Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Préserver sa vue : quelques conseils

Article paru dans le journal nº 2 Acheter ce numéro

Vu la physiologie des cellules de la rétine, en perpétuelle lutte pour maintenir leur équilibre, vouloir conserver aussi longtemps que possible la vue à son meilleur niveau exige d’agir en permanence.

Le meilleur remède contre l'usure de la vue reste la prévention. Comment pouvez-vous agir dès maintenant ?

  • en évitant la surexposition des yeux à la lumière ;
  • en permettant une récupération oculaire maximale ;
  • en veillant à apporter à ces cellules tous les nutriments et micronutriments qui leur sont indispensables, notamment pour lutter contre le stress oxydatif.
  • En outre, adoptez une discipline de vie afin que le stress psychologique ne devienne pas un facteur délétère

Évitez l’excès d’exposition à la lumière

Et cela commence dès les premiers jours de la vie car les rayonnements ultraviolets (UV) de la lumière solaire agressent tous les tissus qu’ils atteignent et participent à leur vieillissement prématuré. En outre, les yeux d’un enfant sont plus perméables à la lumière que ceux d’un adulte (pupille plus large, cornée et cristallin extrêmement transparents) : avant un an, la rétine reçoit 90 % des UVA et plus de 50 % des UVB ; à 12 ans, 60 % des UVA et 25 % des UVB. Une surexposition à la lumière peut engendrer, entre autres maladies, une cataracte plus ou moins sévère.

Comme les UV sont présents toute l’année (ciel bleu ou non), comme ils sont plus abondants entre 10 et 12 heures et entre 14 et 16 heures, le port de lunettes de soleil de qualité est capital.

Ces lunettes doivent posséder les caractéristiques suivantes : verres qui couvrent bien les yeux, montures enveloppantes afin de protéger des rayonnements latéraux, indice E-SPF 25 pour des verres transparents réservés aux temps nuageux et indice E-SPF 50 pour des verres solaires (Essilor) ou UV 400 à fort pouvoir filtrant de catégorie 3 (Cébé 2000 Mélanine notamment).

Le port d’un chapeau ou d’une casquette à large visière est également fortement conseillé.

Même si au-delà de 25 ans, la quantité d’UV qui parvient jusqu’à la rétine est considérablement diminuée, une protection continue d’être nécessaire, notamment en cas de grande luminosité (plage, désert, montagne, etc.). Outre ceux déjà cités, certains autres types de lunettes ont des indications spéciales :

  • Lunettes anti-lumière bleue, couleur de rayonnement accusée d’être responsable de l’atteinte de la cornée.
  • Lunettes de couleur rose ou lunettes ayant reçu un traitement antireflet afin d’éviter l’éblouissement, notamment pour les sujets déjà porteurs de cataracte.
  • Lunettes polarisées qui limitent la réfraction de la lumière sur l’eau, la neige, le sable, le bitume.

Protéger ses yeux de la lumière solaire est donc essentiel, mais aujourd’hui ce n’est plus suffisant : il faut également prendre garde aux éclairages intérieurs aveuglants comme dans certaines enceintes commerciales ou face à un écran (télévision, ordinateur, tablette, smartphone) car ces sources lumineuses contribuent à augmenter le stress oxydatif contre lequel la rétine doit se défendre.

Veiller à ce que les yeux aient un temps de récupération suffisant

Travail à l’ordinateur : placez celui-ci à distance de toute fenêtre afin d’éviter les reflets sur l’écran ; positionnez l’écran de sorte que, assis confortablement – le dos droit sans tension – vos yeux soient obligés de regarder légèrement vers le bas pour le consulter ; respectez une distance d’environ 40 cm entre vous et l’écran ; pensez à cligner régulièrement des yeux et à bailler afin d’assurer une bonne humidification de l’œil ; faites une pause au moins toutes les demi-heures ; évitez de travailler après 21 heures…

Veillez à conserver une bonne qualité et un temps suffisant de sommeil : arrêt de tout excitant après 19 heures (alcool, tabac, café) ; éteignez toute source de lumière environnante (même le réveil numérique et la veille de la télévision) ; laissez la fenêtre entrouverte afin que l’air intérieur se renouvelle.

t quand les problèmes de vue sont là, utilisez une méthode de rééducation (voir plus bas). En attendant d’atteindre un tel niveau d’hygiène de vie, il existe des petits moyens qui peuvent être utiles :

  • Les lunettes à grille (ou lunettes sténopéiques) qui permettent une vision plus claire en réduisant le cercle de confusion sur la rétine et en augmentant la profondeur de champ. Elles sont toutefois contre-indiquées en cas de myopie supérieure à 6 dioptries, de travail sur machine et de conduite automobile.
  • Les coquilles oculaires qui assurent le repos de l’œil. Chez les personnes débutant une DMLA, elles en ralentiraient le pouvoir évolutif.

Adopter l’alimentation la plus saine possible

Les carences micronutritionnelles ont un impact sensible sur la vision et de façon bien plus importante que ce que nos connaissances actuelles ont pu établir.

  • Le manque de vitamine A entraîne une baisse de la vision nocturne, puis une sécheresse de la cornée et à terme la cécité par endommagement à la fois de la rétine et de la cornée.
  • Le déficit en acides gras oméga 3 à longue chaîne (plus particulièrement en DHA) est responsable d’une rigidification de la membrane cellulaire et donc d’une moins bonne réactivité des cellules. Le cholestérol étant lui aussi un composant indispensable des membranes cellulaires, la prise de statine, notamment à forte dose, est aussi à considérer comme un facteur de vieillissement précoce de la fonction visuelle.
  • Le manque en vitamines B a des conséquences principalement sur les nerfs, et donc sur la transmission de l’influx nerveux depuis la rétine jusqu’aux aires spécialisées du cerveau et son traitement par celles-ci.
  • La carence en antioxydants (vitamines A, C et E, lycopène, lutéine, zéaxanthine, etc.) accélère le vieillissement de toutes les parties constituant l’œil, mais principalement de la rétine.
  • La carence en taurine est responsable d’une dégénérescence de la rétine.

La gravité et la pérennité des lésions dépendent grandement de l’intensité et de la durée des carences. Exemple : au niveau de la rétine, le déficit en vitamine A affecte d’abord les cellules réceptrices et les bâtonnets avant les cônes, l’acuité visuelle est alors réduite mais encore récupérable ; si le manque d’apport persiste, ces deux types de cellules dégénèrent et, bien qu’elles soient renouvelées à un rythme soutenu, les nouvelles sont fragilisées et ont une vie raccourcie ; plus tard encore, ce sont les couches neurales de la rétine qui sont affectées, les dégâts sont alors irréversibles. C’est pourquoi la complémentation par vitamine A ne doit pas être trop tardive.

Afin que ces apports nutritionnels soient utilisés de la meilleure façon possible par l’organisme, il convient également d’éviter :

  • Les comportements à risque : consommation d’alcool, tabac, cannabis, malbouffe, etc.
  • Les environnements toxiques : pollution aérienne tant extérieure qu’intérieure, boîtes de nuit à cause des jeux de lumière agressifs.

Et de privilégier :

  • La consommation mesurée de vin rouge (issu de la culture biologique et de bonne qualité) à toute autre forme d’alcool : un verre par jour est nécessaire et suffisant.
  • Un régime alimentaire de type méditerranéen ou paléolithique. Quant au régime végétarien, comme il pèche par un manque régulier en oméga 3 à longue chaîne (disponibles aujourd’hui essentiellement dans les produits marins), il ne serait donc pas à pratiquer de façon rigoureuse, mais aménagée avec la consommation de poisson au moins trois fois par semaine.

Conseils afin de prévenir la cataracte et la DMLA

Diminuer considérablement la consommation de produits laitiers (à cause de la toxicité du lactose sur le cristallin).
Diminuer dans la même proportion la consommation des sucres rapides (pain blanc, viennoiseries, confitures, nectars de fruits, sodas, bonbons, confiseries) dont on sait l’implication dans la genèse de nombreux cas de diabète de type 2.

La méthode Bates

Cette méthode, créée par le Dr William Horatio Bates (1860-1931), un ophtalmologue américain, est fondée sur une série d’exercices dont le but est de rééduquer – voire d’éduquer – les personnes souffrant de troubles de l’accommodation, et cela dans le plus total relâchement : « Apprenez à exécuter sans tension ce que vous avez à faire ; travaillez dur, mais jamais sous tension. » C’est donc une discipline de douceur. Cela peut être le simple exercice du palming (après avoir frotté vigoureusement les mains l’une contre l’autre, les poser devant les yeux fermés et rester ainsi pendant quelques minutes, les doigts serrés sans forcer) très relaxant et qui joue sur les troubles de l’accommodation.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique Vision yeux DMLA cataracte glaucome oeil

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous