail à sa place elle finit pas se scléroser en quelque sorte).

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il est conseillé, quand on est sous traitement classique, de toujours apporter à sa thyroïde des « appuis logistiques » sous forme de compléments pour la stimuler un minimum. Si toutefois vous décidez de suivre ce traitement sous votre propre responsabilité (c'est votre droit absolu) - ce qui est plus facile quand on n'est pas encore sous traitement officiel - pensez pour vérifier ses effets à cette vieille méthode de toubib, le test de la teinture d'iode dont je vous ai parlé : enduisez-vous chaque jour une petite zone de bras ou de cuisse.

Cela ne pourra faire que du bien à votre thyroïde et le jour où la peau ne l'absorbera plus, ce sera le signe que l'organisme n'en a plus besoin. Mais l'effet de ces remèdes s'exprime aussi souvent en 2 ou 3 semaines (voire quelques jours) par une atténuation de la fatigue et un retour d'énergie.

Evidemment, si ce test reste désespérément négatif ou si vos marqueurs signalent une aggravation au bout de quelques semaines, allez vite consulter ou revenez vite à votre hormone de synthèse. On ne plaisante avec la thyroïde. Mais au nom de ce même principe, ne pensez-vous pas que cela vaille le coup d'essayer autre chose que les hormones de synthèse à perpète ?

Et l'hyperthyroïdie alors ?

Elle se traduit par une accélération du métabolisme, et nécessite une prise en charge globale. Elle se manifeste par de la tachycardie, des troubles du rythme, un amaigrissement, de la thermophobie (mains chaudes et moites), de l'irritabilité, de l'émotivité, de l'agitation, une asthénie musculaire, des tremblements....

Pour tout savoir sur les traitements naturels de l'hyperthyroïdie, lisez cet article du site soignez-vous.com

Pour accéder directement à une sélection de thérapeutes dans les plus grandes villes, cliquez sur les liens ci-dessous :
Sur le même sujet

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes