Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Formule pour un sommeil réparateur

Article paru dans le journal nº 66 Acheter ce numéro
  • L’environnement, l’hygiène et le rythme de vie jouent un rôle sur la capacité à bien dormir et récupérer pendant la nuit.L’environnement, l’hygiène et le rythme de vie jouent un rôle sur la capacité à bien dormir et récupérer pendant la nuit.

Nous passons près d’un tiers de notre vie à dormir – du moins quand on n’est pas insomniaque. Mémoire, apprentissage, métabolisme, immunité : le sommeil est crucial pour rester en bonne santé, alors mettez toutes les chances de votre côté pour en faire un vrai moment réparateur.

Le sommeil correspond à une baisse de l’état de conscience qui sépare deux périodes d’éveil. Il est caractérisé par une perte de la vigilance, une diminution du tonus musculaire et une conservation partielle de la perception sensitive. Le sommeil varie au cours de la vie : il est plus profond durant la croissance jusqu’à l’âge de 20 ans environ, puis, à mesure que l’on vieillit, devient plus léger – ce qui explique l’augmentation des troubles du sommeil avec l’avancée en âge. La quantité nécessaire et la qualité de sommeil diffèrent grandement d’une personne à l’autre.

L’environnement, l’hygiène et le rythme de vie jouent un rôle sur la capacité à bien dormir et récupérer pendant la nuit. Les consommations d’excitants (alcool, substances...) et l’environnement immédiat (lumière, bruit…) peuvent influencer négativement la capacité d’un individu à s’endormir et à bénéficier d’un repos réparateur. Or une mauvaise qualité/quantité de sommeil accentue le risque d’irritabilité, de symptômes dépressifs, mais également de prise de poids, d’hypertension, de diabète ou d’infection.

Nous sommes, en France, parmi les plus gros consommateurs de somnifères d’Europe : deuxièmes derrière les ­Suédois pour les benzodiazépines hypnotiques (molécules favorisant le sommeil) et deuxièmes après les Portugais pour les benzodiazépines anxiolytiques (molécules contre l’anxiété provoquant l’endormissement si elles sont prises le soir).

Les Français sont 36 % à déclarer souffrir d’au moins un trouble du sommeil (insomnie, apnée du sommeil) et parmi eux, 18 % suivent un traitement (médicaments, aide respiratoire, luminothérapie…). Ils sont aussi 73 % à se réveiller au moins une fois par nuit. Ces interruptions durent de dix minutes ­(réveils considérés comme normaux par les médecins) à trente minutes ou plus (réveils alors qualifiés d’insomnies).

Le neurotransmetteur du sommeil

L’une des clés pour retrouver un sommeil de qualité est de faire le plein du neurotransmetteur du sommeil, le GABA. Son action : réduire la communication entre les cellules nerveuses du cerveau, ce qui ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 66, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique Sommeil insomnie Sommeil somnifere
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous